Titre original Nightcrawler
Date de sortie 26 novembre 2014
Réalisé par Dan Gilroy
Avec Jake Gyllenhaal , Rene Russo , Riz Ahmed
Scénariste(s) Dan Gilroy
Distributeur Paramount Pictures France
Année de production 2014
Pays de production US
Producteurs Jennifer FOX Tony Gilroy Jake Gyllenhaal
Genre Thriller

Synopsis

Branché sur les fréquences radios de la police, Lou parcourt Los Angeles la nuit à la recherche d’images choc qu’il vend à prix d’or aux chaînes de TV locales. La course au spectaculaire n’aura aucune limite...

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
FNAC SD HD FNAC 9.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 9.99  € Acheter

Dernières News

De Donnie Darko à Stronger : les transformations de Jake Gyllenhaal

A l'occasion de la sortie en salles de Stronger, le nouveau film de Jake Gyllenhaal, retour sur les transformations physiques de l'acteur.

Dan Gilroy : "Night Call n'est pas du tout une exagération. C'est la réalité"

Ce très bon thriller porté par Jake Gyllenhaal sera diffusé ce soir sur France 2.

Photos

Night Call

Critiques

  1. Première
    par Laura Meyer

    À la fois satire de la télé poubelle et du monde du travail, portrait d’un fou en liberté et virée dans un Los Angeles miroitant et sauvage, le premier long métrage de Dan Gilroy risquait la dispersion. Or "Night Call" est tenu grâce au regard aiguisé et documenté du réalisateur, qui évoque une profession peu traitée à l’écran mais passionnante : les pigistes charognards de l’info. Succédant à un Michael Mann ou à un Nicolas Winding Refn dans sa façon de filmer L.A. by night, Gilroy ne se laisse pas intimider et livre ce qui pourrait modestement évoquer "Collateral" ou "Drive", tout en trouvant sa propre couleur, plus à ras du bitume. Dans la peau de Lou Bloom, Jake Gyllenhaal, vautour aux traits émaciés, compose un hybride effrayant de Travis Bickle et de Norman Bates. Et confirme, treize ans après "Donnie Darko" et dans la foulée d’"Enemy", qu’il est fait pour incarner des âmes sombres.