Titre original Darkest Hour
Date de sortie 3 janvier 2018
Réalisé par Joe Wright
Avec Gary Oldman , Kristin Scott Thomas , Ben Mendelsohn
Scénariste(s) Anthony McCarten
Distributeur Universal Pictures International France
Année de production 2017
Pays de production Grande-Bretagne
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Darkest Hour s'intéresse à une partie de la vie de Winston Churchill, à partir de mai 1940, lorsqu'il devient Premier ministre en pleine Seconde guerre mondiale.

Dernières News

Accusé d’être un mari violent par son ex-femme, Gary Oldman est défendu par son fils

"C’est faux, ça n’est jamais arrivé", écrit Gulliver Oldman dans une lettre ouverte.

Enfin un Oscar pour Gary Oldman

La star de Léon, Le Cinquième élément, Dracula et Les Heures sombres vient de recevoir sa première statuette.

Casting

Gary Oldman
Winston Churchill
Kristin Scott Thomas
Clementine Churchill
Ben Mendelsohn
le roi George VI
Lily James
Elizabeth Layton

Critiques

  1. Première
    par Eric Vernay

    Le Churchill-movie, plus qu’une passion anglaise : une vraie petite mode. Quelques mois à peine après l’oubliable biopic avec Brian Cox, au tour de Gary Oldman d’enfiler la panoplie du grand homme. Pas forcément une évidence sur le papier, au regard de la non-ressemblance assez frappante entre cet expert en rôles de bad guys (de Coppola à Besson en passant par Tony Scott ou Alan Clarke), plutôt effilé, et le massif politicien aux bajoues de bulldog. Mais rien de grave, ce ne sont pas un goitre en silicone, des kilos de postiches ou même 3h30 de maquillage quotidien qui effraieront l’acteur-caméléon de 59 ans, rompu à ce genre de défi. Sa performance – « à Oscar » forcément – vaut le déplacement, sans se vautrer dans le numéro de cirque pour autant. Drôle et imposant, Oldman se fond littéralement dans ce personnage irascible aux manières rustiques, plus fin qu’il n’en a l’air : seul son regard perçant nous rappelle que c’est bien lui derrière le masque. Par le biais d’un travail d’orfèvre sur la modulation de sa voix également, il insuffle l’humanité nécessaire à son encombrante silhouette d’emprunt, usée jusqu’à la corde par l’imagerie populaire - sempiternels cigare, lunettes rondes et nœud papillon.

    Dynamo
    L’acteur campe un Churchill dos au mur. Nommé Premier ministre en catastrophe le 10 mai 1940, alors que rien ne semble pouvoir enrayer l’avancée nazie en Europe et que 200 000 soldats britanniques sont piégés sur la plage de Dunkerque – la fameuse « opération Dynamo », récemment reconstituée par Christopher Nolan - l’improbable successeur de Chamberlain est en proie au doute : faut-il sacrifier des milliers d’hommes sur l’autel de la liberté, dans un combat qui apparait pour beaucoup perdu d'avance, ou bien doit-on plutôt, comme l'enjoignent des membres de son propre camp, accepter de signer un accord de paix avec l’épouvantail Hitler grâce à la médiation de l'Italie fasciste de Mussolini ? Le dilemme est cornélien, le temps presse : l’écrin parfait pour déployer une dramaturgie aussi bien politique que psychologique autour des combats intérieurs du tribun.

    Biopic-cerveau
    Pendant quelques jours en effet, nous dit ce film aux contre-jours crépusculaires, la guerre a moins eu lieu contre les nazis que dans la tête du nouveau Premier Ministre. Confiné dans le temps (quatre semaines seulement, en mai 1940) et dans l'espace (les sous-sols de l'état major britannique essentiellement, mais aussi la Chambre des communes…et celle de Churchill lui-même), très bavard, le biopic-cerveau de Joe Wright n’a pas peur de la théâtralité. Et ça tombe bien, car le réalisateur de Anna Karénine est à l'aise dans ce registre. Avec un sens du rythme baroque, il parvient à faire vivre cette histoire déjà connue et ce texte abondant de manière fluide et véloce. Malgré l’exiguïté des lieux filmés, les mouvements de caméra sont permanents, les transitions inventives s’enchainent par le biais de changements d'échelle parfois surréalistes, mais jamais gratuits. Ainsi, un front guerrier criblé d’obus en plan aérien se métamorphose-t-il en un immense corps de soldat agonisant, tel un paysage mental projeté par Churchill lui-même. Qu’elles soient d’ordre politique ou privé (sa secrétaire et surtout son épouse Clémentine ont aussi du bagout), les punchlines de Churchill fusent comme des balles, propulsées par des travellings à la The West Wing. Si le film partage un goût de l’atmosphère asphyxiante avec le récent Dunkerque, ces Heures sombres s’offrent plutôt en négatif volubile au mutisme de Nolan : l’envers politique et intime de l’opéra pyrotechnique, avec, à la place des avions et des scènes d'action, de simples mots donc, qui, utilisés par l'orateur Churchill, se muent en un prodigieux arsenal.