Titre original Le nom des gens
Date de sortie 24 novembre 2010
Réalisé par Michel Leclerc
Avec Jacques Gamblin , Sara Forestier , Zinedine Soualem
Scénariste(s) Michel Leclerc, Baya Kasmi
Distributeur UGC Distribution
Année de production 2010
Pays de production FR
Genre Comédie

Synopsis

Bahia Benmahmoud, jeune femme extravertie, se fait une haute idée de l'engagement politique puisqu'elle n'hésite pas à coucher avec ses ennemis pour les convertir à sa cause - ce qui peut faire beaucoup de monde vu qu'en gros, tous les gens de droite sont ses ennemis.  En règle générale, elle obtient de bons résultats. Jusqu'au jour où elle rencontre Arthur Martin - comme celui des cuisines - quadragénaire discret, adepte du risque zéro. Elle se dit qu'avec un nom pareil, il est forcément un peu facho. Mais les noms sont fourbes et les apparences trompeuses...Ce film est présenté en ouverture de la 49ème Semaine de la Critique.

Offres VOD

UniversCiné SD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
SFR HD SD SFR 2.99 € Louer
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 9.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances

Dernières News sur Le Nom des gens

Photos

DR

Le Nom des gens

Casting

Jacques Gamblin
Arthur Martin
Sara Forestier
Bahia Benmahmoud
Zinedine Soualem
Mohamed Benmahmoud
Jacques Boudet
Lucien Martin

Critiques

  1. Première
    par Damien Leblanc

    Capable d'alterner moments hautement comiques (l'explosif dîner entre beaux-parents), passages plus sentimentaux appuyés par une mélodie qui rappelle celle que composa Georges Delerue pour La Peau douce, et séquences tragiques (voir la lourde sensation de rejet qu'éprouve la mère d'Arthur quand elle doit refaire ses papiers d'identité), le film trouve finalement sa force dans cette imprévisibilité et ce surgissement. A l'image de personnages qui ont peu de prise sur le monde qui les entoure, le spectateur ne sait pas toujours où donner de la tête ; mais à force de multiplier les réflexions énergiques sur le vivre-ensemble, Michel Leclerc parvient précisément à délivrer de précieux constats sur l'état de santé de la France contemporaine.
    Au final, la brève apparition de Lionel Jospin dans son propre rôle ne constitue qu'un simple gadget au sein d'un film qui fourmille d'idées et de gags. S'il fleure souvent les bons sentiments et échoue parfois dans son refus du manichéisme, Le Nom des gens réussit l'exploit de faire rire avec les péripéties politiques de la France de Sarkozy. Sans jamais perdre de vue sa décapante fantaisie, le film reste jusqu'au bout fidèle à son credo : «C'est à chacun de définir sa propre identité, pas aux autres ».

  2. Première
    par Emilie Lefort

    Sara Forestier nue dans les rues de Paris et le métro, fallait oser… Lionel Jospin en acteur secondaire, fallait oser… Michel Leclerc n’hésite pas et réussit sa comédie avec brio. Le Nom des gens est une comédie sociale française comme on en voit trop peu : Inventive, attachante, intelligente et brillamment écrite. Ponctué de dialogues cinglants, Gamblin et Forestier se renvoient la balle durant 1h40 sans fausses notes. Ce grand foutoir mêlant réflexion historique, sociale et politique, sur fond d’histoire d’amour ne manquera pas de vous surprendre.

  3. Première
    par Julien Samy

    Bonne nouvelle : s’ils n’oublient jamais que leur objectif est de faire rire, Michel Leclerc et sa coscénariste Baya Kasmi ont compris qu’une bonne comédie se devait avant tout d’être un bon film. Ils ont donc choisi de raconter une histoire qui leur tient à coeur, exploration lucide et souvent hilarante de leurs origines qui, doublée d’une réflexion incisive sur le sens de l’engagement politique, se paie le luxe de mettre en pièces notre glorieux débat sur l’identité nationale. Plutôt que de brosser à gros traits les archétypes habituels, ils ont choisi de confectionner, avec une infinie tendresse, des personnages auxquels on ne cesse jamais de croire. Et plutôt que de puiser dans la grande tradition des Charlots, Michel Leclerc est allé chercher son inspiration visuelle du côté de l’inventivité fantaisiste du Woody Allen d’Annie Hall. Comme un miracle n’arrive jamais seul, l’alchimie entre les acteurs est là. Tandis que Gamblin dépouille progressivement son personnage de toutes ses couches de névroses avec une grâce bouleversante, Sara Forestier donne chair à son improbable pasionaria avec une irrésistible conviction.