Titre original Green Lantern
Date de sortie 10 août 2011
Réalisé par Martin Campbell
Avec Mark Strong , Tim Robbins , Peter Sarsgaard
Distributeur Warner Bros
Année de production 2011
Pays de production US
Producteurs Greg Berlanti
Genre Film fantastique

Synopsis

Dans un univers vaste et mystérieux, un groupe aussi petit que puissant agit depuis des siècles, le Corps des Green Lanterns (Lanternes vertes). Ces protecteurs de la paix et de la justice ont juré de préserver l’ordre intergalactique. Chaque Green Lantern porte un anneau lui conférant des super-pou- voirs. Quand un nouvel ennemi, Parallax, menace de détruire l’équilibre des forces régnant dans l’univers, leur destin et celui de la planète repose entre les mains de leur dernière recrue, le premier être humain à en faire partie : Hal Jordan.Existe en version 3D

Dernières News

Taika Waititi : Comment sa mauvaise expérience sur Green Lantern l’a aidé pour Thor 3

Le réalisateur donnait la réplique à Ryan Reynolds en 2011.

Green Lantern rebooté avec Tom Cruise ? Jake Gyllenhaal ? Ryan Reynolds ?

L’acteur de Deadpool va-t-il aussi retrouver le costume vert en numérique d’Hal Jordan ?

Photos

Green Lantern

Critiques

  1. Première
    par Eric Vernay

    Réalisateur des deux meilleurs James Bond (GoldenEye et Casino Royale) et du Masque de Zorro, Martin Campbell est le spécialiste d'Hollywood en matière de revitalisation de mythes essoufflés. Cette fois, le Néo-Zélandais est sommé de donner un coup de fouet au film de super-héros, genre phare des années 2000 qui commence à tourner en ron-ron. Green Lantern échoue presque complètement.

  2. Première
    par Mathieu Carratier

    Premier à tenter le grand saut, Green Lantern a bénéfi cié d’un traitement royal : budget de 200 millions de dollars, metteur en scène solide (Martin Campbell, l’homme de Casino Royale) et acteur charismatique aux portes de la gloire (Ryan Reynolds) pour porter le costume vert. Mais alors, comment se fait-il que cette origin story intergalactique ne décolle jamais vraiment ? On condamnerait bien le scénario, qui ressemble à une longue exposition curieusement avare en scènes d’action – il y en a deux et demie on a compté – et renvoie à l’âge de pierre du fi lm de superhéros.