Titre original Inherent Vice
Date de sortie 4 mars 2015
Réalisé par Paul Thomas Anderson
Avec Joaquin Phoenix , Josh Brolin , Owen Wilson
Scénariste(s) Paul Thomas Anderson
Distributeur Warner Bros Pictures France
Année de production 2015
Pays de production US
Producteurs Paul Thomas Anderson JoAnne Sellar Scott Rudin
Genre Thriller
D’après l’œuvre de Thomas Pynchon

Synopsis

L'ex-petite amie du détective privé Doc Sportello surgit un beau jour, en lui racontant qu'elle est tombée amoureuse d'un promoteur immobilier milliardaire : elle craint que l'épouse de ce dernier et son amant ne conspirent tous les deux pour faire interner le milliardaire… Mais ce n'est pas si simple… C'est la toute fin des psychédéliques années 60, et la paranoïa règne en maître. Doc sait bien que, tout comme "trip" ou "démentiel", "amour" est l'un de ces mots galvaudés à force d'être utilisés – sauf que celui-là n'attire que les ennuis.  On croise dans cet univers des surfeurs défoncés, des prostituées, des toxicos, des rockers, un usurier assassin, des flics du LAPD, un joueur de saxo infiltré, et le mystérieux "Croc d'Or" qui, visiblement, est un dispositif d'évasion fiscale mis au point par une bande de dentistes…D'après l'oeuvre de Thomas Pynchon.

Offres VOD

FilmoTV SD FilmoTV 7.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 4.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 11.99  € Acheter

Dernières News

Les films à la télé du 29 février : Slumdog Millionaire, Inherent Vice et A Touch of sin

Un grand Danny Boyle, une pépite de Paul Thomas Anderson et un drame de Jia Zhangke : c'est le programme TV 100% ciné du jour.

Les films à la télé du mardi 12 janvier

Ce soir, Première vous recommande Selma, Porco Rosso et Inherent Vice.

Photos

DR
DR
Wilson Webb / Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc All Rights Reserved
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc All Rights Reserved
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc
Warner Bros. Entertainment Inc. And Ratpac-Dune Entertainment Llc

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Inherent Vice

Casting

Joaquin Phoenix
Larry “Doc” Sportello
Josh Brolin
L'inspecteur Christian F. “Bigfoot” Bjornsen
Owen Wilson
Coy Harlingen
Katherine Waterston
Shasta Fey Hepworth

Critiques

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Los Angeles, 1970. Le privé Doc Sportello reçoit la visite de son ex, Shasta Fay, inquiète de la disparition de son amant Mickey Wolfmann. Doc entame une enquête qui l’amène à découvrir une mystérieuse organisation dont on ignore si elle est dirigée par des bikers néonazis ou une congrégation de dentistes. Puis Shasta disparaît à son tour... Si, à mi-chemin d’"Inherent Vice", vous réalisez, comme dans un mauvais trip, que vous ne comprenez rien à l’intrigue labyrinthique dans laquelle s’englue le détective jointé joué par Joaquin Phoenix, pas de panique… détendez-vous. C’est fait exprès. On n’y voyait pas beaucoup plus clair en tournant les pages hallucinées de Vice caché, le bouquin de Thomas Pynchon adapté ici, pourtant censé être le plus accessible des écrits du sphinx invisible des lettres américaines. L’intrigue, un hommage surf rock à Chandler passé à la moulinette "Big Lebowski", y servait surtout de prétexte à une élégie sur les idéaux hippies, ce moment où le rêve a viré au cauchemar. Où "tout a foiré", comme le disait Peter Fonda dans "Easy Rider". Pas difficile de comprendre ce que Paul Thomas Anderson est venu chercher dans le livre, lui dont la filmographie raconte la quête erratique de misfits idéalistes poursuivant une chimère qui ne cesse de clignoter et de disparaître sous leurs yeux. Son film, à la fois modèle d’adaptation scrupuleuse et réappropriation personnelle, déploie un tas de formidables équivalences cinématographiques à la poésie marabout-de-ficelle pynchonienne. La photo imaginée avec le chef op Robert Elswit, semi-irréelle, semble regarder avec nostalgie un monde lui-même travaillé par le regret d’un passé immédiat. Ce romantisme en cascade devient vertigineux lorsque le film atteint son pic émotionnel, un flash-back déclenché par une carte postale évoquant le souvenir d’une journée parfaite entre Doc et Shasta, passée sous la pluie à rechercher de la dope au son du bien nommé "Journey Through the Past", de Neil Young. Dans ces moments, l’assurance stylistique du réalisateur semble totale. Suffisante en tout cas pour confier une immense partie de la responsabilité esthétique du projet à Joaquin Phoenix. Après les contorsions expressionnistes de "The Master", l’acteur invente ici une pantomime dépressive, une sorte de burlesque mélancolique. Beaucoup moins funky que ne le laissait supposer la bande-annonce, "Inherent Vice" est aussi drôle que Phoenix peut l’être. Marrant, oui, tordu et absurde, mais surtout bizarre et embarrassant. Et toujours un peu triste quand même. Reste à savoir, une fois qu’on a accepté de se lover dans le film comme on s’enfonce dans une conversation envapée, à quoi fait référence le "vice caché" du titre, ce "défaut inhérent" aux cargaisons les plus fragiles, comme l’explique l’avocat joué par Benicio Del Toro. Une métaphore du rêve soixante-huitard ? De l’Amérique ? Ou de l’amour dans une Californie qui n’a pas réussi à transformer l’essai du summer of love ? Polar tentaculaire, stoner intello, poème à la coule, futur film culte… Quel que soit le bout par lequel vous tentez de l’attraper, "Inherent Vice" ne vous secouera jamais autant que si vous l’envisagez comme une love story ultime. L’histoire de deux grands enfants perdus dans une époque qu’ils ne reconnaissent plus. Comme "The Master", dont il est l’antithèse et le complément idéal, le film s’achève sur une fin ouverte, invitant le spectateur à déterminer la part exacte que s’y disputent la douceur et l’amertume. Une fille, un garçon, de l’amour, un happy end incertain. "Inherent Vice" raconte une histoire assez simple, finalement.