Titre original Horns
Date de sortie 1 octobre 2014
Réalisé par Alexandre Aja
Avec Daniel Radcliffe , Max Minghella , Joe Anderson
Scénariste(s) Keith Bunin
Distributeur Metropolitan
Année de production 2014
Pays de production US
Producteurs Alexandre Aja
Genre Film fantastique
D’après l’œuvre de Joe Hill

Synopsis

Soupçonné d’avoir assassiné sa fiancée, rejeté par tous ceux qu’il connaît, Ignatius a sombré dans le désespoir. Un matin, il se réveille avec des cornes sur la tête. Celles-ci lui donnent un étrange pouvoir, celui de faire avouer leurs plus noirs secrets aux gens qu’il croise. Ignatius se lance alors à la recherche du véritable meurtrier…Adaptation du roman Cornes de Joe Hill.

Offres VOD

Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Casting

DR
DR
DR
DR
Metropolitan Filmexport
Metropolitan Filmexport
Metropolitan Filmexport
Metropolitan Filmexport
Metropolitan Filmexport
Metropolitan Filmexport / Mandalay Pictures / Red Granite Pictures
Metropolitan Filmexport / Mandalay Pictures / Red Granite Pictures
Metropolitan Filmexport / Mandalay Pictures / Red Granite Pictures
Metropolitan Filmexport / Mandalay Pictures / Red Granite Pictures
Metropolitan Filmexport / Mandalay Pictures / Red Granite Pictures
Metropolitan Filmexport / Mandalay Pictures / Red Granite Pictures

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Horns

Critiques

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Bien qu’il clame son innocence, Ig Perrish est soupçonné par tout son entourage du meurtre de sa petite amie. Il se réveille un matin, avec une paire de cornes sur le front. Dans le même temps, il se découvre des pouvoirs inconnus. Pour son sixième long métrage, Alexandre Aja a adapté une fiction dont les racines fantastiques paraîtront familières – et pour cause, l’auteur étant le fils de Stephen King. Comme son illustre père, il a une façon de pousser à l’extrême certaines hypothèses, parfois jusqu’à la limite du crédible. Ici, la pression exercée sur le personnage principal, y compris par sa famille, sert à justifier l’énergie avec laquelle, seul contre tous, il va se démener pour révéler la vérité. Aja le traite dans une variété de registres, qui vont du thriller à la satire et jusqu’à la comédie sentimentale nostalgique, en hommage à "Stand by me". Ce mélange est intéressant mais encore mal dosé, certaines touches exagérément comiques venant parfois neutraliser les intentions dramatiques d’une même scène. On a beau arguer qu’il vaut mieux pécher par excès que par défaut, comme c’est le cas ici, le mieux est quand même l’ennemi du bien.