James Stewart

James Stewart

James StewartJames Stewart
  • Profil mis à jour le 15/05/2013
  • Nationalité :
    Américaine
  • Date de naissance :
    20 mai 1908
  • Date de décès :
    02 juillet 1997
  • Sexe :
    Homme
  • Profession :
    Acteur

La biographie de James Stewart

James Stewart est un acteur américain. De son nom complet James Maitland Stewart, il est né le 20 mai 1908 à Indiana, en Pennsylvanie.

Issu d’une famille d’origine écossaise, il fait des études d’architecture à l’Université de Princeton, d’où il ressort diplômé en 1932. James Stewart fait par la suite ses débuts de comédien sur les planches à Broadway, avant de débuter à l’écran vers le milieu des années trente en tournant dans des films tels qu’Art Trouble, The Murder Man, ou encore La Petite provinciale.

Un ancien étudiant de Princeton, le futur scénariste et metteur en scène Joshua Logan, l’incite à intégrer la compagnie théâtrale University Players, où il se familiarise avec la comédie. Il y rencontre Henry Fonda et Margaret Sullavan.

C’est avec Vous ne l’emporterez pas avec vous en 1938, où il partage l’affiche avec Jean Arthuret Lionel Barrymore, qu’il est révélé à un large public. Cette comédie romantique remporte les Oscars du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur pour Frank Capra. Celui-ci fera d’ailleurs appel à James Stewart pour de nombreux autres longs-métrages, comme Monsieur Smith au Sénat, grâce auquel James Stewart est nommé pour l’Oscar du Meilleur Acteur.

Il obtiendra cette récompense en 1940 pour Indiscrétions de George Cukor, dans lequel il accompagne Cary Grant et Katharine Hepburn.

James Stewart sera dès lors réputé pour son jeu très particulier, incarnant des personnages simples, relativement candides et vertueux. N’interprétant que très rarement des rôles de méchants, il se démarque par sa façon de parler, plutôt hésitante et parfois à la limite de la compréhension.

Une année avant le raid japonais sur Pearl Harbor, James Stewart rejoint l’armée de l’air américaine. Après avoir été basé en Californie, il prend part à ses premiers combats en 1944. Jusqu’à sa retraite militaire vers la fin des années cinquante, il s’illustrera notamment dans des missions de bombardement, ce qui lui vaudra médailles et promotions.

De retour au cinéma, il retrouve les caméras de Frank Capra avec qui il tourne La Vie est belle en 1946, qui ne connaîtra toutefois pas un grand succès à sa sortie. Il travaille avec d’autres grands cinéastes tels qu’Alfred Hitchcock, qui en fait son acteur vedette dans quatre films : La Corde en 1948, Fenêtre sur cour en 1954 aux côtés de Grace Kelly (où il tient un rôle plus ambigu et profond qu’à l’accoutumée), L’Homme qui en savait trop (1956) avec Doris Day, et Sueurs froides (1958), où il s’éprend de Kim Novak. L’univers d’Hitchcock sied parfaitement à l’artiste chez qui on découvre d’autres facettes de son talent.

Son parcours dans l’aviation lui permet de prêter ses traits au pilote Charles Lindberg (traversée de l’Atlantique à bord de son Spirit of St Louis) dans le film  L’Odyssée de Charles Lindbergen 1957, sous la direction de Billy Wilder, et de jouer dans le drame de guerre Le Vol du Phénix, de Robert Aldrich en 1965.

D’autres expériences dramatiques s’offrent à James Stewart, avec Le Voyage fantastiquede Henry Koster en 1951 avec Marlène Dietrich, et des rôles très diversifiés comme celui d’un clown aux côtés de Charlton Heston en 1952 dans Sous le plus grand chapiteau du monde.

Les westerns font aussi partie de sa filmographie, puisqu’il campe des baroudeurs et des cow-boys dans L’Appât (1953) et L’Homme de la Plaine (1955) d’Anthony Mann, Autopsie d’un meurtre (1959) d’Otto Premingeravec John Ford (pour qui il tournera en 1962 dans L’Homme qui tua Liberty Valence). Il retrouve ensuite John Wayne dans le Dernier des Géants de Don Siegel en 1976.

En 1980, James Stewart est récompensé par l’American Film Institute pour l’ensemble de sa carrière, et reçoit un Oscar d’Honneur en 1985. Il aura tourné près d’une centaine de films en soixante ans de carrière.

Il s’est marié à l’ancien modèle Gloria Hatrick McLean en 1949, jusqu’à la mort de celle-ci.

James Stewart s’éteint le 2 juillet 1997 à Los Angeles, au lendemain de la mort de son ami Robert Mitchum, avec qui il a tourné Le Grand Sommeil de Michael Winner, en 1978.

> Son signe astro> Personnalité du prénom James> Popularité du prénom James

Dernières news sur James Stewart

0