Eric Rochant
Avis: 
Date de naissance: 
23 février 1961 (âge : 56 ans)
Nationalité: 
Français
Sexe: 
Homme
Profession: 
Réalisateur, Scénariste

Biographie: 

A ne pas confondre avec Eric Rochat.Né le 24 février 1961 à Paris, Eric Rochant est un réalisateur et scénariste français célèbre pour ses films Un monde sans pitié, Les Patriotes, Anna Oz, Total Western ou encore Möbius. Il est également le réalisateur des saisons 2 et 3 de la série Mafiosa, le clan.Eric Rochant est de ces réalisateurs qui, trop vite encensés, ont pu décevoir par la suite, et ont du parfois arpenter des chemins sinueux pour retrouver le haut de l'affiche.Élève à l'IDHEC (désormais FEMIS) à l'âge de 19 ans après avoir suivi des études de philosophie, Eric Rochant côtoie Arnaud Desplechin, Noémie Lvovsky, Pascale Ferran et Eric Barbier sur les bancs de l'école. C'est d'ailleurs avec Desplechin en chef-opérateur que Rochant tourne ses premiers courts métrages : Comme les doigts de la main (1984), French Lovers (1985) et Présence féminine (1987).Un succès trop vite acquisC'est en 1989 qu'il se décide enfin à réaliser son premier long métrage, Un monde sans pitié, qu'il co-écrit avec Desplechin. Porté par Hippolyte Girardot, le film, qui voit également Yvan Attal faire ses premiers pas au cinéma, raconte l'histoire d'Hippo, un trentenaire glandeur, désabusé, fou amoureux de Nathalie, et qui arrondit ses fins de mois en dealant du shit. Drôle et touchant, Un monde sans pitié est acclamé par la critique, remportant en 1990 le César de la meilleure première oeuvre et le César du meilleur espoir masculin pour Yvan Attal. Mais le film obtient également un large succès public, devenant, comme le deviendrait par la suite Le Péril Jeune de Klapisch, un film générationnel, une oeuvre dans laquelle toute une frange de la population se reconnait.Fort de ce succès critique et populaire, Eric Rochant enchaîne avec le tournage du film Aux Yeux du monde, toujours avec Yvan Attal, mais aussi Kristin Scott-Thomas et Charlotte Rampling. Attal interprète alors Bruno, un jeune homme de 22 ans qui, par amour, détourne un car scolaire pour retrouver la jeune femme qu'il aime. Inspiré d'un fait divers, le film, s'il ne réitère pas le succès d'Un Monde sans pitié, permet à Eric Rochant de confirmer son talent de metteur en scène.Rochant déçoitEn 1994, Eric Rochant se lance donc un défi de taille, celui de réaliser un film d'espionnage sur les services secrets israéliens. Une plongée dans les coulisses d'une organisation top-secrète. Une nouvelle fois, c'est Attal qui s'y colle, aux côtés de Bernard Le Coq, Sandrine Kiberlain, Jean-François Stévenin, Richard Masur mais aussi Emmanuelle Devos et Hippolyte Girardot. Les Patriotes est donc un film doublement ambitieux : par son speech mais également par son casting. En compétition au Festival de Cannes, le film remporte un jolie succès lors de sa projection, seulement, la critique ne suit pas et descend Les Patriotes qui se retrouve boudé par les spectateurs lors de sa sortie en salles.Loin d'être découragé, Rochant change alors son fusil d'épaule et s'attelle à son nouveau projet : un conte intitulé Anna Oz dans lequel il dirige Charlotte Gainsbourg, Gérard Lanvin, Sami Bouajila et Camille Japy. Anna Oz est une jeune femme perdue entre deux dimensions. La nuit, dans son sommeil, elle file le parfait amour à Venise avec Marcello, un trafiquant d'art, tandis que le jour, à Paris, elle est hantée par des rêves oppressants. Sa vie va alors être bouleversée quand Anna se rend compte que son double vénitien tente de l'éliminer. Elle n'est plus capable de discerner où se situe la frontière entre ses rêves et sa réalité. Sorti en 1996, Anna Oz ne permet malheureusement pas à Rochant de se refaire une santé.Des œuvres de seconde zoneSuit en 1997 le long métrage Vive la République, une comédie dans laquelle Aure Atika, Gad Elmaleh, Florence Pernel, Mathilde Seigner, Roschdy Zem et Atmen Kelif tentent de créer leur propre parti politique pour tuer l'ennui. Mais malgré tout ses efforts et ses prises de risque, Rochant ne parvient pas à satisfaire des critiques, qui depuis 1989, ne cessent d'attendre un nouveau Monde sans pitié. Et ce n'est pas le film de gangsters Total Western, sorti en 2000, qui permet à Rochant de répondre aux attentes de la critique, bien que celle-ci reconnaisse de nombreuses qualités au film porté par Samuel Le Bihan et Jean-Pierre Kalfon. Un divertissement de qualité, mais loin d'être à la hauteur de son premier long peut-on alors lire dans les colonnes de la presse spécialisée.Il faut ensuite attendre l'année 2006 pour retrouver Rochant derrière une caméra, pour la comédie L'Ecole pour tous dans laquelle il dirige Arié Elmaleh, Vincent Desagnat, Samuel Labarthe et Elodie Navarre. Si le film permet à Arié Elmaleh de décrocher une nomination au César dans la catégorie du meilleur espoir masculin pour son rôle de cancre devenu professeur, le film reste cantonné dans la case des comédies gentillettes sans prétention.Reculer ...Peut-être lassé de courir après son succès passé, Rochant décide de faire un détour par la télévision pour réaliser les saisons 2 (2008) et 3 (2010) de la série Mafiosa, le clan. Ainsi, celui qui disait s'inspirer du cinéma de De Palma, Cimino, Lumet ou Coppola explique que désormais, il trouve la création narrative beaucoup plus audacieuses dans les séries qu'au cinéma : "depuis dix ans, la véritable création narrative se trouve clairement dans les séries. Aucun film ne raconte des histoires comme on le fait dans Mad Men, aucun film ose ne pas avoir de personnage principal comme le fait The Wire, et aucun film ne parvient à traiter d’enjeux ténus comme le fait Boss. La réhabilitation de la notion d’auteur se fait dans la série, pas au cinéma et c’est aussi pour ça qu’un cinéaste comme Gus Van Sant est passé par la série. C’est extraordinaire de voir à quel point les Américains, qui sont censés ne pas faire un cinéma d’auteur, font de la télévision d’auteur..."C'est donc pour profiter de cette manne narrative et qu'il accepte de réaliser les saisons 2 et 3 de Mafiosa. Un pari qui se révèle payant puisque la reconnaissance qu'il n'avait plus retrouvé au cinéma depuis 1989, Eric Rochant se la voit offrir par la petite lucarne grâce au succès de la série lors de sa diffusion sur Canal+.... pour mieux sauterC'est sûrement ce succès qui a donné envie à Rochant de refaire son retour au cinéma. Mais comme pour contenter une critique toujours plus exigeante, il renoue avec un genre qu'il connait bien, celui du film d'espionnage. Ainsi, avec Möbius, en salles au mois de février 2013, il s’intéresse à la relation d'amour entre un espion russe interprété par Jean Dujardin et une trader incarnée par Cécile de France qui blanchit de l'argent pour le compte d'un oligarque russe incarné par Tim Roth. Comment le pouvoir russe réagit à l'influence croissante de ses oligarques dans une Russie qui se libéralise de plus en plus, telle est la question posée par le cinéaste dans ce film qu'il définit autant comme un film d'amour qu'un film d'espionnage. Le film, annoncé comme le grand retour de Rochant fait partie des plus attendus de l'année, une attente renforcée par le fait que sur Twitter, Rochant a fait part de ses états d'âme, de ses doutes, de ses joies, sur le processus de réalisation du film. Cette fois la critique est conquise (à quelques exception près, mais c'est bien là la loi du genre), saluant le duo Dujardin / De France. Le public aussi est au rendez-vous puisque sur sa première journée à l'écran, Möbius réalise le troisième meilleur démarrage de l'année - certes qui vient de commencer - derrière le Django Unchained de Tarantino et le Lincoln de Spielberg.

Films réalisés par Eric Rochant

Dernières news sur Eric Rochant

Le Bureau des légendes saison 3
02/05/2017 - 17:15

Encensée comme peu de productions françaises, la série d’espionnage d’Éric Rochant rentre dans le dur avec cette troisième saison qui se confronte ouvertement à la violence contemporaine.

saison-3-bureau-legendes-
09/06/2016 - 15:00

Canal + vient d’annoncer la production de la nouvelle saison de la série créée par Éric Rochant.

bureau-2.jpg
09/05/2016 - 18:00

"Vous ne pouvez pas faire les Soprano sans Tony Soprano, mais pouvez faire Le Bureau des Légendes sans Malotru".

Le Bureau des légendes S02
09/05/2016 - 11:45

Produire une saison de série télé par an, seuls les Américains savaient le faire. Eric Rochant nous explique comment il a réussi à dégoupiller la saison 2 du Bureau des légendes un an tout rond après la première.

 

PREMIERE ACTU

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Nos dossiers du moment

Les plus vues