Top 15 des chansons Disney qui restent dans la tête

Top 15 des chansons Disney qui restent dans la tête

Patientons jusqu’à la sortie de Vaiana en musique.

Le film d’animation Vaiana : La légende du bout du monde est sorti depuis le 16 novembre au Grand Rex, à Paris, et il sera proposé partout en France à partir du 30. Cette nouvelle réalisation de Ron Clements et John Musker (La Petite Sirène, Aladdin, La Princesse et la Grenouille) est une réussite –on y reviendra au sein d’une critique détaillée – remplie de clins d’œil aux précédents classiques Disney. Dans son intrigue, bien sûr, mais aussi dans sa mise en scène et sa composition musicale, Vaiana a retenu les leçons de ses aînés et reprend le meilleur de "la recette Disney". Sa BO, composée par Lin-Manuel Miranda (connu pour Hamilton, co-créateur du "Jabba Flow" de Star Wars 7 avec J.J. Abrams, il travaille en parallèle sur la suite de Mary Poppins pour le studio), Mark Mancina, qui a composé les airs de Tarzan avec Phil Collins, et Opetaia Foa’i, un musicien populaire des îles Samoa, allie tradition et modernité. Le résultat est très efficace, rappelant tour à tour les chansons les plus entêtantes de La Petite Sirène, La Reine des Neiges, Mulan ou Pocahontas

Vaiana : Ecoutez "Le Bleu Lumière", le nouveau tube de Disney

"Le bleu lumière"/"How Far I’ll Go", interprété par Alessia Cara en VO et Cerise Calixte en français, et "You’re Welcome"/"Pour les hommes", chanté par Dwayne Johnson dans la version originale et par Anthony Kavanagh chez nous, risquent de vous trotter un moment dans la tête, tout comme "Libérée, Délivrée", "Partir là-bas" ou "Heigh-Ho (on rentre du boulot)" en leur temps. Les studios Walt Disney ont toujours proposé au public des morceaux aux mélodies imparables (et souvent très bien traduites). Retour sur 15 chansons particulièrement marquantes issues des classiques animés du studio.

Dwayne Johnson est aussi fort en chant qu’en bodybuilding

15. "L’air du vent" – Pocahontas (1995)
Titre original : "Colors of the Wind"
Chanson composée par Alan Menken, écrite par Stephen Schwartz et interprétée en français par Native.

Il y a 21 ans, Disney relatait déjà les aventures d’une jeune femme indépendante, très attachée à sa famille et à la nature qui l’entoure : Pocahontas. Ce morceau écolo a été imaginé par Alan Menken, un artiste phare du studio qui a notamment travaillé sur les BO de La Petite Sirène, La Belle et la Bête et Aladdin. Autant de compositions récompensées aux Oscars au fil des ans. C'est d'ailleurs l'artiste le plus honoré dans la catégorie meilleure chanson originale pour ses compositions Disney. Il travaille actuellement sur la version live de La Belle et la Bête, portée par Emma Watson, prévue pour mars prochain au cinéma.

14. "Toujours dans mon cœur" - Tarzan (1999)
Titre original : "You'll Be in My Heart"
Chanson composée, écrite et interprétée par Phil Collins (en duo avec Glenn Close/Frédérique Tirmont, les voix de Kala). Les partitions instrumentales sont signées Mark Mancina, qui vient de travailler sur Vaiana.

En 1999, le studio propose à Phil Collins d’imaginer plusieurs chansons pour son nouveau film, Tarzan, librement inspiré de l’aventure d’Edgar Rice Burroughs. L’ex-membre de Genesis a été approché pour son talent de batteur, l’équipe souhaitant une partition comprenant beaucoup de percussions pour faire ressentir "le rythme de la jungle". Il chantera les morceaux du film dans plusieurs langues : en français, en espagnol, en allemand…
Phil écrit notamment "You'll Be in My Heart", une tendre balade qui reçoit l’Oscar de la meilleure chanson originale. Un peu plus tard dans le film, "Enfant de l’homme" rend hommage au Livre de la Jungle en montrant Tarzan découvrant les trésors -et les dangers !- de la nature qui l’entoure.

13. "Comme un homme" – Mulan (1998)
Titre original : "I'll Make a Man Out of You"
Chanson composée par Matthew Wilder, écrite par David Zippel suite au départ de Stephen Schwartz (parolier de Pocahontas) sur Le Prince d’Egypte et interprétée en français par Patrick Fiori.

Disney s’inspire des clichés des scènes d’entraînement militaire au cinéma et de leur rythme particulier pour cette chanson ironique où Mulan parvient à se fondre dans une troupe de soldats sans que ceux-ci ne découvrent qu’elle est une femme. Ses paroles résument des éléments importants de l’intrigue tout en étant en même temps pleines d’humour, ce qui est une marque de fabrique de Disney : il faut  être utile, fun et dynamique. "Comme un homme, sois plus violent que le cours du torrent, comme un homme, sois plus puissant que les ouragans…"

12. "J’en ai rêvé" - La Belle au Bois Dormant (1959)
Titre original : "Once upon a dream"
Chanson composée par Jack Lawrence, écrite par Sammy Fain et interprétée par Mary Costa et Bill Shirley. La composition musicale non chantée est signée George Bruns (Fantasia).

Inspirée par le ballet La Belle au Bois Dormant de Tchaikovski, cette valse devint rapidement l’un des morceaux incontournables de Disney, et ce malgré l’échec du film à la fin des années 1950. En France, le dessin animé a eu droit à deux doublages, l’année de sa sortie, puis en 1981. C’est alors Danielle Licari, qui doubla Catherine Deneuve sur les chansons des Parapluies de Cherbourg, qui interpréta les morceaux de la princesse Aurore.

Récemment, une version d’"Once Upon a Dream" chantée par Lana Del Rey fermait en beauté le "spin-off" Maléfique, porté en chair et en os par Angelina Jolie. A écouter ici.

11. "Bibbidi-Bobbidi-Boo" – Cendrillon (1950)
Titre original : "Bibbidi-Bobbidi-Boo"
Chanson composée par Mack David, Al Hoffman et Jerry Livingston et interprétée par Verna Felton en VO, Lita Recio et Claude Chantal suivant les versions françaises.

Autre grand classique Disney, Cendrillon comprend l’une de ces chansons en partie composées de charabia comme le studio les affectionne tant. La transformation de la souillon en princesse est un moment clé de son histoire, un instant de joie et de magie qui n’a pas besoin de "vraies" paroles pour marquer les esprits. Sur le même principe, en 1963, la firme fera chanter une autre formule magique, "Higitus Figitus", à Merlin l’enchanteur, et un an plus tard, elle proposera aux spectateurs un mot incroyablement dur à prononcer et pourtant si facile à fredonner dans son film mi-live, mi-animé, Mary Poppins (voir plus bas).

10 "Histoire éternelle" - La Belle et la Bête (1991)
Titre original : "Beauty and the Beast"
Chanson composée par Alan Menken, écrite par Howard Ashman et interprétée par les voix de Madame Samovar (Angela Lansbury en VO, puis Lucie Dolène et Christiane Legrand suivant les versions françaises de 1992 et 2002). Le morceau est également repris dans le générique de fin, par Céline Dion en anglais et Liane Foly ou Julie Zenatti chez nous.

Deux ans après son Oscar pour la musique de La Petite sirène, Alan Menken est à nouveau récompensé pour celle de La Belle et la Bête, film d'animation qui connaîtra un énorme succès à travers le monde. Le compositeur a révélé l'an dernier que c'est cette musique qui avait été la plus difficile à créer. Pour des raisons personnelles, principalement, car le parolier Howard Ashman était gravement malade : séropositif, il est mort huit mois avant la sortie de La Belle et la Bête.
La chanson d'ouverture, "Bonjour" a représenté un énorme défi pour l'équipe, qui, pour la première fois dans l'histoire des dessins animés Disney, démarrait une intrigue par 7 minutes chantées. "On voulait démarrer de façon très calme et classique, à la manière de Mozart, en présentant 'une petite ville, un village tranquille', et d'un seul coup, ça explose : 'Bonjour ! Bonjour !'". Le duo multiplie les airs entraînants pour ce projet, du refrain triomphal de Gaston au morceau d'accueil des objets animés du château ("Be our guest"/"C'est la fête"), mais c'est surtout la chanson du bal qui marquera les esprits. D'ailleurs, à l'heure où le studio remake son film culte en live, 25 ans après sa sortie, la séquence est au coeur de sa promotion. 

 

Avant La Belle et la Bête, Emma Watson était déjà la reine du bal

9 "Ce rêve bleu" - Aladdin (1992) 
Titre original : "A Whole New World"
Chanson composée par Alan Menken, écrite par Tim Rice, interprétée par plusieurs chanteurs : ce ne sont pas les mêmes dans le dessin animé et dans la reprise du générique de fin, puis d'autres doubleurs ont été engagés au fil des différentes éditions du film. On peut notamment noter les versions de Peabo Bryson et Regina Belle en VO, et celle de Daniel Lévi et Karine Costa en français.

Aladdin devait marquer les retrouvailles d'Alan Menken et Howard Ashman après La Petite Sirène et La Belle et la Bête, mais ce dernier est mort avant d'avoir écrit tous les morceaux, si bien que "Ce rêve bleu", a, ironie du sort, été imaginé par un autre parolier, Tim Rice, qui travaillera à nouveau pour Disney sur Le Roi Lion. C'est sans aucun doute la chanson la plus célèbre du film, même si ce n'est pas la plus entraînante : celles du Génie sont bien plus drôles et dynamiques. Menken avait demandé à Robin Williams, doubleur du Génie, de s'inspirer du style de Fats Waller, musicien phare des années 1920-1940 et il a été impressionné par le résultat. "Le son de trompette qu'il imite pendant le morceau, le 'wah wah wah', devait être joué par un instrument, mais il l'a fait avec sa voix et ça sonnait tellement bien. Il s'est complètement impliqué dans notre processus créatif. Sur 'Friend Like Me', et sur 'Pince Ali', surtout. Il était déchaîné sur ce morceau ! Il l'a interprété comme s'il animait la parade de Thanksgiving, mais dans le style des chansons arabes. C'était génial."

Guy Ritchie va réaliser l'adaptation d'Aladdin en live action pour Disney

Les traductions françaises de "Prince Ali" et de "Je Suis ton ami" par  Philippe Videcoq et Luc Aulivier sont également très réussies, remplies de jeux de mots et de bruitages amusants. 

8. "Tout le monde veut devenir un cat" - Les Aristochats (1970)
Titre original : "Everybody Wants to Be a Cat"
Chanson composée par Floyd Huddleston (Robin des Bois, Bernard et Bianca…) et le jazzman Al Rinker pour la BO chapeautée par George Bruns (La Belle au bois dormant),interprétée par Claude Bertrand, Anne Germain

Sorti en 1970, Les Aristochats fut le dernier film d’animation approuvé par Walt Disney, mort en 1966 (en pleine préparation du Livre de la Jungle). C’est aussi la dernière participation des frères Sherman (compositeurs phares de Mary Poppins) à un projet animé du studio, précisément pour le morceau "Les Aristochats" interprété par Maurice Chevalier. Le film a subi de nombreux changements scénaristiques. Musicalement aussi, plusieurs chansons ont été abandonnées en cours de route. Hommage aux classiques du jazz, celle-ci est restée dans les mémoires pour son rythme endiablé.

7. "Sous l’océan" – La Petite Sirène (1989)
Titre original : "Under the Sea"
Chanson composée par Alan Menken écrite par Howard Ashman, interprétée par Samuel E. Wright en VO et Henri Salvador en français.

Après un premier âge d'or avant la Seconde Guerre Mondiale, les productions Disney ont moins bien marché, surtout dans les années 1970/1980 et ce malgré des critiques élogieuses pour Robin des Bois ou Bernard et Bianca. La firme renoue avec le succès grâce à La Petite Sirène, en 1989. Musicalement parlant, ce film d’animation marquera le point de départ d’une longue collaboration entre Alan Menken et le studio. Celui-ci a par exemple expliqué l’année dernière qu’il avait remis à la mode avec "Partir là-bas" un type de scène incontournable, l"I want song", soit la chanson où le personnage principal clame haut et fort son rêve. Un principe repris pour Vaiana, lorsque l’héroïne s’époumone sur "Le Bleu lumière". Sauf que contrairement à Ariel, qui voudrait quitter l’océan pour rejoindre la terre des hommes, la jeune fille du Pacifique brave les interdits en prenant la mer.

Le morceau qui vient immédiatement à l’esprit quand on pense à La Petite Sirène est cependant "Sous l’océan", hommage aux musiques traditionnelles des Antilles, à commencer par le Calypso. Difficile de faire plus dansant !

Vaiana, La Petite Sirène, Aladdin… John Musker et Ron Clements commentent leur filmo

6. "Heigh-Ho" - Blanche-Neige 
Titre original : "Heigh-Ho"  
Chanson composée par Leigh Harline, Paul J. Smith et Frank Churchill, écrite par Larry Morey et interprétée par Claude GermainPierre Marret...

Pour son premier long-métrage d’animation, Walt Disney fait logiquement appel à des artistes ayant travaillé sur ses courts mettant en scène Mickey (entre autres). Premier classique du studio, sorti en 1937, Blanche-Neige et les Sept Nains s’inspire librement du conte des frères Grimm et contient les bases des futures productions Disney, notamment en ce qui concerne sa partition musicale, alternant entre chansons "fun" ("Sifflez en travaillant", "Heigh-Ho"…) et balades plus intimes ("Un jour mon prince viendra"). L’idée est simple : les morceaux doivent rythmer l’histoire tout en étant importantes dans l’intrigue. C’est ainsi que nait l’"I want song" dont on parlait à propos de La Petite sirène, scène incontournable où l’héroïne clame son désir le plus cher.  Cependant, qu’il soit chanté ou sifflé, le refrain des nains est certainement le plus entêtant du film.

5. "Supercalifragilisticexpialidocious" - Mary Poppins (1964)
Titre original : "Supercalifragilisticexpialidocious"
Chanson composée par Richard et Robert Sherman, interprétée par Julie Andrews et Dick Van Dyke en VO, Elian Thibault et Michel Roux en VF. 

Les frères Sherman sont des figures incontournables du studio Disney. Ils ont composé de nombreuses chansons, notamment pour Merlin l’Enchanteur et Mary Poppins, ainsi que pour des attractions (on leur doit l’air plus qu’entêtant "It’s a small world", qui rythme l’attraction des poupées). Le duo est arrivé suite au décès de Frank Churchill, qui a entraîné le départ de ses collègues musiciens dans les années 1940. Richare et Robert quitteront à leur tour Disney après la mort de Walt, en 1966.

"Supercalifragilisticexpialidocious. C’est vrai que ce mot trop long est parfaitement atroce !" Si elle est compliquée à prononcer, la formule magique de la célèbre nounou est présentée avec un tel entrain dans cette comédie musicale que la chanson s’incruste incroyablement bien en tête. En 2013, la firme a proposé au public un long-métrage sur la création du film, Dans l'Ombre de Mary, porté par Tom Hanks en Walt Disney, et la composition du morceau était évidemment analysée à l’écran.

Voir le making-of avec Jason Schwartzman et B.J. Novak dans la peau des frères Sherman 

4. "Sans aucun lien" – Pinocchio (1940) 
Titre original : "I've Got No Strings"
Chanson composée par Leigh Harline et Paul J. Smith, écrite par Ned Washington et interprétée par Dickie Jones en anglais puis Renée Dandry et Mark Lesser suivant les versions françaises.

Trois ans après Blanche-Neige, Disney sort son deuxième long-métrage d’animation, Pinocchio, qui marquera profondément l’histoire du studio. Sa musique d’ouverture, l’oscarisée "Quand on prie la bonne étoile", sera par la suite choisie pour accompagner le logo de la marque.

Plus rigolote, "Sans aucun lien", la chanson de présentation du personnage clé de l’histoire, est la plus entêtante. Comme souvent avec ses morceaux classiques, le studio la réutilisera par la suite, mais pas dans un film pour enfants : elle illustrait de façon maligne les tourments du robot Ultron au cours de la promotion du blockbuster Marvel Avengers 2.

3. "Hakuna Matata" – Le Roi Lion (1994) 
Titre original : "Hakuna Matata"
Chanson composée par Elton John, écrite par Tim Rice et interprétée par Nathan Lane, Ernie Sabella et Jason Weaver en anglais, Jean-Philippe Puymartin, Michel Elias et Dimitri Rougeul en français.

Inspirée par des rythmes africains, la musique du Roi Lion fait un carton en 1994. Tout comme le film d’animation, d’ailleurs, longtemps resté le plus gros succès de Disney. Il faut attendre 2003 pour que ses 900 millions de dollars de recettes soient doublés par Le Monde de Nemo. Elton John et Tim Rice remporteront l’Oscar de la meilleure chanson originale pour "Can You Feel The Love Tonight", mais là encore, c’est un autre morceau, imaginé à partir d’un véritable proverbe swahili qui restera le plus dans le crâne : "Hakuna Matata". Voilà l’exemple parfait des hymnes de Disney, créés pour donner envie de chanter et de danser, tout en faisant avancer l’intrigue : pendant la séquence, Simba grandit "sans aucun souci", guidé par Timon et Pumbaa. Sans surprise, une adaptation live de ce joli succès est actuellement dans les tuyaux

2. "Il en faut peu pour être heureux" – Le Livre de la Jungle (1967) 
Titre original : "The Bare Necessities"
Chanson composée par Terry Gilkyson et interprétée par Phil Harris et Bruce Reitherman en anglais, Jean Stout et Pascal Bressy en français.

Bien avant "Hakuna Matata", en 1967, il existait déjà une chanson "carpe diem" diablement entraînante dans un film d’animation Disney : "Il en faut peu pour être heureux". Il en faut également peu pour que la philosophie prônée par Baloo soit gravée à vie dans votre esprit ! Mention spéciale aux traducteurs Louis Sauvat et Christian Jollet, qui, comme ceux d’Aladdin par la suite, adaptent à merveille les jeux de mots originaux.

Les autres morceaux, composés par les frères Sherman ("La Patrouille des éléphants", "Etre un homme comme vous", "Aie confiance"…), sont également devenus des classiques, mais il suffit de quelques notes de "The Bare Necessities" pour replonger les spectateurs nostalgiques dans l’ambiance du Livre de la Jungle. Le direction du studio en a bien conscience, d'ailleurs : le morceau était utilisé dans toutes les bandes annonces de son adaptation live sortie l’an dernier

1. "Libérée Délivrée" - La Reine des Neiges (2013) 
Titre original : "Let It Go"
Chanson composée par Robert Lopez, écrite par Kristen Anderson-Lopez et interprétée par Idina Menzel en VO et Anaïs Delva en français.

Le plus gros carton du studio contient une chanson impossible à s’enlever de la tête. Qui a elle aussi été récompensée par un Oscar. La co-réalisatrice du film, Jennifer Lee s'est même ’excusée auprès des parents d’enfants accros à La Reine des Neiges, fin 2014."Il y a un an, je rencontrais des gens qui lorsqu'ils découvraient qui j'étais me disaient : ‘Oh, on adore ces chansons ! On les chante tout le temps. Aujourd'hui, c'est plutôt, ‘Ouais, on écoute encore et toujours ces chansons’. Je suis passée de répondre ‘Merci’ à répondre ‘Désolée’..."

En bonus : "It’s a Small World"
Et si les chansons les plus entêtantes de Disney n’étaient pas à chercher dans les films, mais dans les parcs ? Impossible de battre la ritournelle de l’attraction "It’s a Small World". Même la chanson des pirates n’est pas aussi entêtante !

Composée par les frères Sherman au milieu des années 1960, elle a été traduite dans de multiples langues afin de coller au principe de l’attraction, où des poupées représentent toutes les cultures. Vous connaissez ses paroles en français ? C’est parti :
"Au bout du Pôle Nord ou sur l’Équateur
Il y a un Jean qui rit, il y a un Jean qui pleure
Du soleil de midi au soleil de minuit
On a tous la même vie

Car le monde est tout petit
Devant le ciel on se dit
Que nous sommes des fourmis
Le monde est petit"

Commentaires

A voir aussi

Ligatus

Prochainement au Cinéma

Les plus vues