La fille du puisatier (2011)
Pathé
La fille du puisatier (2011)
Pathé
La fille du puisatier (2011)
Pathé
La fille du puisatier (2011)
Pathé
La fille du puisatier (2011)
Pathé
La fille du puisatier (2011)
Pathé
La fille du puisatier (2011)
Pathé
La fille du puisatier (2011)
La fille du puisatier (2011)
La fille du puisatier (2011)
La fille du puisatier (2011)
La fille du puisatier (2011)
La fille du puisatier (2011)
La fille du puisatier (2011)

La fille du puisatier (2011)

La fille du puisatier (2011)

La fille du puisatier (2011)

La fille du puisatier (2011)

La fille du puisatier (2011)

La fille du puisatier (2011)/Pirates des Caraïbes 4 (2011)

La fille du puisatier (2011)

Dimanche soir, La Fille du puisatier revient sur France 2.

Sortie en avril 2011, cette adaptation du film de Marcel Pagnol datant de 1940 reviendra à la télévision ce week-end. L'histoire de La Fille du puisatier ? Alors qu'elle est en route pour apporter le déjeuner de son père Pascal Amoretti, un puisatier, Patricia fait une rencontre qui va changer sa vie. Elle croise en effet la route de Jacques Mazel, un aviateur en permission et ne rejoint pas son père. Après un deuxième rendez-vous clandestin, la guerre reprend ses droits. Jacques est renvoyé au front puis porté disparu tandis que le ventre de Patricia s'arrondit de jour en jour. Mais les parents du pilote, riches, refusent de reconnaître cet enfant.

Pour ce premier film adapté de l'oeuvre de Marcel Pagnol, Daniel Auteuil - qui s'attaquera par la suite à la trilogie Marius/Fanny/César en 2012 - a rassemblé devant sa caméra Kad Merad, Sabine Azéma, Jean-Pierre Darroussin, Nicolas DuvauchelleMarie-Anne Chazel et la ravissante Astrid Bergès-Frisbey. Un casting de haut vol qui n'a pas empêché Philippe Jambet, critique de Première d'être déçu à la sortie du film, écrivant ainsi : "Les dialogues et la structure du film original de Pagnol sont respectés quasiment à la lettre. La reconstitution est minutieuse, pas une seule olive ne manque à la daube provençale... Et c'est bien là le problème. En 1940, Pagnol ancrait son film dans une réalité sociale contemporaine. Soixante-dix ans plus tard, c'est Disneyland-en-Provence, animé par des comédiens désincarnés. Si Auteuil, impeccable de dignité, a l'intelligence de ne pas singer Raimu, Kad Merad et son sourire figé font regretter Fernandel, Darroussin cherche son accent quand Astrid Bergès-Frisbey, elle, ne trouve jamais son jeu."
Aïe.A vous de vous faire votre propre avis dimanche soir...

Astrid Berges-Frisbey, de La Fille du Puisatier à Pirates des Caraïbes : "Je ne suis pas une séductrice"