Estrella / Pathé

Mieux dialoguée que véritablement écrite, Larguées est une chouette comédie française qui carbure à l'énergie pure de Camille Cottin et Camille Chamoux.

Deux sœurs, une musicienne délurée et une mère de famille rigide, emmènent leur maman en plein divorce fêter ses 60 ans dans un Club Med à la Réunion. Ça n'en a peut-être pas l'air avec ce pitch à première vue 100% comédie française A.O.C, mais Larguées est en fait le remake d'une comédie danoise, All Inclusive, sortie en 2014. Ce qui ne l'empêche pas d'être une vraie comédie marrante, où la réalisatrice Eloïse Lang (Connasse, princesse des coeurs) dévoile un sens remarquable de la direction et de l'écriture des seconds rôles : rien que du côté des G.O. du club, Sylvain Quimeme se révèle splendide en faux barman et gentil dealer, ou Youssef Hajdi en Réunionnais qui perd son accent dès qu'il n'est plus au boulot. Ce qui ne veut pas non plus dire que le trio de tête de Larguées soit à la ramasse, au contraire : si Miou-Miou a très bien l'air de s'ennuyer (ça tombe bien, c'est ce qu'on lui demande), les deux Camille -Chamoux et Cottin- font ensemble tellement d'étincelles que le film se transforme vite en incendie. Larguées est sans doute une comédie mieux dialoguée qu'écrite (en fin de compte, il s'agit de se faire plaisir et de se réconcilier avec sa famille parce qu'on a qu'une vie, ce genre de trucs), où les punchlines font toujours mouche, surfant sur le trash sans jamais s'y vautrer. Pas de complaisance ni d'opportunisme. On rit de bon cœur, franchement. Ça n'a l'air de rien, mais ce n'est pas si fréquent.

A lire aussi sur Première

L’Empereur de Paris : Vidocq ressuscité (Critique]

Vincent Cassel redonne vie à la figure du bagnard reconverti dans un film sombre et réaliste qui tranche avec les précédentes incarnations du personnage. Révolution ?

Rémi sans famille : Une adaptation réussie [Critique]

Ni nostalgique ni racoleur, un vrai film d’aventures pour toute la famille, porté par un Daniel Auteuil exceptionnel en maître Jedi méridional.

Une affaire de famille : Une Palme d’Or indiscutable [Critique]

Le treizième film de Hirokazu Kore-Eda, l’un des plus beaux, peut-être même son meilleur, invente une famille de récup dans la banlieue nord de Tokyo.