Date de sortie 15 juillet 2020
Durée 135 mn
Réalisé par Amin Sidi-Boumedine
Avec Slimane Benouari , Lyes Salem , Azouz Abdelkader
Scénariste(s) Amin Sidi-Boumedine
Année de production 2019
Pays de production Algérie, France
Genre Drame
Couleur Couleur

Offres VOD de Abou Leila

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 5.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 4.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 4.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Abou Leila

Photos de Abou Leila

GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
AFFICHE
UFO Distribution
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
In Vivo Films
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Abou Leila, extrait

Critiques de Abou Leila

  1. Première
    par Thomas Baurez

    « Algérie, 1994 », écrit en lettres rouge sang sur fond noir. L’action d’Abou Leila se passe en pleine guerre civile, dans un pays plongé dans une violence sourde et aveugle. Au mitan des années 90, le réalisateur Amin Sidi-Boumédiène n’était alors qu’un adolescent perdu et angoissé au milieu d’une société qui implosait. C’est ainsi qu’il s’est présenté lors du dernier Festival de Cannes où son premier film était projeté. Abou Leila restitue ce chaos intérieur où le réel devient mirage, où la quête de sens force à se construire ses propres récits sous peine de perdre la raison, où chaque individu devient le fantôme de sa propre existence. Tout commence dans une rue, un matin. Un homme agité attend le bon moment pour tuer un politicien devant son domicile. La caméra, très mobile, prend littéralement possession de l’espace, se joue des points de vue. L’impression de flottement accentue la tension. Fusillade. L’un meurt, l’autre s’échappe. Cut. Nous sommes maintenant sur une route en plein désert du Sahara. Ici et déjà ailleurs. Entre cauchemar et rêve éveillé. On découvre les deux protagonistes, S. et Lotfi, à la recherche du terroriste Abou Leila, dont on va vite comprendre qu’il est sinon une chimère du moins un point de fixation impossible à relier. Sans perdre le fil d’un récit qui jamais ne se dérobe bien que remis constamment en question, le cinéaste immerge le spectateur dans un monde tout en faux-semblants. « La structure épouse la confusion de l’époque », dit aussi Amin Sidi-Boumédiène. Impressionnant.