Titre original Transformers 5
Date de sortie 28 juin 2017
Durée 149 mn
Réalisé par Michael Bay
Avec Mark Wahlberg , Anthony Hopkins , Josh Duhamel
Scénariste(s) Akiva Goldsman, Steven S DeKnight, Robert Kirkman
Distributeur Paramount Pictures france
Année de production 2016
Pays de production États-Unis
Genre Film d'action

Synopsis

The Last Knight fait voler en éclats les mythes essentiels de la franchise Transformers, et redéfinit ce que signifie être un héros. Humains et Transformers sont en guerre. Optimus Prime n’est plus là… La clé de notre salut est enfouie dans les secrets du passé, dans l’histoire cachée des Transformers sur Terre. Sauver notre monde sera la mission d’une alliance inattendue : Cade Yeager, Bumblebee, un Lord anglais et un professeur d’Oxford. Il arrive un moment, dans la vie de chacun, où l’on se doit de faire la différence. Dans Transformers: The Last Knight, les victimes deviendront les héros. Les héros deviendront les méchants. Un seul monde survivra : le leur… ou le nôtre.

Offres VOD

MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 17.99  € Acheter
Orange 4K HD SD Orange 11.99  € Acheter

Dernières News

Transformers 7 n’a plus de date de sortie

Le film a été retiré de la programmation.

L’univers de Transformers en cours de reboot ?

Le spin-off sur Bumblebee serait une première étape.

Critiques

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    On ne va pas essayer de vous la faire à l'envers. Vous faire croire que le nouveau Transformers est ce qu'il n'est pas -un film doté d'une structure fine et intelligente, d'une ambition intellectuelle élevée. Ce qu'il n'est pas. Ce qu'il ne veut pas être, en fait. Lui reprocher d'être un film ras-du-front équivaut à reprocher à un cheeseburger de contenir du fromage dedans. Ce serait aussi passer complètement à côté de l'intérêt du film. Transformers : The Last Knight est un puissant geste de cinéma dont l'effet vertigineux est démultiplié par les conditions dans lesquelles vous le verrez. Il convient donc de le voir dans une salle IMAX 3D -il s'agit de son format de tournage- ce qui n'est pas si facile puisque seulement sept salles en France sont équipées correctement. Mais le spectacle sera alors totalement garanti. C'est sur un très grand écran avec un relief immersif que The Last Knight prend tout son sens. Alors oui, le film met en permanence son public à l'épreuve avec ses dialogues et son script qui font des bonds gigantesques dans l'espace-temps du grand n'importe quoi ("je ne vous trahirai plus jamais, mes amis !" s'exclame Optimus Prime à la fin).

    Mais le vertige est là. De la bataille médiévale en scène d'ouverture au conflit planétaire de la fin, Passant sans cesse de l'infiniment petit au cosmique, la caméra se trouve au ras du sol puis en orbite le plan suivant. Un dragon de métal tricéphale plane avec grâce dans l'air. Une planète s'apprête à dévorer la Terre. Un vaisseau se dresse au-dessus de Stonehenge. Les robots se découpent au ralenti. C'est dans l'ADN de Transformers que de carburer à l'effet wahou, un effet qui est trop souvent passé au second plan à cause de son aspect exploitative paresseux et trop appuyé -de ce côté-là, bonne nouvelle : le film est beaucoup moins sexiste que tous les précédents. The Last Knight est totalement dans la lignée -destructrice et cyclopéenne- des quatre films précédents. Ce qui intéresse Michael Bay, ce pour quoi on l'a embauché, c'est évidemment la mise en spectacle total de l'arsenal démesuré de ces robots géants (dont la caméra IMAX est le reflet de cinéma). Et l'humain n'est là que pour fournir une échelle à son grand œuvre de destruction massive. Tant pis s'il se fait écraser au passage. Et tant mieux pour le spectateur.