Titre original Kingsman : The Secret Service
Date de sortie 18 février 2015
Réalisé par Matthew Vaughn
Avec Colin Firth , Samuel L. Jackson , Mark Strong
Scénariste(s) Jane Goldman, Matthew Vaughn
Distributeur 20th Century Fox
Année de production 2015
Pays de production US
Producteurs Matthew Vaughn David Reid Adam Bohling Jane Goldman Mark Millar Dave Gibbons
Genre Film d'aventures, Action
D’après l’œuvre de Mark Millar Dave Gibbons

Synopsis

KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costumes trois pièces, est à la recherche de sang neuf. Pour recruter leur nouvel agent secret, elle doit faire subir un entrainement de haut vol à de jeunes privilégiés aspirant au job rêvé. L’un d’eux semble être le candidat « imparfaitement idéal » : un jeune homme impertinent de la banlieue londonienne nommé Eggsy. Ces super-espions parviendront-ils à contrer la terrible menace que fait peser sur le monde l’esprit torturé du criminel Richmond Valentine, génie de la technologie?Adaptation de la série de comics écrits par Mark Millar et dessinés par Dave Gibbons

Photos

Kingsman : Services Secrets

Casting

Colin Firth
Harry Hart
Samuel L. Jackson
Richmond Valentine
Taron Egerton
Gary « Eggsy » Price

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Ils sont vraiment forts ces Anglais. Depuis Daniel Craig, James Bond a clairement perdu de sa superbe et de sa suprême coolitude. Du coup, ils se permettent aujourd’hui de créer un nouveau héros supposé réinventer cette geste inaugurale que 007 a peu à peu abandonnée avec le temps. Logiquement, c’est le diablotin Matthew Vaughn qui s’attelle à cette mission impossible. Porte-flingue, avec Guy Ritchie, d’un nouveau cinéma britannique nourri de clips, de pub, de pop culture et de blockbusters, ce réalisateur a prouvé avec "Layer Cake", "Kick-Ass" ou "X-Men – Le Commencement" qu’il était incontestablement taillé pour relever les challenges. Son idée ? Faire respectueusement du neuf avec du vieux. Le choix de Colin Firth – incarnation on ne peut plus chic du fl egme british – dans le rôle du mentor imperturbable aussi à l’aise avec les usages qu’avec le maniement d’un parapluie meurtrier en est l’illustration la plus évidente. On peut également citer le personnage du méchant que Samuel L. Jackson, affublé d’un zozotement ridicule, pousse vers le grotesque. Le film entier est innervé par des références fun et par une volonté de postmodernisme consistant à obtenir la recette définitive de l’élégance et de la désinvolture, en mélangeant le film d’espionnage de papa, la comédie délirante et le film d’action de haute voltige. On peut affirmer, sans crainte d’être démenti par les puristes, que la mission est ici parfaitement remplie.