Titre original Lazzaro felice
Date de sortie 7 novembre 2018
Durée 130 mn
Réalisé par Alice Rohrwacher
Avec Adriano Tardiolo , Agnese Graziani , Luca Chikovani
Scénariste(s) Alice Rohrwacher
Distributeur Ad Vitam
Année de production 2018
Pays de production Italie, France, Allemagne
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Lazzaro, un jeune paysan d’une bonté exceptionnelle vit à l’Inviolata, un hameau resté à l’écart du monde sur lequel règne la marquise Alfonsina de Luna. La vie des paysans est inchangée depuis toujours, ils sont exploités, et à leur tour, ils abusent de la bonté de Lazzaro. Un été, il se lie d’amitié avec Tancredi, le fils de la marquise. Une amitié si précieuse qu’elle lui fera traverser le temps et mènera Lazzaro au monde moderne.

Infos de la rédaction

Ce film est sélectionné en compétition dans le cadre du 71e festival de Cannes. Alice Rohrwacher a d'ailleurs reçu le Prix du scénario, ex-aequo avec "Trois Visages" de Jafar Panahi.

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Dernières News

Cannes 2018 : Netflix achète les gagnants Girl et Heureux comme Lazzaro

Les deux films ont été récompensé à l’issue du Festival.

Lazzaro Felice : et au bout du conte ? (critique)

Alice Rohrwacher signe un film en deux parties très beau, et très nébuleux.

Casting

GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
Ad Vitam / Tempesta / Amka Films Productions / Pola Pandora Filmproduktion
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Luca Chikovani, Adriano Tardiolo

Critiques

  1. Première
    par Gael Golhen

    Le spectateur est d’emblée plongé dans une nuit épaisse. Des hommes s’approchent d’une maison et se mettent à chanter une sérénade. A l’intérieur, une famille. La caméra attend le lever du jour et part visiter la baraque décrépie. Cette maison, et le pays qui l’environne, c’est l’Italie éternelle, pauvre et insouciante, où cette drôle de colonie survit à l’écart du monde. Entre la poésie bucolique et le comique populaire (mélange harmonieux de Pasolini et de Scola) on va alors suivre le personnage central, Lazzaro, un jeune garçon mutique qui travaille aux champs et traverse des paysages édéniques. Mais brutalement, Lazzaro meurt. A son réveil, les bagnoles ont remplacées les carrioles, le servage est aboli, la famille a vieillie et les anciens paysans bouffent en fouillant les poubelles. Seul Lazzaro n’a pas changé, incarnation éternelle du rêve et de l’imaginaire dans une société devenue stérile. En basculant dans le futur, le film devient un manifeste un peu trop appuyé sur la décroissance où le style pseudo-documentaire a remplacé la clarté lumineuse du début. La parabole est lourde et incompréhensible. La cinéaste suit-elle les traces d’Hugo (et son « Lazare ! Lazare ! Lazare ! Lève toi » qui appelait à l’insurrection du peuple), de Dostoievski (le Lazare salvateur) ou de Cayrol (peut-on encore créer après la destruction) ? Rohrwacher semble paumée, mais son film prouve, après ceux de Garrone et de Sorrentino, que le cinéma italien tente par le conte de conjurer les toxines fascistes qui polluent son histoire politique.