Titre original Gone Girl
Date de sortie 8 octobre 2014
Réalisé par David Fincher
Avec Ben Affleck , Rosamund Pike , Neil Patrick Harris
Scénariste(s) Gillian Flynn
Distributeur 20th Century Fox
Année de production 2014
Pays de production US
Producteurs Reese Witherspoon Arnon Milchan Ceán Chaffin Leslie Dixon Bruna Papandrea
Genre Thriller
D’après l’œuvre de Gillian Flynn

Synopsis

À l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?Adaptation du roman Les apparences de Gillian Flynn.

Dernières News

Les raisons de l'absence de Rosamund Pike au cinéma

On a peu revu l'actrice depuis le succès de Gone Girl.

Qui est Carrie Coon, la star de The Leftovers et Fargo ?

D'assistante de fac à superstar du petit écran, l'explosion d'une grande actrice.

Photos

Gone Girl

Critiques

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne découvre que sa femme Amy a mystérieusement disparu du domicile conjugal. Aux yeux des autorités puis du pays tout entier, il va devenir le suspect idéal. Après "Millénium" et "House of Cards", "Gone Girl" confirme que David Fincher a changé. À des années-lumière du punk rigolard de "Fight Club" ou du démiurge maniaque de "Zodiac", l’homme s’est mué en illustrateur surdoué, s’emparant d’histoires ayant fait leurs preuves ailleurs (un polar scandinave, une série télé anglaise, un thriller best-seller) pour les mettre à sa main en plaquant sur leurs intrigues ses propres obsessions. Ce qui l’a manifestement excité dans le livre de Gillian Flynn, c’est sa tension sexuelle sous-jacente, qu’il exacerbe, chauffe à blanc, pousse dans ses retranchements. Regards concupiscents des ménagères du Missouri sur les pectoraux de Ben Affleck, caméra s’attardant sur la spectaculaire poitrine d’Emily Ratajkowski, acrobaties de mante religieuse de la divine Rosamund Pike... Ajoutez à ça quelques twists grandiloquents, une scène de douche mémorable, un soupçon de misanthropie, et on se croirait presque dans un bon vieux De Palma. C’est-à-dire dans un fantasme de cinéma à la fois ludique et cérébral, virtuose, très conscient de ses effets. Les grands thèmes du livre sont bien là, respectés à la lettre (peinture de la virilité blessée de l’homme occidental, satire du mariage et des mass médias US...), invitant à tout un tas de lectures « sociologisantes ». Mais ce que Fincher vise avant tout, c’est le divertissement du samedi soir, emballé avec un brio qui va encore faire rougir la concurrence. La seule chose qu’on pourrait lui reprocher, en dernière instance, est que tout ça a presque l’air trop facile pour lui.