Titre original Serge Gainsbourg : vie heroique
Date de sortie 20 janvier 2010
Réalisé par Joann Sfar
Avec Eric Elmosnino , Lucy Gordon , Laetitia Casta
Scénariste(s) Joann Sfar
Distributeur Universal Pictures International France
Année de production 2010
Pays de production FR
Producteurs Marc du Pontavice
Genre Film historique, Film musical

Synopsis

C’est l’histoire, drôle et fantastique, de Serge Gainsbourg et de sa fameuse gueule. Où un petit garçon juif fanfaronne dans un Paris occupé par les Allemands ; où un jeune poète timide laisse sa peinture et sa chambre sous les toits pour éblouir les cabarets transformistes des Swinging Sixties.C’est une vie héroïque où les créatures de son esprit prennent corps à l’écran et sa verve se marie aux amours scandaleuses.De là est née une oeuvre subversive avec en vedette un citoyen fidèle et insoumis qui fera vibrer la planète entière.

Dernières News

Joann Sfar va adapter son Chat du Rabbin en live-action et le Petit Vampire en long-métrage

Le poétique Joann Sfar n'aura pas beaucoup de temps libre cette année.

Joann Sfar : Charlotte Gainsbourg "n'allait pas bien" à cause Gainsbourg (Vie héroïque) 

Invité samedi d'On n'est pas couché diffusé sur France 2, le dessinateur et réalisateur Joann Sfar s'est confié sur son film Gainsbourg (Vie héroïque).

Photos

Gainsbourg (Vie Heroique)

Casting

Eric Elmosnino
Serge Gainsbourg
Lucy Gordon
Jane Birkin
Laetitia Casta
Brigitte Bardot
Anna Mouglalis
Juliette Gréco

Critiques

  1. Première
    par Bernard Achour

    Dieu qu’on était prêts à l’adorer, ce film ! Hélas, non. Pourtant, le pari théorique est relevé sans fausse note. L’exhaustivité documentaire propre à l’écrasante majorité des biopics est balayée, remplacée par un onirisme subjectif à base de gueules géantes, d’un double méphistophélique du héros et d’envols libérateurs à la Peter Pan. La ressemblance et le mimétisme hallucinants d’Éric Elsmonino à l’égard de son modèle sont cultivés jusqu’au vertige. Quant à la mise en images de Joann Sfar, elle est ample et parfois inventive. Sauf que l’essentiel se voit comme « ripoliné » par une admiration et une bienveillance paralysantes pour le personnage. Les démons de Gainsbourg ? On les voit à peine. L‘origine profonde de sa musique ? Un juke-box arbitraire de saynètes informatives suivies de clips. La nature de ses relations avec les femmes ? Un défilé de sosies où, pour une Laetitia Casta géniale en Bardot, la France Gall de Sara Forestier et la Juliette Greco d’Anna Mouglalis relèvent du bonus DVD, rubrique « Scènes coupées ». Faute
    d’une progression dramatique digne de ce nom et d’une approche générale plus racée, le collage bio de morceaux choisis, sans tabac ni alcool (ou si peu), devant lequel on se retrouve souvent séduits, émeut cependant rarement.