Titre original Democracy : Im Rausch der Daten
Date de sortie 16 novembre 2016
Durée 100 mn
Réalisé par David Bernet
Scénariste(s) David Bernet
Année de production 2015
Pays de production Allemagne, France
Genre Film documentaire
Couleur Noir et blanc

Synopsis

Les données personnelles sont devenues une source de profit incommensurable pour les entreprises. Des politiciens s'insurgent contre cette intrusion mercantile dans la vie privée du citiyen, comme le député européen Jan Philipp Albrecht ou la commissaire européenne Viviane Reding, qui se battent pour une nouvelle loi sur la protection des données personnelles...

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Photos

IMAGE''EST / Indi Film GmbH / Seppia Films / Atmosfilm
IMAGE''EST / Indi Film GmbH / Seppia Films / Atmosfilm
IMAGE''EST / Indi Film GmbH / Seppia Films / Atmosfilm

Critiques

  1. Première
    par Vanina Arrighi de Casanova

    Il y a deux documentaires en un dans Democracy : une réflexion très approfondie sur la protection des données, question qui a agité l’Europe avant d’agiter le monde suite aux révélations fracassantes d’Edward Snowden ; et un document précieux sur le fonctionnement des institutions européennes, qui devrait être projeté dans toutes les écoles du continent. Democracy raconte une histoire, celle du combat d’un jeune député vert allemand élu au Parlement européen, devenu rapporteur d’une loi sur la protection des données personnelles dans notre économie numérique. On peut trouver le sujet peu porteur jusqu’à ce qu’on découvre les oppositions que le projet de loi soulève et le lobbying délirant qu’il déclenche : la question est au cœur de la plupart des problématiques économiques et met tous les géants de l’économie sur le pied de guerre. En donnant la parole à de nombreux intervenants des deux côtés, le film dresse un tableau assez complet des enjeux de cette loi (enjeux fondamentaux qui relèvent d’une vision globale de la société) dans une démonstration éloquente. Mais alors que le réalisateur parvient à construire une vraie tension dramaturgique, il abandonne son récit alors que la loi est encore dans les limbes de l’agenda du Conseil de l’Europe et refuse d’écrire la fin de son histoire. Le film s’en relève pourtant, puisque ce qu’il s’attache au fond à écrire c’est un guide de l’Europe. Si on frôle parfois le désespoir face à ce système kafkaïen dont on se demande comment il peut produire la moindre directive, la fascination pour cette utopie communautaire à laquelle des gens se dévouent corps et âme finit par l’emporter et redonner un peu de foi en nos institutions. Ce qui, quelques mois après le Brexit, ne peut pas faire de mal. Vanina Arrighi de Casanova