Date de sortie 13 janvier 2016
Durée 118 mn
Réalisé par Todd Haynes
Avec Cate Blanchett , Rooney Mara , Kyle Chandler
Scénariste(s) Phyllis Nagy
Distributeur UGC Distribution
Année de production 2015
Pays de production Grande-Bretagne, Etats-Unis
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Dans le New York des années 1950, Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante, prisonnière d'un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond. Les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.

Offres VOD

Orange HD SD Orange 7.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 4.99 € Louer 11.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 13.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter
FTV SD FTV 9.99  € Acheter

Dernières News

Pas besoin d’être gay pour interpréter un personnage homosexuel selon Cate Blanchett

"Je me battrai jusqu’au bout […] pour jouer des rôles qui vont au-delà de ma propre expérience".

Carol, une romance ratée

Rooney Mara et Cate Blanchett ne font pas d'étincelle dans le film de Todd Haynes

Photos

DR
UGC Distribution / The Weinstein Company / Number 9 Films Ltd. / Killer Films
UGC Distribution / The Weinstein Company / Number 9 Films Ltd. / Killer Films / TF1 Droits Audiovisuels
UGC Distribution / The Weinstein Company / Number 9 Films Ltd. / Killer Films / TF1 Droits Audiovisuels
UGC Distribution / The Weinstein Company / Number 9 Films Ltd. / Killer Films / TF1 Droits Audiovisuels
UGC Distribution / The Weinstein Company / Number 9 Films Ltd. / Killer Films / TF1 Droits Audiovisuels
UGC Distribution / The Weinstein Company / Number 9 Films Ltd. / Killer Films / TF1 Droits Audiovisuels

Carol

Carol

Carol

Carol

Carol

Carol

Carol

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Pas un pli, pas une étoffe, pas un chignon qui ne bénéficient d'une attention proprement fétichiste de la part de Haynes, cinéaste obsessionnel qu'on compare volontiers et naturellement à Douglas Sirk, le père du mélo pompier en rouge, jaune et vert, couleurs dominantes de Carol. Comme dans Loin du Paradis, Haynes reprend les motifs esthétiques, mais aussi thématiques (intrigues de soap, ambiance queer, personnages en pleine crise existentielle), du grand formaliste des années 50.
    Le résultat est d'une beauté assez saisissante mais, le syndrome de Stendhal évacué, on se demande "à quoi bon" ? A quoi bon filmer cette histoire aujourd'hui à la manière d'un maître d'hier ? A quoi bon choisir Cate Blanchett et Rooney Mara, actrices aussi dissemblables physiquement qu'à l'intériorité et à la fragilité comparables ? L'alchimie entre les deux actrices (qui font le job) ne fonctionne clairement pas, on peine à croire à leur histoire d'amour que, pourtant, Haynes s'échine à rendre la plus douce, la plus retenue, la plus sensible qui soit. Cette difficulté à incarner la passion culmine dans la scène d'amour entre les deux femmes d'une banalité qui nous ferait presque regretter Adrian Lyne.