Nom de naissance Georges Simenon
Genre Homme
Profession(s) Scénario original
Avis

Biographie

Écrivain et journaliste du XXème siècle, Georges Simenon est l’auteur le plus fécond de la littérature francophone belge. Il a écrit une centaine de livres vendus à travers le monde, en plus de ses 158 nouvelles. Il n’existe pas, dans son pays d’origine, d’auteur plus traduit que lui. De plus, des auteurs et philosophes, comme André Gide et Hermann Von Keyserling, se mettent d’accord sur le fait indéniable de son génie rédactionnel. Georges Simenon est né le 12 février 1903 à Liège, en Belgique.Cette date de naissance est officielle, pourtant, il semblerait qu’il soit plutôt né le vendredi 13 février 1903. À cause du malheur que cette date présuppose, il aurait été déclaré le jour d’avant. Son véritable nom est Georges Joseph Christian Simenon. Son père est un comptable du nom de Désiré Simenon, et sa mère, Henriette, s’occupe du foyer. A seulement trois ans, il commence son apprentissage de la lecture et de l’écriture. Il est alors inscrit à l’école Sainte-Julienne. Georges Simenon est un enfant très doué. Lorsqu’il entre à l’Institut Saint-André, il se trouve toujours parmi les trois premiers de la classe. En 1911, sa famille emménage dans une plus grande maison. Sa mère fait louer des pièces de cette demeure à des étudiants de toutes nationalités. Georges Simenon vit cette expérience plutôt positivement. C’est une ouverture à d’autres horizons. Parallèlement, il intègre la chorale en tant qu’enfant de chœur. Il suit ensuite des cours dans un établissement de jésuites. C’est à douze ans qu’il comprend qu’il est fait pour devenir romancier. Georges Simenon comprend la difficulté du rang social lors de son passage au collège Saint-Servais. En effet, à cette époque, il est souvent rejeté par les autres élèves, qui eux sont fortunés. De plus, Simenon apprend assez vite l’imminence du décès de son père, ce qui le pousse à travailler tôt. C’est ainsi qu’en 1918, il met un terme à ses études pour quelques boulots, çà et là. L’année suivante, il intègre La Gazette de Liège. Georges Simenon prendra soin de se servir de cette expérience, en contact avec la vie réelle et dure, pour perfectionner son écrit. Son pseudonyme de journaliste est G. Sim. Il s’intéresse notamment au travail d’Edmond Locard, un grand criminaliste de l’époque. Le premier roman de Georges Simenon s’intitule Au pont des Arches. Il sera publié en 1921, et signé du même pseudonyme que Simenon utilise au journal. L’auteur belge va côtoyer le milieu nocturne, où évoluent les prostituées, les ivrognes et autres rebuts de la société. Naturellement, il côtoiera des personnes douteuses, tel que les assassins qui feront l’objet de son livre Les Trois crimes de mes amis. Il croise le chemin de Régine Renchon, une étudiante qu’il épouse en 1923, un an après le décès de son père. Il emménage à Paris avec son épouse. Lui qui a vécu dans le monde de la nuit et des vices, est séduit par cette métropole française, avec ses défauts, mais surtout son dynamisme. Dès lors, il entre dans une nouvelle phase de créativité. À sa grande surprise, le succès arrive vite du côté financier. A seulement vingt ans, Simenon écrit près de deux romans tous les sept jours. Georges Simenon sera l’amant de la célèbre danseuse Joséphine Baker, considérée comme la première star noire. En 1929, il tombe sous le charme de la vie sur l’eau et décide de s’offrir un bateau qu’il appelle l’Ostrogoth. L’écrivain s’installe dans cette nouvelle propriété pour y vivre jusqu’en 1931. Entre temps, il crée le personnage de Maigret dans une suite de nouvelles, publiées dans Détective. En 1936, il publie le roman Le Testament Donnadieu, puis Le Voyageur de la Toussaint en 1941. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il entretient une correspondance avec André Gide. Il ne se manifeste pas en tant que résistant comme beaucoup d’hommes de son époque, mais reste plutôt terré en Vendée. En 1943, il écrit le roman Pedigree, inspiré de sa vie, comme plusieurs de ses œuvres. À la fin de la guerre, il quitte la France pour le Canada. C’est là qu’il écrira le roman Trois Chambres à Manhattan. Puis il rencontre Denise Ouimet, qui deviendra son épouse, car il est séparé de son ancienne femme. Après le Canada, place aux États-Unis. Georges Simenon parcourt plusieurs grandes villes du pays de l’oncle Sam. Il rentre ensuite en Europe, en 1955. Le romancier belge aura l’honneur de présider le Festival de Cannes de 1960. En 1977, Georges Simenon offre ses archives à l’Université de Liège. Le 4 septembre 1989, l’écrivain belge décède dans sa demeure en Lausanne.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
1971 La Veuve Couderc Scénariste -
1965 Trois Chambres À Manhattan Scénariste -