Peter Jackson répond aux critiques sur Bilbo le Hobbit

29/04/2012 - 12h54
  • Partager sur :
  • 7
Peter Jackson répond aux critiques sur Bilbo le Hobbit© DR

Le réalisateur de Bilbo le Hobbit défend sa technique controversée de tournage : « Littéralement, c’est une nouvelle expérience ».

Le prequel du Seigneur des Anneaux sera-t-il un échec artistique ? Dix minutes de Bilbo le Hobbit : Un voyage inattendu ont été projetées à la presse lors du CinemaCon à Las Vegas, et les réactions ont été assez négatives. Principal coupable, le fait que Jackson aie tourné le film en 48 images/secondes, le double des 24 images/secondes habituelles, soit une espèce d’hyper-haute définition qui a choqué les spectateurs, certains estimant même que cela finissait à ressembler à une « telenovela espagnole »… Un comble pour ce film de fantasy qui s’annonce épique, qui raconte la quête d’un hobbit (Martin Freeman), de treize Nains et un Magicien Gandalf pour tuer un dragon et récupérer son trésor (et choper au passage un drôle d’anneau).


Dans un entretien à Entertainment Weekly, Peter Jackson a fait de son mieux pour répondre aux critiques et aux inquiétudes concernant Bilbo le Hobbit. « C’est inhabituel au début, parce que vous n’avez jamais vu un film comme ça. Littéralement, c’est une nouvelle expérience, mais vous savez que tout le film ne peut être saisi par dix minutes du montage », affirme Jackson. « Il n’y aura de vraie réaction, de réaction crédible, que devant le film complet et terminé. » Le réalisateur du Seigneur des Anneaux insiste sur le fait que le film a également son storytelling pour lui : « Certains des critiques les plus virulents du CinemaCon n’ont pas été dérangés par la scène entre Bilbo et Gollum [présentée en fin de projection], qui a pourtant été tournée en 48 images/secondes comme tout le reste. Je me demande juste s’ils ne se sont pas laissés prendre par les dialogues, les personnages et l’histoire. C’est ce qui arrive dans le film. Vous vous y installez. » De toutes façons, Jackson sent bien que l’avenir du cinéma à grand sepctacle est à la très haute définition : « Personne ne va s’arrêter. La technologie va continuer à évoluer. » En plus, le film devrait être projeté en pas moins de six formats différents : 2D en 24 images/seconde, 2D en 48 images/secondes, 3D en 24 images/seconde, 3D en 48 images/secondes, IMAX 3D en 24 images/seconde et IMAX 3D en 48 images/secondes (ouf !). Bref, le public aura le choix, et Warner (qui produit Bilbo) soutient toujours Jackson même après la projection.


Et les gens qui n’aiment pas la direction artistique du film, les costumes et les SFX ? « Je ne sais pas quoi leur dire », admet Peter. « C’est comme essayer de convaincre quelqu’un qui n’aime pas le poisson. Vous ne pouvez pas expliquer pourquoi le poisson, c’est bon, et pourquoi il devrait aimer ça. »


Quant à Ang Lee, dont les dix minutes de son Life Of Pi projetées à la même convention ont été reçues avec des éloges, il s’est également exprimé via Entertainement Weekly sur les extraits de Bilbo : « Je suis partagé. Je ne pense pas que tourner en 48 images/secondes soit la panacée. Chaque fois que l’on résout un problème, on en soulève d’autres -peut-être parce que les problèmes apparaissent plus clairement ? » s’amuse-t-il. « Ca prend du temps. Ca a l’air d’être une bonne idée, mais je suis un peu sceptique. »


De fait, comment juger un film de plus de deux heures sur la foi d’une dizaine de minutes, souvent inachevées ? La question mérite d’être posée, tant cette méthode marketing de projeter dix minutes du film à la presse se répand de plus en plus, comme récemment avec Prometheus de Ridley Scott (dont les extraits nous ont convaincus) et G.I. Joe : Conspiration (idem, pour d’autres raisons). Si cela permet de se faire une idée plus précise du film -notamment de sa direction artistique et de son aspect technique- juger le film à partir de ces extraits revient à juger à partir d’une bande-annonce. On jugera en entier Bilbo le Hobbit : Un voyage inattendu le 12 décembre 2012.


  • 7
Prochainement au cinéma
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
Il aurait du le tourner comme un film normal pour ne pas prendre de risques.De nos jours , les réalisateurs de films se preoccupent plus du format du film que de son contenu.La 3D c'est purement marketing.
  • 5
  • 6
Anonyme | le 29/04/2012 à 15h07 | Signaler un abus
Votre réponse...
Certaines personnes doivent très certainement être très jeune pour déplorer toute cette débauche de nouvelles technologies visuelles, souvent sans l'avoir vraiment essayé, mais savais-vous qu'à mon époque on disait la même chose lors du passage du cinéma à la couleur ? "Cest purement commercial, au détriment de la qualité, juste pour nous en mettre plein la vue..." et j'en passe. Comme le précédent commentaire l'explique, si vous n'aimez pas, arrêtez de vous plaindre car vous n'avez que l'embarras du choix: aller donc le voir en 2D, en 8 images par secondes, en muet.. et en noir et blanc si possible, histoire de rester concentrer uniquement sur le film en lui-même, sans aucun artifice... Hé les jeunes, faut s'adapter à la nouvelle époque, n'ayez pas peur de la technologie et de l'évolution de la société, parole de vieux... mdr comme vous dîtes
  • 4
  • 2
Anonyme | le 29/04/2012 à 19h26 | Signaler un abus
Votre réponse...
Sauf que payer deux euros en plus pour voir de la merde, ça commence à être gonflant.
  • 2
  • 0
Anonyme | le 29/04/2012 à 21h47 | Signaler un abus
Votre réponse...
Je ne sais pas si on peut vraiment attendre une rigueur journalistique des bloggeurs internet aujourd'hui mais les "telenovelas" ne sont pas espagnoles, elles sont sud-américaines (même si l'Espagne en est friande un peu comme la France de ses chanteuses quebecoises). Ces produits sont généralement issus du Méxique, de Colombie, du Vénézuela ou de Puerto Rico (Y'en a un paquet au Brésil pour le marché portuguais aussi)...alors le petit effet de style est loupé.
  • 1
  • 0
Anonyme | le 29/04/2012 à 21h59 | Signaler un abus
Votre réponse...
Personellement, je ne pense pas que Peter Jackson se fasse du soucis au niveau marketing, vu le succès qui le précède. Cela dit si on peut choisir de voir le film en 24 ou 48 images/s, je ne vois pas l'intérêt de descendre le réalisateur, les journalistes mécontent n'auront qu'à aller le voir en 24. Le plus inquiétant vient pour ma part de la bande annonce en français qui m'a fait très peur comme beaucoup de gens apparement, surtout au niveau des prononciations différentes de la trilogie (Gloïne-Gloin,...) et de la traduction de la chanson de Thorin que je trouve minable pour un tel film. Je reste perplexe mais je ne me fais pas trop de soucis quand même connaissant Peter Jackson.
  • 3
  • 0
rocky45700 | le 29/04/2012 à 15h49 | Signaler un abus
Votre réponse...
Quelles nouvelles technologies? Le cinéma en relief existait déjà dans les années 50 et le showscan (60 images/seconde) a bientôt 30 ans. Dans le premier cas, l'intérêt artistique est limité, dans le deuxième cas... ça donne une image très moche, entre "Plus belle la vie" et n'importe quelle vidéo de vacances.
  • 2
  • 0
Anonyme | le 16/07/2012 à 00h04 | Signaler un abus
Votre réponse...
Bof, c'est pas la mort cette histoire de 48 images par seconde. Les cinémas près de chez moi n'ont pas le matériel pour projeter un film dans ce format (et ne vont pas s'équiper exprès juste pour les deux films du Hobbit). On aura donc du 24 img/sec et ça me convient très bien.
  • 2
  • 0
Anonyme | le 02/05/2012 à 15h07 | Signaler un abus
Votre réponse...
Ils ont aimé