Les Confins du monde
Ad Vitam

Récit de l’Indochine, le film de Guillaume Nicloux montre la guerre comme un cauchemar halluciné, et poursuit les dérives spleenatiques du réalisateur.

Il y a cette image incroyable à l’orée du film : Gaspard Ulliel, en position christique, plein cadre, s’effondre. Dès cette ouverture, lente et majestueuse, on sait que l’on va, non pas suivre, mais être Tassen, ce soldat déphasé qui entame son voyage (venger son frère mort dans un massacre indochinois en retrouvant ses bourreaux). Guillaume Nicloux fait dériver ses spectateurs avec son héros, glissant de station hallucinée en station hallucinée, de fumerie d’opium en villages détruits, à la recherche d’un ennemi qui va finir par le dévorer. Les Confins du monde est un film étrange qui ne ressemble à rien de connu. Un film de guerre baignant dans un climat durassien, un film d’amour aussi, quand Tassen rencontre une jeune Indochinoise qui va progressivement changer son regard sur le conflit, et un film de fantôme, enfin, avec l’apparition spectrale de Depardieu qui emmène le film sur des territoires métaphysiques... On pense bien entendu à Coppola ou à Fuller, mais la mise en scène de Nicloux n’est pas baroque ou sauvage. Elle est physique, exsude la chaleur, l’humidité, transpire la lumière verdâtre des limes. On sent la sueur, le sang, la boue... toutes ces sensations qui nous font toucher du doigt la solitude de Tassen coincé dans un temps et un espace qui ressemblent de plus en plus à un rêve. On est en 1945, le conflit indochinois ne fait que commencer, mais déjà les hommes habitent leurs propres cauchemars.

Les confins du monde, en salles le 5 décembre 2018

(Les Confins du Monde est un film co -produit par Réginald de Guillebon propriétaire de Premiere et Premiere.fr)

A lire aussi sur Première

L’Empereur de Paris : Vidocq ressuscité (Critique]

Vincent Cassel redonne vie à la figure du bagnard reconverti dans un film sombre et réaliste qui tranche avec les précédentes incarnations du personnage. Révolution ?

Rémi sans famille : Une adaptation réussie [Critique]

Ni nostalgique ni racoleur, un vrai film d’aventures pour toute la famille, porté par un Daniel Auteuil exceptionnel en maître Jedi méridional.

Une affaire de famille : Une Palme d’Or indiscutable [Critique]

Le treizième film de Hirokazu Kore-Eda, l’un des plus beaux, peut-être même son meilleur, invente une famille de récup dans la banlieue nord de Tokyo.