First Man Ryan Gosling
Universal

Le film de Damien Chazelle est globalement très fidèle à la réalité.

Attention, spoilers ! Cet article est destiné aux lecteurs qui ont vu First Man : nous revenons ici sur des scènes clés du film.

First Man est le film événement de la semaine. Damien Chazelle y retrouve sa star de La La Land Ryan Gosling pour raconter le destin exceptionnel de Neil Armstrong, le premier homme à avoir marché sur la Lune. Avec le scénariste Josh Singer, spécialisé dans les adaptations d'histoires vraies (Spotlight, Pentagon Papers…), ils ont voulu offrir au public le biopic le plus fidèle possible à la réalité, tout en choisissant un point de vue fort : raconter la quête d'un homme en deuil, qui ne parvenait pas à se remettre de la mort de sa fillette. Ce choix scénaristique les a poussés à prendre quelques libertés avec la vie de Neil, notamment le temps d'une séquence, et ils ont aussi survolé rapidement plusieurs éléments clés du parcours de l'astronaute. Mais globalement, on verra ici que First Man est très proche de la réalité.

First Man : Ryan Gosling décroche la Lune [Critique]

Neil Armstrong a vraiment marché sur la Lune
Pas question d'entrer ici dans les théories du complot concernant le supposé faux alunissage planifié par la NASA en 1969, qui aurait en fait été tourné en studio par Stanley Kubrick : Neil Armstrong a marché sur la Lune. D'ailleurs, si Damien Chazelle cite plusieurs détracteurs de la mission (qui se plaignaient qu'autant d'argent soit investi dans les missions Apollo alors que les Etats-Unis étaient en crise), il n'évoque absolument pas ces théories dans le film.

Stanley Kubrick a-t-il filmé les premiers pas de l’homme sur la Lune ? Sa fille répond

Neil Armstrong était bien un pionnier de l'aviation
First Man s'ouvre sur une scène spectaculaire à bord d'un avion de test X-15, dont le vol ne se passe pas comme prévu, l'engin se retrouvant à "rebondir" en altitude. Neil Armstrong était effectivement un pilote compétent, passionné par l'aviation, qui a d'ailleurs obtenu son brevet dès 16 ans, avant même de passer son permis de conduire. Il a participé à de nombreux vols entre 1955 et 1962 pour la NACA, ancêtre de la NASA. Et il s'est bien retrouvé au coeur de plusieurs accidents au cours de cette période, heureusement pour lui sans gravité.

Neil Armstrong ne parlait jamais de la mort de sa fille
Atteinte d'une tumeur au cerveau, Karen Armstrong est morte à seulement 2 ans et demi, le 28 janvier 1962. Comme on le voit dans le film, son père est retourné voir ses collègues une semaine seulement après ses funérailles, se noyant dans le travail après ce drame. James R. Hansen, l'auteur de la biographie qui a inspiré le film, a interviewé plusieurs proches de l'astronaute à ce sujet, dont la soeur de Neil et son ex-femme Janet, qui lui ont expliqué qu'il avait beaucoup souffert de cette disparition, mais qu'il ne parlait jamais de Karen, ni à ses amis, ni à elles.

La mission Gemini 8 est bien partie en vrille
Au sens propre, puisque le module s'est mis à tournoyer sur lui-même, mais pas autant que ce que l'on voit dans le film. Les deux astronautes ont cependant failli perdre connaissance, comme on le voit à l'écran. Sylvestre Maurice, astrophysicien qui a vu le film en avant-première à la Cité de l'espace de Toulouse, expliquait en sortant de la projection à l'AFP : "C'est sûr que lors du problème avec Gemini 8, ils ne tournaient pas comme des malades comme dans le film. En vérité, ils allaient à peu près à un tour par seconde, ce qui, en termes d'aéronautique, est déjà une folie, mais qui, dans un film, ne rend pas forcément bien visuellement."

Apollo 1 a traumatisé les astronautes
La catastrophe montrée dans le film s'est déroulée exactement comme ça dans la vie, en 1967 : pendant qu'une poignée d'astronautes étaient à la Maison Blanche pour promouvoir le lancement des mission Apollo, l'équipe menée par Ed White (Jason Clarke à l'écran), qui devait être le premier homme à marcher sur la Lune, a brûlé, coincée dans le module de lancement de la fusée. Ce fut un choc pour tous les astronautes, et Damien Chazelle rend bien cette sensation sans en faire trop. Il aurait pu en montrer d'autres, tant la conquête spatiale fut marquée par les accidents mortels, que ce soit du côté russe ou américain, avant ou après la mission de Neil Armstrong.

Le programme Apollo a été vivement critiqué
Damien Chazelle montre brièvement que la conquête spatiale américaine a entraîné de nombreuses critiques. Ces scènes illustrent la véritable colère d'une partie du peuple américain à la fin des années 60, qui considéraient que le gouvernement dépensait trop d'argent dans ce programme d'exploration de l'espace, alors qu'il y avait de nombreux problèmes sociaux à régler sur Terre. On entend notamment le morceau contestataire "Whitey on the Moon", de Gil Scott-Heron, et la critique de l'auteur de science-fiction Kurt Vonnegut.

 

Ses relations avec sa femme étaient tendues
Claire Foy incarne Janet, l'épouse de Neil Armstrong, qui souffre du fait que son mari mette ainsi sa vie en danger. Elle lui reproche aussi d'être trop absorbé par son travail, lui laissant le soin de s'occuper de leurs deux fils, et elle finit par se rebeller face à son absence de dialogue en lui imposant de parler à ses enfants avant de partir en mission, au cas où il ne reviendrait pas. Tout ceci s'est vraiment passé. Oui, elle a même débarqué à la NASA pour qu'ils lui rebranchent la retransmission ! Janet en a parlé dans la presse au fil des années : comme on le voit dans le film, Neil était un homme très fermé (c'est d'ailleurs pour ce trait de caractère que Damien Chazelle a choisi Ryan Gosling), ce qui créait une ambiance plutôt froide entre les deux époux. Ils ont d'ailleurs divorcé en 1994, date à laquelle Neil a rencontré une autre femme.

Damien Chazelle : "A la base, je n’ai pas contacté Ryan Gosling pour La La Land, mais pour First Man"

Neil Armstrong et Buzz Aldrin n'étaient pas proches
A chaque fois qu'il apparaît dans le film, c'est pour dire une énormité ! Buzz Aldrin (Corey Stoll) apparaît assez peu dans First Man, mais tout de même assez pour qu'on sente une certaine animosité entre lui et son coéquipier de la mission Apollo 11. Selon Mike Collins, le troisième homme de cette mission (joué par Lukas Haas), les deux hommes étaient effectivement très différents, et même une fois revenus de la Lune, "ils restèrent comme deux aimables étrangers l'un envers l'autre." 

Neil Armstrong n'a sans doute pas jeté le bracelet de sa fille sur la Lune
C'est le seul élément 100 % fictif du film : rien ne prouve que Neil est parti sur la Lune avec le bracelet de sa fille. Hansen, son biographe, a expliqué cela en détail auprès de la NBC : chaque astronaute partait avec un petit sac d'objets personnels, mais le contenu de celui d'Armstrong n'a jamais été dévoilé. On sait qu'une fois sur la Lune, il s'est approché d'un cratère, comme dans le film, mais comme la caméra n'était pas fixée sur lui à ce moment-là, on ne sait pas exactement ce qu'il y a fait.

First Man : La scène qui a été inventée pour le film

La scène sur la Lune manque de détails
Des Américains ont été choqués de ne pas voir le planté du drapeau sur la Lune, et Damien Chazelle assume ce choix : il ne voulait pas raconter de façon scientifique tout ce que les deux astronautes devaient faire sur place mais transformer cet instant si célèbre de la vie d'Armstrong en "climax" émotionnel, justement en insistant sur ce bracelet, et donc sur le deuil insurmontable du personnage. C'est un choix scénaristique fort, qui explique pourquoi une fois l'alunissage effectué, le réalisateur prend moins soin des détails. "La surface de la Lune manque de poussière et de pas mal d'autres petites choses, analyse ainsi l'astrophysicien Sylvestre Maurice auprès de l'AFP. "En remontant dans le vaisseau, les véritables astronautes étaient couverts de poussières, (mais on comprend au cours de cette scène que) l'accent n'est pas donné au scientifique."
"La vérité scientifique, ce n'est pas un but en soi, là on n'est pas devant un reportage
, considère Serge Gracieux, médiateur à la Cité de l'Espace. C'est un film qui raconte la vie d'Armstrong et ce qui en fait la saveur, c'est la psychologie, l'histoire." Un point de vue partagé avec le biographe de Neil, qui a été ému par cette scène et insiste sur le "pouvoir de la poésie" au cinéma.

First Man, un film antipatriotique ? La polémique enfle autour du drapeau de la discorde