Titre original (M)uchenik
Date de sortie 23 novembre 2016
Durée 118 mn
Réalisé par Kirill Serebrennikov
Avec Petr Skvortsov , Viktoriya Isakova , Yuliya Aug
Scénariste(s) Kirill Serebrennikov
Année de production 2016
Pays de production RUSSIE
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

« Les disciples de la lumière n’ont jamais inventé que des ténèbres » Robert Desnos Veniamin, un adolescent pris d’une crise mystique, bouleverse sa mère, ses camarades et son lycée tout entier, par ses questions. - Les filles peuvent-elles aller en bikini au cours de natation ? - Les cours d’éducation sexuelle ont-ils leur place dans un établissement scolaire ? - La théorie de l’évolution doit-elle être enseignée dans les cours de sciences naturelles ? Les adultes sont vite dépassés par les certitudes d’un jeune homme qui ne jure que par les Ecritures. Seule Elena, son professeur de biologie, tentera de le provoquer sur son propre terrain.

Offres VOD de Le Disciple

UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Le Disciple

Photos de Le Disciple

DR
DR

Casting de Le Disciple

Yuliya Aug
la mère de Vienamin

Critiques de Le Disciple

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Les films qui nous viennent de Russie ne sont pas rassurants. Ils montrent une société en proie au cynisme (Elena), à la corruption (Léviathan) ou, ici, à l’intégrisme religieux à travers le personnage de Veniamine, un étudiant renfermé qui cite les Ecritures (chrétiennes) à tout bout de champ et qui se radicalise de plus en plus. Le plus inquiétant, ce n’est pas ce jeune agité, somme toute un peu ridicule et maladroit, mais les adultes qui lui font face et qui sont les garants de l’ordre moral et civil en Russie. Ils sont tous défaillants, de la mère dépassée aux responsables de l’établissement scolaire, qui ont peur des retombées négatives de la publicité faite autour, certes d’un illuminé, mais qui a le « mérite » d’incarner les valeurs ultraconservatrices prônées par le pouvoir. Dostoievskien en diable, Le Disciple pêche par excès de démonstration – la seule opposante à Vienamine est une prof à l’intégrité infaillible - et de théâtralité – son réalisateur vient de la scène. Il n’en demeure pas moins une réflexion passionnante sur l’impuissance des sociétés dites "évoluées" à contrer l’obscurantisme sous toutes ses formes. Christophe Narbonne