Toutes les critiques de L'Inconnu du lac

Les critiques de Première

  1. Première
    par Stephanie Lamome

    Qui aurait cru qu’Alain Guiraudie, réalisateur de contes libertaires rigolards ancrés dans le Sud- Ouest de la France, allait traverser le Rhône pour tourner un thriller provençal sur le désir « fatal » ? Certes, L’Inconnu du lac est un conte, mais sérieux, en prise directe avec les peurs enfantines : la terreur du noir (l’extraordinaire travail sur la lumière, exclusivement naturelle, donne lieu à des crépuscules à vous brouiller la vue), celle d’être abandonné, la trouille d’un monstre dans le lac mais aussi celle d’un loup dans le bois. Le film nous replonge dans cet état d’enfance où l’excitation et l’angoisse se confondent pour ne plus former qu’une grosse boule, quelque part entre la gorge et le ventre. Petit à petit, à force de rituels (l’arrivée sur le parking, le parcours le long du sentier, l’installation dans la crique, la discussion avec Henri, le petit tour au coeur du bois), la mise en scène impose un climat anxiogène, renforcé par une véritable scénographie de la plage. Mais chez Guiraudie, on ne se donne pas « d’air ». On peut être sérieux mais jamais grave. Un thriller donc, oui, mais drôle, au soleil et les couilles à l’air. Le cinéaste aveyronnais mélange mythologie et trivialité des corps nus qui glandent sur leur serviette. Michel, ce fantasme homo par excellence, serial killer potentiel, sort autant de la cuisse de Poséidon que de la moustache de Magnum. Ce qui est bien chez Guiraudie, c’est ça : il y a peut-être un monstre tapi quelque part mais, en attendant, on bronze et on jouit.

Les critiques de la Presse

  1. Les Cahiers du cinéma
    par Jean-Sébastien Chauvin

    "L’Inconnu du lac" est peut-être le plus beau film d’Alain Guiraudie. Le cinéaste n’avait jamais atteint une telle science du découpage (…) "L’Inconnu du lac" s’élève au-dessus de toute caractérisation de l’époque pour atteindre à la dimension du mythe.

  2. Le Canard Enchainé
    par La rédaction du canard enchaîné

    Alain Guiraudie réussit un film rayonnant. Un film ouvert aux beautés de la nature et accueillant au regard des hétérosexuels, grâce à son art de filmer la sexualité homo avec naturel.

  3. StudioCiné Live
    par Emmanuel Cirodde

    Cette passion sans tabou entre Franck et un inconnu aussi attirant que dangereux se vit à poil mais se couvre d'une ombre nouvelle, qui permet de se réjouir de la capacité de Guiraudie à se renouveler tout en conservant les fondamentaux de son incroyable cinéma.

  4. Le Monde
    par Jean-François Rauger

    Alain Guiraudie mêle avec virtuosité le désir et la mort.

  5. Nouvel Obs
    par Guillaume Loison

    Alain Guiraudie signe un objet envoutant et hilarant.

  6. Transfuge
    par Frédéric Mercier

    C'est avec ce regard distancié de libertin classique que Guiraudie, dans des cadrages larges, en prenant soin de filmer le ciel et les mouvements du soleil, contemple son utopie de jouissances.

  7. Critikat.com
    par Olivia Cooper-Hadjian

    Comme Shame ou Spring Breakers avant lui, mais avec une forme de simplicité qui confine au sublime, L’Inconnu du lac travaille les questions fondamentales de notre époque. Il s’interroge sur ce que tout nous porte à oublier : la portée de nos actes.

  8. Les Fiches du cinéma
    par Thomas Fouet

    Amour solaire, sexe frontal et désir mortifère : à la fois ample et concret, sensualiste et tragi-comique, L’Inconnu du lac est un huis-clos à ciel ouvert, où se prolonge - dans une gravité inédite - le miracle Guiraudie : celui d’un cinéma à nul autre pareil.

  9. Libération
    par Didier Péron

    Une rêverie étincelante dans un paradis masculin traversé de violences.

  10. Les Inrocks
    par Serge Kaganski

    L’amour, le sexe, la mort : avec ce huis clos à ciel ouvert, le réalisateur enthousiasme et fait son grand retour dans le monde tel qu’il est.

  11. Télérama
    par Pierre Murat

    Crime au bord d'un lac idyllique où des gays se draguent... Entre désirs crus et terreur latente, un thriller féroce et magistral.

  12. Excessif / TF1 News
    par Romain Le Vern

    "L'inconnu du lac" est un grand film d'amour fou. Amour-fou, amour-passion, amour-ami, amour-amant et amour-à-mort. Une merveille qui ne ressemble à rien de connu.

  13. Time Out
    par Alexandre Prouvèze

    Somptueusement filmé et mis en scène avec un mélange très juste de pudeur et de crudité, le film de Guiraudie parvient, au bout du compte, à traduire en images ce qui fait du sexe une expérience bouleversante, un point de bascule, une glissade dans l’indicible et l’inconnu.

  14. A voir à lire
    par Emma Martin

    L’inconnu du lac est un objet d’une superbe plastique. La lumière naturelle fait rejaillir, sans fioritures, la beauté de ce qui se passe à l’écran. Le film est certes un thriller, mais l’on en retiendra surtout sa conception tragique des relations humaines (qu’elles soient homosexuelles ou non). On sort de la salle avec l’amère impression d’avoir assisté à une tragédie grecque, où l’espoir a été sacrifié sur l’autel d’une divinité supérieure : Thanatos

  15. L'Express
    par Christophe Carrière

    L'Inconnu du lac ne se pose pas comme un film policier, mais comme un tournoi de ping-pong psychologique. Les personnages ne sont quasiment jamais plus de deux à l'écran et, outre quelques ébats sexuels dont l'inutile crudité ne manquera pas de faire jaser, les échanges verbaux sont de plus en plus constructifs et pertinents. D'aucuns se moqueront du naturalisme forcené et prêtant parfois à sourire (ah! ce débat d'idées sur la Renault 25...), on préférera souligner, chez Guiraudie, la maîtrise du dispositif, finalement assez subjuguant. Pas mal d'Eros, autant de Thanatos, et pas (trop) de pathos.

  16. Elle
    par Florence Ben Sadoun

    Sur cette scène de théâtre en plein air, on va croiser des personnages la plupart du temps nus, qui bronzent, qui se baignent peu mais se regardent, se touchent, s’essaient et s’échangent pour repartir seuls à la nuit tombée. Même entre chien et loup, la caméra reste là, prête à capter un bruit, un mouvement furtif dans l’eau ou un meurtre. Quand Franck tombe amoureux de Michel, qui ressemble à Magnum avec sa moustache, il sait qu’il risque sa vie. Et pourtant le film ira au bout de cette passion d’été.

  17. 20 Minutes
    par Stéphane Leblanc

    L’Inconnue du lac est un film plus fantastique que réaliste.

  18. Le JDD
    par Barbara Théate

    Le thriller est mal mené, la mise en scène répétitive et la psychologie des personnages à pleine effleurée. un film à la limite du porno qui montre sans complexe des hommes le sexe à l’air ou en pleine éjaculation. Réduisant du coup les homosexuels à des hommes en rut permanent.

  19. Le JDD
    par Danielle Attali

    Certes, ce petit polar naturiste, anémique et communautaire comporte trois scènes de comédie – un personnage de branleur récurrent qui vient s’asticoter en regardant les autres et Henri, qui apporte sa dose d’humanité. Mais elles ne gomment pas l’ennui existentiel du script, une mise en scène qui additionne de nombreux plans fixes, de la plage au parking et des acteurs qui, parfois, jouent faux. Quant aux scènes pornos (au beau milieu de préservatifs usagés, on voit une fellation et une éjaculation), sorte de provocations convenues, étaient-elles nécessaires ? Elles ont coûté au film une interdiction aux moins de 16 ans.