Titre original Comme ton père
Date de sortie 12 décembre 2007
Réalisé par Marco Carmel
Avec Gad Elmaleh , Richard Berry , Jules-Angelo Bigarnet
Distributeur Rezo Films
Année de production 2007
Pays de production français
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Belleville, années 70. Fraîchement débarqué d'Israël avec sa femme Mireille et ses deux enfants, Félix a des rêves de grandeur. Ce brocanteur au grand coeur passionné par les courses, permet à sa famille de prendre ses repères petit à petit... Sa rencontre avec Serge, un parrain local qui a les mêmes racines que lui, va marquer un important tournant dans sa vie. Ses choix vont bouleverser l'enfance de son fils Michel, 11ans. Lui qui a toujours considéré son père comme un héros va grandir vite, trop vite...

Offres VOD de Comme Ton Père

Pas d'offres actuellement.

Photos de Comme Ton Père

DR
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION

18857504

COMME TON PERE COMME TON PERE (2006)

Film de Marco CARMELGad ELMALEH et Richard BERRY

COMME TON PERE COMME TON PERE (2006)

Film de Marco CARMELGad ELMALEH

COMME TON PERE COMME TON PERE (2006)

Film de Marco CARMELAffiche

Critiques de Comme Ton Père

  1. Première
    par Eve Gimenez

    Venus d’Israël, Félix et sa famille s’installent à Belleville. Quand Serge, le parrain du quartier croise leur chemin, leur vie va être bouleversée. Pour son premier long-métrage, Marco Carmel s’en sort plutôt bien. Avec son regard et ses mots d’enfant, le réalisateur raconte une histoire prenante, qui est en partie la sienne. Les tignasses ébouriffées des gamins et les pantalons pattes d’eph nous replongent dans les années 70 et l’influence des films de Scorsese et Coppola est plus que palpable. Cette influence le conduit parfois à grossir un peu trop le trait, mais on y croit malgré tout. Sans doute grâce à la performance de Richard Berry, en parrain pas si cruel que ça, et à celle de Yaël Abécassis, en mère autoritaire mais désemparée. Un début prometteur au cinéma.

  2. Première
    par Isabelle Danel

    Très autobiographique, ce premier long-métrage d'un réalisateur de télévision israëlien peine à trouver sa forme et son rythme. A sauver, la reconsitution des années 70 et quelques jolis moments: le père emmenant le fils au cinéma sans argent pour payer les places, la grand-mère fan de Mike Brant et son tourne-disque récalcitrant...

  3. Première
    par Anne Akrich

    Comme ton père fait le portrait d’une famille débarquée d’Israël en France. De Marseille à Paris, ce périple les mène vers un « parrain local » qui va faire basculer leurs vies. Bien qu’en partie autobiographique, on ne croit pas une seule seconde à cette histoire. A mesure qu’il multiplie les artifices de la reconstitution (les fringues et les décors), le film perd en crédibilité tant au niveau de l’intrigue, des personnages que de la patines 70’s. Rythmé par une musique et une voix-off crispantes, le film ne se positionne jamais et entasse pêle-mêle pathos, rires, noirceur, pour un résultat désespéramment tiède.