Songbird
Metropolitan FilmExport

Disponible sur Prime Video, cette production Michael Bay est une petite horreur.

La bamboche, c’est terminé. En 2024, le Covid-19 a largement muté et est devenu le Covid-23, mortel en quelques heures seulement. Le monde entier vit en confinement depuis quatre ans, à l’exception de quelques chanceux, immunisés. C’est le cas de Nico (KJ Apa), coursier à moto qui tente de sauver sa copine (Sofia Carson), suspectée d’être contaminée. Tourné cet été en trois semaines chrono dans un Los Angeles confiné, Songbird rame autant sur le terrain de l’action que du drame, mais semble pourtant se rêver en grande fresque de notre époque. Côté casting, personne n’y croit mais tout le monde est là : Demi Moore, Craig Robinson, Paul Walter Hauser, Peter Stormare, Bradley Whitford, Alexandra Daddario… Une foire à la saucisse hollywoodienne organisée juste pour le plaisir de faire semblant, et d’échapper durant quelques jours à la pandémie (tout en s’y cognant frontalement à travers le scénario. Étrange). Il y a encore un an, on aurait regardé cette production Michael Bay comme un inoffensif nanar, une série B à l’esthétique approximative dont la seule mission aurait été d’occuper notre samedi soir. Aujourd’hui, à l’heure où l’industrie est pratiquement à l’arrêt et que la Terre entière se raccroche à l’espoir d’une sortie de crise, difficile de ne pas trouver le film d’un opportunisme franchement dégueulasse.

Songbird, d’Adam Mason, disponible sur Prime Video et en VOD.


A lire aussi sur Première

This England dissèque froidement BoJo et la crise sanitaire (critique)

Michael Winterbottom raconte trois mois dramatiques de l'Histoire de l'Angleterre, début 2020, entre l'émergence du COVID et l’hospitalisation de Boris Johnson. Une analyse clinique à voir dès ce soir sur Canal+ en France.

Une intime conviction : Procès gagné [Critique]

Antoine Raimbault redessine les contours flous de l’affaire Suzanne Viguier et plonge Olivier Gourmet et Marina Foïs dans un film de procès implacable.