Date de sortie 10 septembre 1997
Avec Sarah Michelle Gellar, Alyson Hannigan, Nicholas Brendon
Genre Série fantastique

Synopsis

"A chaque génération, il y a une élue... Seule elle devra affronter les vampires, les démons et les forces de l'ombre..." Celle de notre génération s'appelle Buffy Summers. Elle a 16 ans et, jusqu'à ce que sa destinée lui soit révélée, les soucis d'une ado californienne comme tant d'autres.La Buffy originale, du film de Joss Whedon, incarnée par Kristy Swanson, est d'ailleurs un personnage des plus superficiels, passablement égoïste, dont le but ultime est d'intégrer l'équipe des pom-pom girls. Les événements vont l'amener à grandir prématurément, et c'est une Buffy plus amère, plus cynique mais aussi un rien plus mature qui débarque dans la série. Une première saison qui pose les personnages et l'univers Chassée de son précédent lycée, Emery (qu'elle fait bruler dans le film) elle vient s'installer avec sa mère fraichement divorcée (Kristine Sutherland) à Sunnydale, petite ville tranquille... le jour, car la nuit, elle s'avère avoir le taux de population vampirique le plus élevé du pays.Pour cause : Sunnydale a été construite sur une Bouche de l'Enfer, un point de concentration démoniaque qui attire à lui tous les démons possibles et imaginables.Par chance Buffy n'est pas seule : outre son observateur, Giles (Anthony Stewart Head) elle se fait rapidement deux amis : Willow (Alyson Hannigan) une surdouée romantique et d'une timidité maladive, et Xander (Alex en vf) un "looser" terriblement attachant.Puis elle rencontre Angel, dont elle tombe sous le charme mystérieux avant de découvrir qu'il s'agit ... d'un vampire. Mais, maudit par des bohémiens, il est doté de son âme originelle, qui le ronge, lui faisant éprouver remord et culpabilité pour plus d'un siècle de crimes passés.Il l'aidera notamment à combattre Le Maitre, un vampire millénaire, coincé dans les bas fonds de Sunnydale depuis un tremblement de terre, et qui tente de revenir à la surface. Dans cette bataille contre son premier grand ennemi, Buffy laissera la vie... quelques minutes, le temps que Xander la ranime. Une seconde saison en dents de scie La seconde saison voit s'alterner les meilleurs commes les pires épisodes de la série. Mais elle demeure d'excellente facture, par son traitement des personnages (le stress post traumatique de Buffy en début de saison) son renouveau (la mort de Buffy a créé une nouvelle tueuse, Kendra) et l'introduction du trio de vampire le plus culte de la série : Spike (James Marsters) Drusilla (Juliet Landau) et... Angélus, l'alter ego démoniaque d'Angel, ranimé par Buffy elle-même en offrant à son amant un "moment de pur bonheur".L'être qu'elle aimait le plus devient donc son nemesis, un événement conduisant à une fin de saison dramatique restée dans les mémoires, si bouleversante que Buffy choisit de quitter Sunnydale... Une troisième saison pleine de questions Dernière année de lycée pour le Scooby-Gang, quel avenir à la sortie ? La saison 3 constitue une métaphore filée de ce passage à l'âge adulte, notamment dans le final qui voit Buffy et sa bande faire littéralement exploser le lycée. Buffy y rencontrera une version alternée d'elle-même en la personne de Faith (Eliza Dushku). Tueuse comme elle, la jeune fille a très vite été livrée à elle-même (négligée par sa famille, elle perd ensuite son observateur) et devient un dangereux électron libre qui finit par rejoindre l'autre camp. Cette saison marque aussi le retour d'Angel, puis son départ pour Los Angeles, qui donnera lieu au spin-off Angel .L'y rejoindra notamment Cordélia, pour qui cette saison 3 a des airs de déchéance. Une saison 4 mitigée mais mythique De l'avis des fans, la saison 4 est la plus faible de la série. Pourtant elle s'ouvre sur de très bon épisodes et compte parmi les plus réussi entre Hush (Un silence de mort) épisode tourné en muet ou Restless (Cauchemars) épisode entièrement onirique traversant songes et fantasmes de Buffy, Giles, Willow et Xander. On assiste aussi au réveil de Faith et à l'arrivée d'un nouveau compagnon pour Buffy, tandis que Willow changera de style de vie en rencontrant Tara, une jeune sorcière. Une saison 5 en forme de puzzle La saison 5 fait preuve d'une originalité sans précédent en introduisant un personnage... supposé être là depuis le début. Dawn (Michelle Trachtemberg) la soit disant soeur de Buffy est en fait une clef vers un monde parallèle, à qui des moines ont donné forme humaine pour mieux la cacher. C'est que cette clef est la convoitise de Glory (Clare Kramer) une déesse terriblement humaine qui n'aspire qu'à rentrer chez elle, quitte à ce que cela détruise notre propre dimension.Cette saison demeure un bijou dans son ensemble par sa capacité à lier dans le final tous les éléments disseminés dans des épisodes qu'on imaginait parfois indépendant. Elle compte aussi l'épisode le plus troublant de la série, The Body (Orphelines) où Buffy découvre le corps sans vie de sa mère. Tourné en tant réel, sans musique, il constitue la représentation du deuil la plus réaliste de la télévision.La fin de la saison 5 constitue elle aussi un choc puisque Buffy elle-même y laisse la vie... Une saison 6 sous le signe de la noirceur Buffy est morte, ses amis ont pris le relais, mais ne parviennent pas à surmonter la douleur. Ils décident donc de la ramener, ignorant qu'ils vont l'arracher du paradis et non de l'enfer. A cette fin, Willow pratique un rituel de magie noire extrêmement puissant. Au fur et à mesure de la saison, la jeune fille devient accro au pouvoir, provoquant l'éloignement de sa compagne, Tara. Lorsque celle-ci disparait, WIllow bascule et se lance dans une quête de vengeance meurtrière.La saison 6 est à l'image de Buffy : arrachée à son Eden, le contraste de la vie quotidienne lui semble insurmontable. Une saison 7 comme un retour aux origines The First (La Force en vf) le mal originel, est de retour à Sunnydale...