Nom de naissance de La Patellière
Nationalité Français
Genre Homme
Avis

Biographie

Né le 8 mars 1921 à Nantes et décédé le 21 juillet 2013 à l'âge de 92 ans, Denys de la Patellière est un cinéaste français célèbre pour ses films Un taxi pour Tobrouk, Du rififi à Paname, Le Tatoué et Prêtres Interdits. Il est le père d'Alexandre de la Patellière.Issu d'une famille anoblie en 1817 sous la deuxième Restauration, Denys Dubois de la Patellière est le fils d'un officier. Comme son père, il songe d'abord à embrasser une carrière militaire et prépare le concours pour Saint-Cyr. Seulement, la Seconde guerre mondiale ne laisse pas le temps à Denys de faire ses classes. Trop jeune pour être incorporé par conscription en 1939, il ne va pas pour autant rester les bras croisés.Ainsi, après l'opération Torche qui voit les alliés débarquer sur les plages d'Afrique du Nord, il s'engage volontairement dans l'Armée de Libération, constituée des FFL sous l'influence de De Gaulle et de l'Armée d'Afrique, plutôt fidèle à Giraud. Intégrée au corps d'Armée américain, l'Armée de Libération s'illustre à Bir Hakeim, se bat en Italie en 1943, participe au débarquement en Provence en 1944 puis prend part aux combats sanglants dans les Ardennes, notamment à Bastogne. C'est également l'Armée de Libération qui prendra le Nid d'Aigle d'Hitler en 1945.Premières réalisationsAyant survécu à toutes ces campagnes, de la Patellière renonce à préparer Saint-Syr pour devenir officier et commence une carrière dans le cinéma. D'abord ouvrier dans un laboratoire cinématographique, il devient rapidement monteur pour Les Actualités Françaises, bulletins d'information projetés dans les salles obscures.En 1948, il devient pour la première fois assistant réalisateur, sur le tournage du film L'Héroïque Monsieur Boniface de Maurice Labro. Il retrouve d'ailleurs le cinéaste en 1950 pour son film Boniface somnambule mais travaille également avec Georges Lacombe sur Prélude à la Gloire (1949), Richard Pottier sur Casimir (1950), René le Hénaff sur Uniformes et grandes manœuvres (1950), Georges Lampin sur Suivez cet homme (1950) ou encore Léo Joannon sur Le Défroqué (1954).Fort de cette expérience, Denys de la Patellière décide alors qu'il est temps pour lui de voler de ses propres ailes. Ainsi, en 1955, il planche sur l'écriture de son premier film : Les Aristocrates (1955), qui met en scène Pierre Fresnay. Dans la foulée, de la Patellière enchaîne avec le tournage des films Le salaire de la peur (1955), dans lequel il dirige Danielle Darieux, puis Retour de Manivelle (1956), avec Michèle Morgan.Du drame à la comédie, du polar au film de guerreDe la Patellière s'essaye alors à tous les styles. La comédie d'abord, avec Les oeufs de l'autruche (1957), puis bien des années plus tard avec Le Tatoué (1968) qui met en scène Louis de Funès et Jean Gabin. D'ailleurs, Gabin a tourné dans d'autres films de Denys de la Patellière puisqu'il incarne un père de famille dans les drames Les Grandes Familles (1958) et Rue des Prairies (1959). Car c'est bien dans le drame que de la Patellière se sent le plus à l'aise, enchaînant des films comme Les Yeux de l'amour (1960), Soleil Noir (1966), Le Voyage du père (1966) et Prêtres interdits (1973).De la Patellière s'essaye aussi à la comédie dramatique avec Le Bateau d'Emile (1961), Le tonnerre de Dieu (1964) et Caroline Chérie (1968), mais également au film de guerre avec peut-être ce qui est l'un de ses plus grands succès : Un taxi pour Tobrouk (1960), dans lequel il dirige le grand Lino Ventura et l'excellent Hardy Krüger. Dans le registre policier, il réalise Du Rififi à Paname (1965) puis Le Tueur (1972), deux films pour lesquels il retrouve son acteur fétiche : Jean Gabin. Il réalise même un film en costume en 1964 avec La Fabuleuse aventure de Marco Polo, co-signé avec Noël Howard.Après le cinéma, la télévisionAu milieu des années 1970, Denys de la Patellière, abandonne le cinéma après avoir réalisé vingt films. Il se tourne alors vers la télévision en réalisant les séries Un juge, un flic (1977), Le comte de Monte-Cristo (1980) et Secret Diplomatique (1983). Il réalise également plusieurs téléfilms dont Bonjour maître (1987), Paparoff se dédouble (1990), L'Affaire Salengro (1992) et Les Épées de Diamant (1993). Ce téléfilm sera également sa dernière oeuvre puisqu'il se retire par la suite du monde du cinéma et de la télévision. Il a alors 72 ans.Il décède vingt années plus tard, le 21 juillet 2013, à l'âge de 92 ans.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
1973 Pretres Interdits Réalisateur, Scénariste -
1972 Le Tueur Réalisateur -
1969 Sabra Réalisateur, Scénariste -
1968 Le Tatoué Réalisateur -
1967 Caroline chérie Réalisateur -

Stars associées