Date de sortie 4 novembre 2015
Réalisé par Kheiron
Avec Kheiron , Leïla Bekhti , Gérard Darmon
Scénariste(s) Kheiron
Distributeur GAUMONT
Année de production 2015
Pays de production france

Synopsis

Téhéran, 1971. Alors que le Shah d'Iran mène aveuglément son pays à la débâcle, Hibat Tabib, jeune étudiant plein de fougue, rejoint les rangs de l'opposition et milite secrètement contre l'obscurantisme et l'injustice. Il est arrêté, jugé et condamné à 10 ans de prison. Il a alors 25 ans. Libéré après 7 ans d'humiliation et de torture, cet irréductible optimiste croise le chemin de sa future femme, Fereshteh. Ils décident de se marier en quelques jours, mais les activités d'Hibat au sein du parti souterrain de l'opposition ainsi que le régime de terreur des Mollahs les obligent, avec Fereshteh et le fils qu'ils attendent, à s'enfoncer dans la plus grande clandestinité. Le 1er janvier 1984, Hibat, traqué jour et nuit, est poussé à la fuite. Il n'accepte l'exil qu'à une seule condition : c'est lui, sa femme et son fils, ou rien !

Dernières News

César 2016 : Zabou Breitman et Pierre Deladonchamps sont toujours aussi insortables

Les deux complices ont rejoué hier leur duo politiquement incorrect qui avait marqué l'édition 2015.

Les sorties ciné de la semaine

Cette semaine au cinéma, Kheiron filme Leïla Bekhti, Marion Cotillard donne vie à une héroïne de Tardi et Marthe Villalonga veut partir en paix. 

Critiques

  1. Première
    par Damien Leblanc

    Popularisé par ses stand-up et la série Bref, Kheiron passe à la réalisation en retraçant le parcours de ses parents, opposants politiques iraniens contraints de s’exiler en France en 1984. La brutalité de la réalité historique exposée dans la première partie (où l’on aperçoit les prisons du Shah) s’accompagne de dialogues absurdes et d’un comique de situation qui font voisiner le portrait familial avec l’esprit satirique de Riad Sattouf. Si la seconde partie, peinture du vivre-ensemble dans les banlieues, est moins soignée, cette comédie sur l’immigration et la nécessité de lutter contre l’obscurantisme fait entendre sa voix optimiste.