Réalisé par Nabil Ayouch
Avec Abdellah Didane , Loubna Abidar , Asmaa Lazrak
Scénariste(s) Nabil Ayouch
Distributeur Pyramide Films
Année de production 2015
Pays de production FR,MA
Producteurs Nabil Ayouch

Synopsis

Marrakech, aujourd'hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d'amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant.

Anecdotes

Le parcours chaotique du film par Nabil Ayouch : "Tout a commencé un peu avant le Festival. La Quinzaine des réalisateurs nous a demandé quatre extraits pour leur site, comme c’est l’usage pour tous les films sélectionnés. Aussitôt, ces séquences ont été piratées, balancées sur le Net et vues des millions de fois, particulièrement au Maroc où une vague d’hystérie absolument délirante s’est propagée sur les réseaux sociaux. En parallèle des projections, on nous assassinait sur la Toile... Au lendemain de notre retour de Cannes, à la suite de ce véritable tollé, le ministre marocain de la Communication interdisait le film avant même que le visa d’exploitation n’ait été demandé. Depuis, nous avons tous fait l’objet de di- verses insultes et de menaces de mort. Une page Facebook s’est créée sur laquelle 4 000 personnes ont « liké » mon exécution." [Premiere, Septembre 2015]

Dernières News

Loubna Abidar : "Je dis la vérité et parfois la vérité fait mal"

De passage samedi soir sur le plateau d'On n'est pas couché, Loubna Abidar, l'actrice de Much Loved est revenue sur la polémique entourant le film et sur l'Islam actuel.

10 films des César 2016 à voir maintenant en ligne 

Où regarder (légalement) les favoris des César avant la cérémonie ? 

Photos

Much Loved

Expired

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Nabil Ayouch ("Mektoub", "Les Chevaux de Dieu") continue de disséquer la société marocaine avec le naturalisme qui caractérise son cinéma libre et documenté. Portrait de quatre prostituées travaillant à Marrakech, "Much Loved" a évidemment provoqué un tollé au Maroc, où il a été interdit pour "atteinte flagrante à l’image du royaume". Cette chronique n’a pourtant rien de scandaleux, et encore moins d’obscène : Ayouch traque l’humanité en chaque personnage (y compris masculin), qu’il confronte à ses peurs et ses contradictions. Tour à tour solaire et sombre, spontané et "joué", "Much Loved" fait d’Ayouch un émule d’Abdellatif Kechiche qui place les acteurs au cœur de son dispositif de mise en scène.