Date de sortie 25 avril 2012
Réalisé par Matthieu Delaporte, Alexandre de la Patellière
Avec Patrick Bruel , Valérie Benguigui , Charles Berling
Scénariste(s) Matthieu Delaporte, Alexandre de la Patellière
Distributeur Pathé
Année de production 2012
Pays de production FR
Genre Comédie

Synopsis

Vincent, la quarantaine triomphante, va être père pour la première fois. Invité à dîner chez Élisabeth et Pierre, sa sœur et son beau-frère, il y retrouve Claude, un ami d'enfance.En attendant l'arrivée d'Anna, sa jeune épouse qui vient de passer une échographie et qui connait donc enfin le sexe de l'enfant qu'elle porte, on le presse de questions sur sa future paternité. Mais quand on lui demande s'ils ont déjà choisi un prénom pour l'enfant à naître, sa réponse semble satisfaire aucun des convives et plonge la petite assemblée dans le chaos...La soirée qui avait pourtant bien commencée va finir en règlement de comptes. Chacun ayant quelque chose à reprocher à l'autre, les vieilles histoires refont surface. Jalousie, rancune, mauvaise foi, la soirée devient peu à peu un véritable fiasco.

Dernières News

Audiences TV : Clem reste leader ; bon score pour Le Prénom

La série familiale de TF1 domine les audiences.

"Pour Le Prénom, le film qui nous a le plus influencés était The Social Network"

Les réalisateurs parlent de la comédie diffusée ce soir sur M6.

Photos

Le Prénom

Critiques

  1. Première
    par Gaël Golhen

    Après Carnage de Polanski, voici donc un autre jeu de massacre en huis clos. Mais entre boulettes et vin rouge, personnages cliché et situations improbables, cette pièce de boulevard passe mal le cap de l'adaptation cinéma. Manque de souffle, manque d’incarnation et surtout manque d’audace dans la mise en scène. Coincés dans cet appart' bobo, les réalisateurs n’arrivent jamais à dépasser l’overdose d’hystérie vacharde et de rancoeurs amassées. Sur le papier, la comédie lorgnait vers le vaudeville sociologique à la Pinter ; à l’arrivée, ça ressemble à du Francis Veber shooté par Danielle Thompson –ou l’inverse. La mécanique répétitive lasse vite et si tout le monde en prend pour son grade, on nage trop souvent dans la caricature (le nouveau riche, le prof gauchiste et la mégère apprivoisée) et la bonne conscience. De là à refuser l'invitation...