Date de sortie 7 juin 2017
Durée 120 mn
Réalisé par Cédric Jimenez
Avec Jason Clarke , Rosamund Pike , Jack O'Connell
Scénariste(s) David Farr, Audrey Diwan, Cédric Jimenez
Année de production 2017
Pays de production France, Belgique
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

L’ascension fulgurante de Reinhard Heydrich, militaire déchu, entraîné vers l’idéologie nazie par sa femme Lina. Bras droit d’Himmler et chef de la gestapo, Heydrich devient l’un des hommes les plus dangereux du régime. Hitler le nomme à Prague pour prendre le commandement de la Bohême-Moravie et lui confie le soin d’imaginer un plan d’extermination définitif. Il est l’architecte de la solution finale. Face à lui, deux jeunes soldats, Jan Kubis et Jozef Gabcik. L’un est tchèque, l’autre slovaque. Tous deux se sont engagés au côté de la Résistance, pour libérer leur pays de l’occupation allemande. Ils ont suivi un entraînement à Londres et se sont portés volontaires pour accomplir l’une des missions secrètes les plus importantes, et l’une des plus risquées aussi : éliminer Heydrich. Au cours de l’infiltration, Jan rencontre Anna Novak, tentant d’endiguer les sentiments qui montent en lui. Car les résistants le savent tous : leur cause passe avant leur vie. Le 27 mai 1942, les destins d’Heydrich, Jan et Jozef basculent, renversant le cours de l’Histoire.

Offres VOD de HHhH

UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 5.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 11.99  € Acheter

Toutes les séances de HHhH

Dernières News sur HHhH

Wonder Woman est en tête à Paris

La super-héroïne démarre loin devant la concurrence.

HHhH, plongée dans les ténèbres

Le premier film en langue anglaise du réalisateur de La French est assez impressionnant.

Photos de HHhH

Casting de HHhH

Jason Clarke
Reinhard Heydrich
Rosamund Pike
Lina Heydrich
Jack Reynor
Jozef Gabcik

Critiques de HHhH

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    HHhH, plongée dans les ténèbres

    Que cache donc ce mystérieux titre ? Rien d’autre qu’un acronyme signifiant en allemand « Himmlers Hirn heißt Heydrich » (« Le Cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich »), soit le surnom donné à Reinhard Heydrich, l’une des âmes les plus malfaisantes du IIIème Reich. C’est aussi le titre du livre de Laurent Binet, prix Goncourt du premier roman en 2010 dont la forme particulière (l’auteur mélange réflexions personnelles et faits historiques) était réputée inadaptable. Avec l’aide de David Farr, showrunner britannique de talent (The Night Manager), et d’Audrey Diwan, sa coscénariste de La French, Cédric Jimenez s’est donc attaqué à l’impossible. Pari tenu. En scindant son film en deux parties distinctes (l’ascension de Heydrich au sein de la SS, puis la mise au point de l’attentat par des résistants tchécoslovaques qui coûteront sa vie au dignitaire nazi), Jimenez a simplifié le roman, optant pour une ligne claire aussi percutante que passionnante.

    Mal du siècle

    Qui était Heydrich ? Un être complexe, passionné de musique classique et de femmes, capable de donner patiemment des leçons de piano à son fils et d’abattre sans vergogne des milliers d’innocents. L’intense Jason Clarke lui prête son regard profond et sa stature impressionnante qui cachaient une nature sombre et ambitieuse animée par un esprit revanchard. Le film montre parfaitement combien sa femme, adhérente de la première heure au parti nazi, réalisa trop tard le monstre qu’elle avait créé. Nommé Vice-Protecteur de Bohême-Moravie en 1941, Heydrich commencera à planifier la Solution Finale avant de succomber à ses blessures après l’attentat commis par Jan Kubiš et Jozef Gabčík en plein Prague. Ces deux derniers, véritables héros nationaux (le premier est tchèque, le second, slovaque), sont décrits par Jimenez comme des soldats déterminés, persuadés de la portée symbolique, et donc, nécessaire, de leur acte –qui engendra par ailleurs des représailles abominables. Sans pathos, avec un sens de l’image bluffant (à la limite de la « joliesse »), le réalisateur français signe une fresque historique ambitieuse en anglais –elle est destinée au marché international- qui explore la face sombre et lumineuse de l’humanité.