Titre original The Equalizer
Date de sortie 1 octobre 2014
Réalisé par Antoine Fuqua
Avec Denzel Washington , Marton Csokas , Chloë Grace Moretz
Scénariste(s) Richard Wenk
Distributeur Sony Pictures Releasing France
Année de production 2014
Pays de production Etats-Unis
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Pour McCall, la page était tournée. Il pensait en avoir fini avec son mystérieux passé. Mais lorsqu’il fait la connaissance de Teri, une jeune fille victime de gangsters russes violents, il lui est impossible de ne pas réagir. Sa soif de justice se réveille et il sort de sa retraite pour lui venir en aide. McCall n’a pas oublié ses talents d’autrefois…Désormais, si quelqu’un a un problème, si une victime se retrouve devant des obstacles insurmontables sans personne vers qui se tourner, McCall est là. Il est l’Equalizer…Adaptation de la série de CBS

Dernières News

5 films à voir avant Death Wish avec Bruce Willis

Avant de voir Bruce Willis affronter la pègre dans Death Wish, voilà de quoi alimenter vos prochaines soirées DVD.

Audiences TV : Equalizer cartonne sur TF1

Le polar musclé porté par Denzel Washington dépasse la barre des 5,5 millions de spectateurs.

Photos

Equalizer

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Robert McCall travaille dans un magasin de bricolage. Chez lui, il se chronomètre et répète les mêmes gestes méticuleusement. Il semble cacher quelque chose, et ça se vérifie quand il abat des gangsters russes, responsables de la descente aux enfers d’une prostituée sur laquelle il veille. Seuls les téléphages les plus pointus se souviennent de la série "Equalizer", diffusée sur M6 en deuxième partie de soirée au début des années 90. Ces derniers jurent même que c’était la meilleure du genre... On peut difficilement les croire, surtout en voyant la dégaine d’Edward Woodward, le débonnaire acteur quinquagénaire qui incarnait ce justicier des bas-fonds. En prenant Denzel Washington dans le rôle-titre, Antoine Fuqua donne d’un coup une épaisseur et un crédit à ce concept du type rangé des voitures qui reprend du service. De l’éparpillement du scénario (qui passe du mélo au film d’exploitation en un coup de tournevis !) et des tics de mise en scène gratuits (on pense à Tony Scott) naissent un objet hybride amusant, qui fait peu de cas de la morale et du réalisme. Un retour au "vigilante movie" décomplexé qui en réjouira plus d’un(e).