Date de sortie 1 novembre 2017
Durée 103 mn
Réalisé par Roman Polanski
Avec Emmanuelle Seigner , Eva Green
Scénariste(s) Olivier Assayas
Distributeur Mars Films
Année de production 2017
Pays de production france
Genre Drame, Thriller
D’après l’œuvre de Delphine de Vigan
Couleur Couleur

Synopsis

Delphine est l’auteur d’un roman intime et consacré à sa mère devenu best-seller.
Déjà éreintée par les sollicitations multiples et fragilisée par le souvenir, Delphine est bientôt tourmentée par des lettres anonymes l'accusant d'avoir livré sa famille en pâture au public. La romancière est en panne, tétanisée à l'idée de devoir se remettre à écrire.
Son chemin croise alors celui de Elle. La jeune femme est séduisante, intelligente, intuitive. Elle comprend Delphine mieux que personne. Delphine s'attache à Elle, se confie, s'abandonne.
Jusqu'où ira Elle, installée à demeure chez la romancière ? Est-elle venue combler un vide ou faire le vide ? Lui redonner du souffle ou lui voler sa vie ?

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 12.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 16.99  € Acheter
Imineo HD SD Imineo 5.99 € Louer 11.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 11.99  € Acheter
CANAL VOD HD SD CANAL VOD 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 11.99  € Acheter

Dernières News

La Cinémathèque française défend sa rétrospective Roman Polanski

Les projections seront maintenues, assure le président de la Cinémathèque Costa-Gavras.

D'après une histoire vraie : bande-annonce du nouveau Roman Polanski

Un thriller psychologique avec Eva Green et Emmanuelle Seigner.

Critiques

  1. Première
    par Cédric Page

    Le titre est génial – D’après une histoire vraie, par l’homme dont l’autobiographie s’appelle Roman. Le film ? Un peu moins. Une histoire de possession, de schizophrénie, d’état limite, d’angoisse claustro, où l’auteur de Répulsion, du Locataire et de Rosemary’s Baby récite son B.A.-ba. Montré à Cannes une première fois en mai dernier devant l’internationale critique un brin goguenarde, cette adaptation du livre de Delphine de Vigan a depuis été remontée par Polanski et a gagné en clarté, en efficacité. C’est un thriller mineur, ludique, sardonique, misanthrope, dans la veine la plus lo-fi et inconséquente de son auteur (celle de La Neuvième Porte). Un 21ème opus léger, beaucoup moins agressif que le précédent (La Vénus à la fourrure) qui n’apportera rien de plus à la gloire de Polanski – ni à son infamie.