Date de sortie 25 avril 2018
Durée 84 mn
Réalisé par Daniel Auteuil
Avec Daniel Auteuil , Gérard Depardieu , Sandrine Kiberlain
Distributeur Sony Pictures Releasing (France)
Année de production 2018
Pays de production France
Genre Comédie dramatique
Couleur Couleur

Synopsis

Daniel est très amoureux de sa femme, mais il a beaucoup d'imagination et un meilleur ami parfois encombrant. Lorsque celui-ci insiste pour un diner "entre couples" afin de lui présenter sa toute nouvelle, et très belle, amie, Daniel se retrouve coincé entre son épouse qui le connaît par coeur et des rêves qui le surprennent lui-même.

Offres VOD

Orange SD HD Orange 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 5.99 € Louer 13.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 3.99 € Louer 12.99  € Acheter
Imineo SD HD Imineo 5.99 € Louer 14.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 5.99 € Louer 13.99  € Acheter

Dernières News

Premières séances du 25 avril : Avengers 3 enregistre le meilleur démarrage de la saga

Gros carton en vue pour Infinity War. (Source : Le Film Français)

Les films au cinéma cette semaine

Avengers : Infinity War, Comme des garçons, Amoureux de ma femme...

Critiques

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Daniel Auteuil-Gérard Depardieu-Sandrine Kiberlain : une affiche pour le moins excitante qui ne fait au final qu’ajouter à la déception ressentie devant cette adaptation de la pièce de Florian Zeller, L’envers du décor. Soit l’histoire d’un homme très épris de sa femme donc qui reçoit « entre couples » son meilleur ami venu lui présenter sa nouvelle et très jeune compagne. Et ce dîner à quatre va se révéler une source d’inspiration infinie de fantasmes autour de cette jeune femme aux formes avenantes. Cinq ans après la fameuse trilogie Marius-Fanny-César de Pagnol interrompue aux deux tiers, Daniel Auteuil repasse donc derrière la caméra tout en reprenant ce rôle du mari amoureux qu’il a créé sur scène. Mais très vite on comprend que le ping-pong qui pouvait se révéler efficace au théâtre patine ici douloureusement. Le récit manque de fluidité, les scènes de « rêve » semblent comme posées artificiellement et grossièrement. Et jamais on ne se départit de cette impression de théâtre (mal) filmé. L’interprétation s’y révèle à l’avenant comme si tout le monde s’était mis en pilote automatique pour sauver instinctivement sa peau dans ce divertissement sans rythme et propre aux sorties de route. Y compris dans le traitement réservé aux femmes qui, à force de maladresses, flirte involontairement mais dangereusement avec la goujaterie. Épatant voilà quelques mois dans Le brio qui lui avait valu à juste titre sa première nomination aux César depuis 13 ans, Daniel Auteuil confirme que la place du réalisateur n’est vraiment pas celle qui lui convient le mieux.