Joon-ho Bong
Avis: 
Date de naissance: 
13 septembre 1969 (âge : 48 ans)
Sexe: 
Homme
Profession: 
Réalisateur, Scénariste

Biographie: 

Bong Joon-Ho est un scénariste et réalisateur sud-coréen né le 14 septembre 1969 à Séoul. Il est célèbre pour ses films Memories of Murder, The Host, Mother et Snowpiercer.

Avant de s’orienter vers l’audiovisuel, Bong Joon-Ho s’inscrit au département de sociologie à l’Université privée Yonsei de Séoul. Son diplôme en poche, il entre ensuite à la Korean Academy of Film Arts où il fait des études de cinéma. Bong Joon-Ho n’attend pas pour autant la fin de sa formation pour faire ses premiers coups d’éclat. Il réalise en effet rapidement un court-métrage qu’il baptise White Man, un film de seize minutes récompensé à l’édition 1995 du Shin-Young Youth Movie Festival. Il conclut par la suite ses études en présentant une nouvelle création, Incohérence, à travers laquelle il dresse un portrait satirique de la société dans laquelle il évolue. La réalisation est si bien accueillie qu’elle est au programme du Festival du Film de Vancouver et de celui de Hong-Kong.

Premier long, premières récompenses

Quatre ans plus tard, rodé au métier d’assistant réalisateur, le jeune cinéaste se joint au réalisateur Min Byeong-Cheon pour la mise en place du scénario de Phantom : The Submarine, récit d’un énigmatique sous-marin nucléaire sud-coréen qui menace la paix entre le Japon et le pays du Matin calme. Après cela, Bong Joon-Ho dévoile Barking Dogs en 2000, le premier de ses longs métrages qu’il concrétise au bout de plusieurs années d’élaboration. Dans cette comédie, il met en scène les acteurs Lee Seong-Jae, dans le rôle d’un chômeur qui se met en tête de réduire au silence un chien particulièrement bruyant, et Bae Doo-Na, qui campe pour sa part le rôle d’une jeune fille qui s’emploie à retrouver les chiens disparus. Le succès du film est considérable, et va bien au-delà de la Corée du Sud, si bien qu’il rapporte à Bong Joon-Ho le prix FIPRESCI à l’occasion du Festival International du Film de Hong-Kong en 2001.Il s’intéresse par la suite à l’histoire vraie d’une série de meurtres mystérieux dont l’auteur n’a jamais été identifié. Il se base sur ce récit pour imaginer un scénario dans lequel les deux policiers chargés d’enquêter sur l’affaire sont contraints de collaborer alors que tout les oppose, à commencer par leurs origines sociales. Une fois le scénario mis au point par ses soins, Bong Joon-Ho s’attelle à la réalisation du film et signe alors Memories of Murder en 2003. Et c’est une nouvelle moisson de récompenses : le prix du Meilleur réalisateur au Festival International du Film de Saint-Sébastien, le prix du Meilleur film Asiatique au Festival International du Film de Tokyo, trois distinctions aux Grand Bell Awards, ainsi qu’une série de consécrations au Festival du Film Policier de Cognac en 2004.

The Host, le plus gros succès coréen

En 2005, il met son talent de scénariste au service d’Im Pil-Seong, réalisateur d’Antartic Journal, dans lequel un groupe d’explorateurs se lance à la conquête des contrées les plus reculées de l’Antarctique et se retrouve confronté à des phénomènes inexpliqués. L’année suivante, Bong Joon-Ho reprend les commandes et réalise The Host, une réussite commerciale sans précédent dans les annales du cinéma sud-coréen (13 millions d’entrées). Dans ce film, une créature étrange surgit d’une rivière et terrorise les riverains. Avec les acteurs Song Kang-Ho, Hee-Bong Byeon et Hae-Il Park, ce thriller de science-fiction rafle plusieurs prix à la vingt-septième édition du Festival du Film Cheong-Ryeong en 2006 et aux Asian Film Awards de 2007.En octobre 2008, les spectateurs français découvrent un ensemble de trois courts-métrages réunis sous le titre Tokyo ! C’est Bong Joon-Ho qui réalise une des trois fictions, les deux autres étant signées par les cinéastes français Michel Gondry et Alex Dupont, connu sous le pseudonyme de Leos Carax. Celui que propose le sud-coréen, Shaking Tokyo, raconte l’histoire d’un individu asocial qui s’éprend d’une livreuse de pizza ayant perdu connaissance dans son appartement après un séisme. Le réalisateur touche ici un sujet sensible au Japon, celui du syndrome d’auto-exclusion assez répandu appelé hikikimori. Il travaille également sur le récit d’une femme qui décide d’enquêter sur un crime pour lequel son marginal de fils est accusé à tort. Le film est intitulé Mother et met en scène les acteurs Won Bin et Kim Hye-Ja. En 2009, Bong Joon-Ho reprend une bande dessinée française de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette pour l’adapter sur grand écran, Le Transperceneige, le film sort en salles en 2013 sous le titre de Snowpiercer.

Films réalisés par Joon-ho Bong

Dernières news sur Joon-ho Bong

Oscars 2018 : Okja avant et après les effets-spéciaux
08/11/2017 - 15:00

Netflix dévoile les coulisses du film en vidéo pour attirer l’attention des votants.

Okja
21/05/2017 - 17:25

Rencontre avec le cinéaste sud-coréen

Okja
19/05/2017 - 13:10

Grotesque, impressionnant, émouvant et maladroit, le nouveau Bong Joon-ho joue en permanence à diviser son spectateur.

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Nos dossiers du moment

Les plus vues