Taylor Sheridan : "Mon inspiration vient de la solitude"

taylorsheridan2.jpg

Retour sur l’ascension fulgurante du scénariste de Sicario et Comancheria, qui complète sa "trilogie de la conquête de l'Ouest" en passant derrière la caméra pour Wind River. 

Article publié à l’origine dans le numéro numéro 473 (septembre/octobre 2016) du magazine Première

 

Ex-flic belle gueule de Sons of Anarchy, Taylor Sheridan est devenu le meilleur scénariste d'Hollywood avec Sicario. Il a aussi écrit le western moderne Comancheria. Et ce n'est que le début.

 

Sur le tournage de Sicario, au Nouveau-Mexique pendant l'été 2014, les acteurs et le réalisateur Denis Villeneuve n'avaient qu'une seule personne à complimenter. Le scénariste Taylor Sheridan. Qui ça ? Jusqu'ici, un rôle secondaire de la série Sons of Anarchy : le flic David Hale, surnommé "Captain America" à cause de sa droiture et de sa gueule d'Américain pur jus. Taylor tiendra deux saisons complètes et demandera au showrunner Kurt Sutter de l'évacuer dans le premier épisode de la saison 3, en 2010. Sheridan, qui cachetonne depuis quinze ans à la télé américaine, de Walker, Texas Ranger à NCIS en passant par Docteur Quinn femme médecin se rêve scénariste et réalisateur. Il essaie sans succès de monter Olympus, un pilote où un agent secret ex-militaire découvre qu'il descend des dieux grecs. "C'était trop ambitieux, trop gros pour une chaîne de télé. Mais c'est un super scénario, juré !", rigole-t-il. "Je voulais traiter ce sujet de façon complètement réaliste et sérieuse. Les dieux grecs et la CIA. C'était aussi sérieux que cela pouvait l'être." Après d'autres essais (dont un script sur l'attaque de l'ambassade américaine en Lybie en 2012), Sheridan se fait repérer par le producteur Basil Iwanyk, habitué des néo-films musclés (la trilogie Expendables, John Wick). Et le script de Comancheria, écrit en parallèle de Sicario, fait partie de la sélection 2012 de la Black List. La liste des meilleurs scénarios qui circulent sur le marché hollywoodien. Le jackpot. Le scénario de Sicario va changer la carrière de Sheridan pour de bon.

 

"Le paysage est le personnage"

Sicario donne l'impression que Taylor avait tout compris, non seulement à l'écriture mais à son sujet. qu'il nous avait livré le livret du film de cartel définitif. L'histoire d'une femme d'action broyée dans un monde de violence créé et gardé par des hommes ; une odyssée noire au cœur des ténèbres, shootée au scalpel par la caméra de Denis Villeneuve. Ca aurait pu rester un one-shot, un coup unique, mais Comancheria confirme les qualités d'écriture de Sheridan. L'équilibre entre répliques percutantes et silences signifiants ; le paysage du sud-ouest américain qui détermine la dramaturgie. Taylor a une voix et un style. "Dans mes scénarios, j'insiste sur le paysage. C'est un personnage. J'ai grandi dans le Texas, et j'ai passé beaucoup de temps tout seul, dehors, à contempler l'horizon. C'est là d'où vient mon inspiration. De la solitude."

Concours : Gagnez des places pour Wind River

Nouvelle frontière

Taylor a aussi écrit Soldado, la suite de Sicario que va réaliser l'italien Stefano Sollima (la série Gomorra, ACAB, Suburra). "On avait évoqué une suite avant la sortie de Sicario, un peu comme ça. Soldado se focalise sur Benicio Del Toro et Josh Brolin. Dans Sicario ils combattaient sous le contrôle d'une autorité supérieure. Là ils n'en ont pas. C'est le même ton que le premier film, ce n'est pas un gros film d'action décérébré même si l'échelle est plus grande, le film plus cher". Plutôt que de trilogie, il faut donc parler de tétralogie ? "Je ne savais même pas que le mot existait !", se marre-t-il. "Le point commun entre Denis Villeneuve, David Mackenzie et Stefano, c'est qu'ils ont compris que la violence dans mes scripts n'est pas gratuite". Villeneuve, Mackenzie et Sollima : il est significatif que ce soient un Canadien, un Anglais et un Italien qui sont chargés de redessiner le western américain sur la partition de Sheridan. Que la nouvelle frontière naisse de la rencontre entre des caméras étrangères et un scénario texan. Pas parce que l'Amérique ne semble plus savoir fournir de grands stylistes, plutpot qu'il semble falloir un regard différent et extérieur sur la terre de la mythologie primale du ciné yankee. Mais le territoire du cinéma de Sheridan est celui du cinéma 70s, avec cette frontière redessinée, la violence de l'Ouest et le refus du chromo :  "Pour moi, les 70s, c'est mon âge d'or du cinéma. La combinaison parfaite entre les scénaristes, les réalisateurs et les acteurs... Il y a un naturalisme et un refus du mélodrame dans les films des années 70 et du début des années 80 qui m'inspirent énormément dans mon écriture." Si Taylor évoque tout de suite Michael Mann comme son inspiration principale, on pense plutôt à un autre Michael, au Cimino du Canardeur (1974), déjà western moderne avec Clint Eastwood et Jeff Bridges en braqueurs de banques. Mais Sheridan préfère Voyage au bout de l'enfer (1978) : "impossible de passer à côté. Une petite ville, des personnages qui créent leur propre morale, le spectre de la guerre, la vision de l'Amérique..."

[Critique] Wind River, belle épure classique

Une trilogie américaine

Comancheria, c'est les frères James des années 2010, frangins mal rasés et maladroits devenus braqueurs à cause de la crise économique, pour sauver la ferme familiale. Bien que différents tonalement -la noirceur de Sicario fait place à la légèreté- les deux films sont profondément liés. "Ce sont les deux premières parties d'une trilogie qui va s'achever avec Wind River, que je réalise. C'est une exploration de la nouvelle frontière américaine. Ce qui a changé depuis le dix-neuvième siècle, et ce qui n'a pas changé. La trilogie veut montrer les conséquences de la conquête de l'Ouest que nous subissons encore aujourd'hui." Interprété par Jeremy Renner en park ranger et Elizabeth Olsen en agent du FBI, Wind River sortira en 2017 et sera une chasse au tueur dans la neige de l'Utah. « Le film conclut à la fois Sicario et Comancheria, et ce sera une exploration de la famille, de la pauvreté, de la violence. »  Taylor apparaît dans Comancheria en tant qu'acteur. Un cowboy à cheval qui mène son troupeau loin d'un incendie de prairie. Un anachronisme, une anomalie dans le paysage : "je ne savais même pas que ce genre de choses arrivait encore au 21ème siècle", grogne  Taylor le cowboy alors que les flammes dévorent l'horizon. Un peu comme l'apparition d'un scénariste comme Sheridan. On ne savait pas que ce genre de choses arrivait encore.

 


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Apportez-Moi La Tête D'Alfredo Garcia
Le Consul de Bordeaux
L'Oeil du Cyclone