L'histoire secrète de Die Hard : les racines de la saga

L'histoire secrète de Die Hard : les racines de la saga

1968. 20 ans avant Piège de Cristal. Le flic new-yorkais obstiné, toujours au mauvais endroit au mauvais moment, apparaît pour la première fois sur grand écran. Le titre du film ? Le Détective. Son interprète ? Frank Sinatra. Pour comprendre comment on passe du crooner aux yeux bleus à Bruce Willis, il faut en fait revenir aux racines de la saga. Piège de Cristal n'est pas un script original, mais une lointaine adaptation d'un roman de Roderick Thorp intitulé Nothing Lasts Forever, publié à la fin des 70's. A cette époque, Thorp n'en est plus à son coup d'essai. Ancien détective devenu auteur de pulp 60's, l'écrivain a connu la gloire avec son premier roman,The Detective(1966) adapté au cinéma par Gordon Douglas donc... 10 ans plus tard, au creux de la vague et après avoir découvert La Tour Infernale en salle, Thorp imagine une suite à son bestseller. Nothing Lasts Forever raconte comment son flic new-yorkais, Joe Leland, tente d'empêcher des terroristes de prendre un immeuble en otage, un 24 décembre... Et si ce pitch vous rappelle quelque chose, c'est normal.De Leland à McClaneSi Thorp a mis 10 ans à écrire la suite de son Detective, il en faudra 20 à la Fox pour mettre en chantier Die Hard, avec un changement d'acteur au passage. Le nom (et le visage) du personnage a changé – et il a rajeuni d'une quarantaine d'années – mais son caractère, son job, ses problèmes conjugaux et ses ennuis de famille restent les mêmes. Joe Leland EST John McClane : un détective dur à cuir de la police de New York, porté sur la bouteille et en instance de divorce, prompt à dégainer le colt/beretta dans le premier livre/film. Dans le deuxième, il part à Los Angeles pour retrouver sa fille Stéphanie Gennaro (dans le McTiernan ce sera sa femme Holly Gennaro) avant de se retrouver seul, le soir de Noël, à affronter des terroristes allemands enfermés dans une tour et conduits par un méchant charismatique, Anton (le Hans Gruber de la série).Deux journées en enferAu-delà du roman, il suffit de comparer Le Détective et Piège de Cristal pour constater à quel point le film de Gordon Douglas a nourri celui de John McTiernan. Les problèmes conjugaux de McLane sont identiques. Et en revisionnant le Sinatra on peut s'amuser à pister, au gré des scènes, de troublantes similitudes avec les éléments cultes de la saga : le tricot de corps de McClane (dont l'origine est donc "gay" !) est porté pour la première fois par Tony Musante ; la fête donnée par la femme de Leland ou celui-ci se sent comme un poisson hors de l'eau, renvoie à la partyde la Nakatomi Corporation ; l'incapacité de Leland à communiquer ses sentiments comme ses réparties à l'emporte pièce ("Combien de femmes avez-vous déjà ramenées chez-vous" lui demande sa future femme, jouée par Lee Remmick, à leur premier rendez-vous - "des milliers !" répond Leland) sont "McClanesques" avant l'heure ; sans oublier le double-agenda des méchants en costumes-cravates... Seule différence : Sinatra / Leland sait mieux s'habiller que Willis / McClane ! Du coup, malgré un traitement visuel très éloigné (euphémisme), la saga commence véritablement avec le film de Douglas.His WayEn théorie, Frank Sinatra aurait dû reprendre la panoplie de Leland dans Nothing Lasts Forever / Piège de Cristal. La Fox avait acheté les droits du livre avant même sa sortie, enthousiasmée par les similitudes avec La Tour Infernale. Mais, sans doute trop vieux pour ces conneries, Ol Blue Eyes refusa le rôle une première fois à la fin des années 70, et une seconde dans les années 80, quand Joel Silver, en quête de sujets cheaps, dénicha le projet dans les archives. On ne va pas s'en plaindre : en refusant NLF, The Voice allait entraîner le casting de Bruce Willis et la naissance d'une série culte. Par David Fakrikian

Commentaires

A voir aussi

Ligatus

Prochainement au Cinéma

Les plus vues