John Carter
Disney

La saga d’Edgar Rice Burroughs (Tarzan) a inspiré Star Wars et Avatar. Entre autres.

Si Edgar Rice Burroughs est surtout célèbre pour Tarzan, il a aussi imaginé les aventures de John Carter dans le cadre de son Cycle de Mars, publié à partir de 1917. Ce classique de la science-fiction a inspiré de nombreux cinéastes, de George Lucas (Star Wars) à James Cameron (Avatar) avant d’être véritablement adapté, par Disney, en 2012. Malheureusement, malgré l’ambition du réalisateur Andrew Stanton (Le Monde de Nemo, Wall-E) et de ses équipes, le long métrage a fait un bide et la saga au cinéma s’arrête là. John Carter est pourtant loin d’être raté : son univers riche avait conquis Première à sa sortie, même si l’on soulignait son paradoxal "air de déjà-vu".

Voici notre critique : "Depuis sa création il y a tout juste un siècle, le roman d’Edgar Rice Burroughs est enfin adapté au cinéma, après une multitude de tentatives dont les premières remontent aux années 30. Par un étrange paradoxe, le film d’Andrew Stanton a un air familier et c’est normal : il faut dire que la saga a inventé quasiment toutes les figures de la science-fiction et de l’heroic fantasy. Depuis, elle a inspiré une multitude d’artistes, de romanciers et de cinéastes. Le réalisateur de Wall E avait donc pour obligation d’innover en apportant une sensibilité et une esthétique contemporaines. Dans ce but, l’écrivain Michael Chabon a été appelé à la rescousse, et il a probablement beaucoup fait pour enrichir le conflit intérieur d’un héros farouchement neutre et individualiste, qui finit quand même par prendre part à une guerre. Malgré tout, l’histoire reste manichéenne et remplie de stéréotypes : l’héroïne est toujours une demoiselle en détresse, et le héros un guerrier indestructible mais maladroit avec les femmes. La décision d’avoir confié les rôles principaux à des inconnus garantit une certaine fraîcheur aux personnages, au risque de ne pas attirer le public de masse dont le film a absolument besoin pour rentabiliser les énormes investissements. Le spectacle est impressionnant et obéit aux standards du blockbuster, mais sans atteindre l’exceptionnel. Surtout, il n’arrive pas à surpasser les innombrables prédécesseurs (La guerre des étoiles, Avatar, Cowboys et envahisseurs…) qui donnent à John Carter un air de déjà-vu."

John Carter sera diffusé dimanche soir à 21h sur W9.

John Carter : Andrew Stanton commente sa bande-annonce