Gary Oldman : "La réalité a rattrapé le premier Robocop, qui était de la pure science-fiction"

Remake de Robocop

Le remake de Robocop sera diffusé ce soir sur France 2.

A l'occasion de la rediffusion du remake de Robocop, nous republions cette interview de Gary Oldman, l'un des comédiens principaux du film de José Padilha. Nous l'avions rencontré début 2014, juste avant la sortie du film.

J'avoue avoir été un peu surpris quand j'ai su que vous étiez dans ce film, qu'est-ce qui vous a attiré ? D'abord j'ai pensé que c'était une bonne idée de remake. Quelque part la réalité a rattrapé le premier film qui était juste de la science-fiction pure. Quand j'ai parlé à José Padilha, j'ai aimé sa sensibilité. Il avait sa vision du projet, c'est un metteur en scène qui a un vrai regard sur la chose. Le film que vous avez vu, c'est exactement celui qu'il m'a décrit à l'époque, celui qu'il avait en tête la première fois que je l'ai rencontré.

Que reste-t-il de Robocop en 2014 ? (critique)

Robocop nouvelle version : trilogie ou pas trilogie ? Bon, évidemment, c'est surtout une question d'argent (sourire). Je pense que ce film a le potentiel suffisant pour devenir une franchise. Mais bon, on verra, si ça ne marche pas niveau box office, ça n'arrivera pas. 

Vous avez été le meilleur ami de Batman, maintenant vous êtes le meilleur ami de Robocop : êtes-vous devenu accro aux superhéros ? Moi ? (rires) Non. En fait j'attends que les projets atterrissent chez moi. Avec Batman, c'était une formidable opportunité de bosser avec Chris Nolan sur cette saga. Il y avait un super "pedigree" si vous voulez. Suite à cela par contre, la dernière chose que je voulais c'était de me retrouver à nouveau dans le même registre. Mais après avoir lu le script, c'était différent, et Joel (Kinnaman) comme José (Padilha) sont des bons gars. 

En fait on a l'impression que vous ne voulez plus vraiment jouer les grands méchants (si l'on excepte Lord Shen dans Kung-Fu Panda). Eh bien c'est exact, cela m'a un peu fatigué à vrai dire. Je me suis lassé. C'est la raison pour laquelle j'ai décliné de nombreuses propositions que j'ai reçues, des personnages diaboliques. Je ne me vois plus faire ça. Je ne dis pas que plus jamais je ne jouerai un personnage de ce type, mais j'ai préféré varier pour ne pas m'enfermer dans une routine et risquer de livrer une interprétation qui va dans le même sens, encore et encore. 

Quel est l'avenir de SF le moins attrayant ? Celui du Livre d'Eli, de Robocop ou du 5e ElémentHmm... Le futur du Livre d'Eli. C'est vraiment celui dans lequel je ne voudrais pas vivre. C'est aussi le plus effrayant parce qu'en réalité c'est le plus proche de nous (sourire).

Joel Kinnaman : "J'adorerais que le nouveau Robocop débouche sur une trilogie"

Robocop compte parmi son public des fans très attachés au fondamentaux : le fait que ce film soit PG13 (interdit au moins de 13 ans aux Etats-Unis et généralement tout public en France NDLR) fait grincer des dents. Vous avez pris ça comme un défi ou vous n'y prêtez pas attention ?Je pense qu'on a fait très attention quand on a élaboré ce film. On y a mis beaucoup de passion, et beaucoup d'amour aussi. En fait le film est très contemporain dans ses thèmes, c'est vraiment dans l'air du temps. Tout en gardant l'esprit ou du moins l'essence du film d'origine. Je ne crois pas que les fans de Robocop seront déçus. Bon, ok, on ne jure pas, il n'y a pas une quantité énorme de sang à l'image, mais tout ça ne veut pas forcément dire que c'est moins bien que le premier. C'est juste un très bon remake, je pense.

Pendant vos scènes face à Michael Keaton (alias Sellars, boss d'Omnicorp, la société qui fabrique Robocop), ça vous arrivait de penser "attendez 2 secondes : je suis le Gordon de Nolan et je parle au Batman... de Burton", bien sûr ! (rires) Exactement, et c'était génial !

José Padilha : "Si je suis accusé d'avoir dénaturé Robocop, je suis encore plus coupable que ce que vous pensez"

Pensez-vous qu'un jour la ville de Detroit aura un film qui la montre sous un beau jour ? Ça fait 40 ans qu'Hollywood explique au monde entier que ça craint d'y habiterOh, je pense... qu'on peut espérer ! Ils devraient avoir une statue de... attendez mais je crois qu'ils en ont une d'ailleurs, une statue de Robocop, en ville ! (en fait pas encore, mais c'est pour très bientôt NDLR)

C'est vrai que les acteurs britanniques sont les meilleurs ? (sourire) Non, je pense qu'il y a des comédiens talentueux partout dans le monde.

Fair-play Eh oui.

Interview Yérim Sar (@YerimSar)

Paul Verhoeven explique ce qui ne va pas dans le remake de RoboCop

Le RoboCop de José Padilha, avec Joel Kinnaman, Gary Oldman et Michael Keaton, déjà dans les salles.

 


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les bourreaux meurent aussi
Chérie, je me sens rajeunir
le bonhomme de neige