Black Panther, L’Apparition, Phantom Thread : les films au cinéma cette semaine

affiche1401.jpg

Ce qu’il faut voir cette semaine.

L’ÉVENEMENT

BLACK PANTHER ★★★★☆ 
De Ryan Coogler

L’essentiel
Ryan Coogler et son sublime casting ont réussi leur pari d’un film Marvel politique.

Comme un symbole. 10 ans après son lancement en grande pompe, avec le Iron Man de Jon Favreau, le Marvel Cinematic Universe (MCU pour les intimes) dédie pour la première fois un film à son super-héros noir, Black Panther. Un long-métrage attendu au tournant, encore plus que les récents Gardiens de la Galaxie 2 et Thor : Ragnarok, autant pour sa fonction pratique (une nouvelle pièce au puzzle du MCU avant Infinity War) que pour son aspect politique.
Edouard Orozco

Lire la critique en intégralité

PREMIÈRE A ADORÉ

L’APPARITION ★★★★☆
De Xavier Giannoli

Depuis À l’origine, formidable film (son quatrième) sur l’imposture et la croyance dans la fiction, Xavier Giannoli s’est réinventé en cinéaste obsédé par les faux-semblants et par une forme de connivence avec le public, complice tacite de ses canulars cinématographiques. Il l’affirme lui-même dans le dossier de presse de L’Apparition : « Pour que j’arrive à écrire un film, il faut que je commence par me dire, “Personne ne va y croire…”. » 
Christophe Narbonne

Lire la critique en intégralité

PHANTOM THREAD ★★★★☆
De Paul Thomas Anderson

Suivre le fil de la carrière de Paul Thomas Anderson est devenu un challenge. On voudrait voir en lui le chroniqueur du mal-être américain, le prophète apocalyptique d’un pays hanté par ses cultes du mensonge, du péché et de l’argent, tous trois originels, l’héritier d’une doublette de génies 70’s (Altman et Kubrick), le portraitiste fétichiste de Los Angeles, le créateur de « grands romans américains » que chacun de ses films pourrait être – et pas seulement lorsqu’il adapte Thomas Pynchon ?
Frédéric Foubert

Lire la critique en intégralité

 

 

PREMIÈRE A AIMÉ

BELLE ET SEBASTIEN 3 – LE DERNIER CHAPITRE ★★★☆☆
De Clovis Cornillac

Clovis Cornillac le dit et le répète : désormais, pour lui, la réalisation passe avant tout. Comme une révélation venue un peu sur le tard mais qui a bouleversé sa vie d’artiste. Et ce plaisir- là se retrouve largement partagé de l’autre côté de l’écran. Son premier long, la comédie romantique Un peu, beaucoup, aveuglément, bourrée de charme, avait connu un joli succès construit sur un solide bouche- à oreille. Après un passage par la case télé avec la série Chef, le voici aux commandes de l’ultime de la trilogie Belle et Sébastien. Un choix qui peut surprendre. D’abord parce que le deuxième volet poussif avait largement démonétisé cette saga. Ensuite parce qu’avec son appétit de réalisation, on ne l’attendait pas forcément accepter de mettre en scène une suite. Il confie d’ailleurs qu’il a hésité. Mais au final, il ne s’est pas fourvoyé et signe un film d’aventures familial populaire de bonne tenue. On y retrouve le jeune Sébastien confronté à l’ancien maître de sa chienne Belle, décidé à tout mettre en œuvre pour la récupérer. Et on y savoure surtout l’amour de Cornillac pour les comédiens et son talent à les diriger tant par la place importante qu’il accorde ici aux seconds rôles que dans la sensation que chacun de ceux présents depuis le début de la trilogie (Tchéky Karyo en tête) trouve ici un nouveau souffle. Cornillac s’amuse (y compris comme acteur dans un méchant aux petits oignons) et son enthousiasme est communicatif. Et si son Belle et Sébastien ne révolutionne pas le genre, il constitue – et de loin - le meilleur épisode de la trilogie. Celui le plus fidèle au célèbre feuilleton de Cécile Aubry. De la nostalgie joyeuse et jamais rance.
Thierry Cheze

LA PRINCESSE DES GLACES ★★★☆☆
D’Aleksey Tsitsilin

Comme La Reine des Neiges, La Princesse des glaces s’inspire très librement du célèbre conte d’Andersen : ce film d’animation, troisième opus d’une saga d’animation russe, suit Gerda et son frère Kai après leur victoire contre la Reine et le Roi des Neiges. Ne cherchez pas de double sens ici : l’histoire est simple, pensée pour les moins de dix ans. L’arrivée du pirate Rollan dès le début permet cependant de faire décoller l’intrigue et de surprendre les spectateurs une fois qu’ont été brièvement récapitulées les aventures des deux premiers épisodes. Comme ça va vite, on ne s’ennuie pas devant la succession de péripéties. Visuellement, même si l’animation des personnages peut sembler parfois un peu raide, les décors sont spectaculaires et l’ensemble est globalement joli. Surtout quand l’équipe joue à fond sur la thématique du feu et de la glace. Ce concept, simplissime sur le papier, donne lieu à de belles séquences colorées : la "fille flocon" vs. les charbons ardents, le flamboyant "boss final"… Loin d’être effrayants, les trolls sont amusants comme tout, et la petite belette des neiges est si mignonne qu’on vous met au défi de retenir un sourire quand elle pointe le bout de son museau à l’écran.
Élodie Bardinet

WAJIB – L’INVITATION AU MARIAGE ★★★☆☆
D’Annemarie Jacir

En suivant le trajet en voiture d’un professeur divorcé qui s’en va distribuer en mains propres - et conformément à la tradition palestinienne du « wajib » - les invitations au mariage de sa fille, accompagné de son fils (architecte trentenaire parti vivre à Rome), le troisième long métrage d’Annemarie Jacir dresse un saisissant portrait de l’actuelle ville de Nazareth : appartenant à l’État d’Israël mais peuplée de Palestiniens chrétiens et musulmans, la cité apparaît ici pleine d’exaspérations sociales, de promiscuité menaçante mais aussi de vitalité démographique. Au cœur de ces tensions habilement retranscrites par la mise en scène, la réalisatrice (révélée en 2008 avec Le Sel de la mer) s’appuie d’abord beaucoup sur les dialogues pour exhiber les oppositions politiques et générationnelles qui séparent ce père et ce fils réunis le temps de quelques jours ; puis le truculent sens des situations tragi-comiques finit par rendre vibrantes les souffrances enfouies de cette famille qui ne peut pas faire abstraction de l’Histoire récente si tourmentée de la Palestine. Et c’est par la grâce de prodigieux acteurs que la lucidité et la franchise l’emportent sur les non-dits. Père et fils associés pour la première fois à l’écran, Mohamad Bakri (qui a démarré il y a 35 ans dans Hanna K. de Costa-Gavras) et Saleh Bakri (déjà brillant chez Elia Suleiman ou Radu Mihaileanu) donnent ainsi tout son mordant à cette délicate chronique du déchirement des âmes palestiniennes d’aujourd’hui.
Damien Leblanc

UN JOUR ÇA IRA ★★★☆☆
De Stan et Edouard Zambeaux

L'Archipel est loin d'être un havre paradisiaque. Avec ses longs couloirs nus rappelant ceux des hôpitaux, ses centaines de familles entassées dans des chambres exiguës et ses 73 enfants qui trompent la fatalité au détour d'ateliers pédagogiques, il s’agit de l'un des centres d'hébergement d'urgence les plus bondés de Paris. C'est là que Djibi et Ange, deux adolescents sans domicile fixe au moral à toute épreuve, survivent en compagnie de leurs familles monoparentales respectives. Dans Un jour ça ira, Stan et Edouard Zambeaux livrent de manière frontale le portrait de deux enfants qui ont grandi trop vite, en marge de la société française et sans racines auxquelles se raccrocher. Autoproclamé « serial-déménageur », le jeune Djibi trouve son salut dans l'écriture avec en point d'orgue la rédaction d'un reportage sur sa vie dans le quotidien Libération. Des mots sur les maux, témoignage éclatant lancé au reste du monde d'une existence rythmée par les coups du sort mais traversée aussi d'une envie de ne rien lâcher. Sans fard, loin de la démonstration pesante et dénué de tout misérabilisme, le documentaire trouve sa singularité en puisant son essence dans la parole libératrice de ces ados en détresse irradiant l'écran de quelques moments de grâce cathartiques qui pansent les plaies et blindent l'âme. A l'heure où l'individualisme régit de plus en plus les rapports humains et où la fraternité s’amenuise, Un jour ça ira ressemble à une lueur d'espoir.
François Rieux

Retrouvez ce film près de chez vous grâce à Première Go

PREMIÈRE A MOYENNEMENT AIMÉ

FINDING PHONG ★★☆☆☆
De Phuong Thao Tran et Swann Dubu-Mallet

Elle apparaît en gros plan sur une image issue d’un téléphone. Elle est un peu pixelisée mais on peut voir sa détresse. Phong, 20 ans, vient de quitter sa campagne vietnamienne pour rejoindre Hanoï afin d’entamer sa transformation. Depuis qu’elle est toute petite, Phong sait qu’elle est une fille mais la nature en a décidé autrement et elle souhaite désormais corriger le tir. Mais les hormones, le regard des autres, l’apprentissage de ce nouveau corps et de ses codes, c’est un peu lourd à porter pour cette jeune femme en devenir, pleine de vie et parfois un peu trop naïve pour son propre bien. Dans ce documentaire qui commence par « je » pour finir sur « elle », les réalisateurs Phuong Thao Tran et Swann Dubu-Mallet suivent une double métamorphose. D’abord celle d’un homme en femme. Le sujet est pertinent et passionnant, notamment quand on entend la réaction du père de Phong, âgé et ancien combattant communiste, qui voit sa fille comme une révolutionnaire. Mais il y au cours du film une mutation du regard. Au début du long métrage, les images sont tirées du journal intime de Phong qu'elle tourne avec son portable. Puis l'image s'améliore, les plans sont plus larges et posés, d'autres personnes la filment avec des caméras plus professionnelles. Le film quitte ainsi l'intimité spontanée du début pour devenir un témoignage public organisé. Et ce basculement du point de vue interroge : Phong, prise en main par une association qui l’a aidé dans sa démarche de transition et a voulu en faire l’héroïne de ce documentaire, est-elle encore réellement maîtresse de son parcours ?
Perrine Quennesson

 

PREMIÈRE N’A PAS AIMÉ

LE RETOUR DU HÉROS ★☆☆☆☆
De Laurent Tirard

Le titre, très parlant, a plus d’un sens dans son sac. Littéralement, il signifie le retour attendu au pays d’un officier parti guerroyer pour Napoléon aux quatre coins de l’Europe. Nous sommes dans une comédie et, à la réalité, les auteurs préfèrent, comme John Ford, la légende. Car le capitaine Neuville est un pleutre et, ça, Elisabeth, qui avait déjà de sérieux doutes sur la probité du bonhomme, le découvre au hasard d’une bousculade dans les rues d’une ville de province. Sale, hirsute, Neuville a déserté. Problème : Elisabeth en a fait, par l’intermédiaire de fausses lettres, un héros mort auprès de sa jeune sœur (mariée dans l’intervalle) qui lui était promise avant-guerre. Solution : ressusciter le héros pour qu’il puisse retrouver son rang et sa place dans la grande société. Malheureusement, chassez le naturel…
Christophe Narbonne

Lire la critique en intégralité

KRANK ★☆☆☆☆
De Caroline Chu

Bourré de bonnes intentions, ce premier film sur l’enfer de l’addiction est desservi par une interprétation hésitante (on dirait que les acteurs se livrent à des exercices de théâtre filmés) et une mise en scène qui souffre d’un manque de moyens évident (image plate, montage approximatif). Il souffre aussi de la comparaison avec le récent La fête est finie.
Christophe Narbonne

 

Et aussi
Bravo virtuose de Lévon Minasian
4 histoires fantastiques de Collectif
Atelier de conversation de Bernhard Braunstein
La sculpture vivante de Nguyen Tuong Hung
Brodre : Markus et Lukas d’Aslaug Holm

Reprises
Johnny Guitar de Nicholas Ray
Sid et Nancy d’Alex Cox
Vivre ensemble d’Anna Karina
 


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

7 Minuti
La Ch'tite Famille
La fête est finie

PREMIÈRE ACTUS