Date de sortie 5 décembre 2018
Durée 107 mn
Réalisé par Jeanne Herry
Avec Sandrine Kiberlain , Gilles Lellouche , Miou Miou
Scénariste(s) Jeanne Herry
Distributeur StudioCanal
Année de production 2018
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Théo est remis à l'adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C'est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision...ou pas. Les services de l'aide sociale à l'enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s'occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d'incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s'appelle Alice et cela fait dix ans qu'elle se bat pour avoir un enfant. Pupille est l'histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois.

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Dernières News

Premières séances du mercredi 5 décembre : la potion magique d’Astérix fonctionne toujours à Paris

Le nouveau Astérix précède le drame familial Pupille et le biopic musical Leto.

Pupille – Elodie Bouchez : "Ça faisait longtemps qu’on ne m’avait pas offert un si beau rôle"

Si Elodie Bouchez est si bouleversante dans le film Pupille, c’est qu’il y a un secret…

Casting

AFFICHE
StudioCanal / CHI-FOU-MI Productions / Les Productions du Trésor / France 3 Cinéma / Artémis Productions
GALERIE
StudioCanal / CHI-FOU-MI Productions / Les Productions du Trésor / France 3 Cinéma / Artémis Productions
AFFICHE
GALERIE

Pupille, affiche

Pupille, affiche

Gilles Lellouche (Jean), Théo, Elodie Bouchez (Alice)

Gilles Lellouche (Jean), Théo, Elodie Bouchez (Alice)

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    De Jeanne Herry, réalisatrice du bancal Elle l’adore, on n’attendait pas ça. Pas ça ? Du réalisme documentaire, de l’ambition formelle, un découpage audacieux, des contre-emplois emballants (Gilles Lellouche en parent d’accueil, renversant)... Tout ça est dans Pupille, récit à quatre voix sur la façon dont est encadrée en France une adoption d’enfant abandonné à la naissance : de la mère biologique en détresse à la mère adoptive en attente, en passant par les assistants sociaux rigoureux et les héroïques familles d’accueil par intérim, tous les acteurs concernés ont droit à leur arc narratif, où priment concision et humanité. « L’adoption, ce n’est pas seulement la rencontre de trois personnes – la mère, le bébé, l’adoptant(e) –, c’est la rencontre de trois histoires », dit l’évaluatrice à celle qui est sur le point d’abandonner son enfant sans un mot. La parole est ainsi au coeur de l’action de chacun des protagonistes qui doivent convaincre de leurs motivations pour les uns (les mères, biologiques et de cœur) et du bien-fondé de leurs jugements pour les autres (le personnel administratif). Herry montre parfaitement l’extrême professionnalisme à l’œuvre à tous les stades du processus et son corollaire, le manque d’empathie, qui peut s’immiscer malgré lui. La concurrence entre services sociaux et hospitaliers, voire entre agents d’un même service, est également pointée du doigt sans qu’à aucun moment, ce didactisme n’altère la générosité du regard de la réalisatrice sur ses personnages.