Titre original Kraben rahu
Date de sortie 24 juillet 2019
Durée 105 mn
Réalisé par Phuttiphong Aroonpheng
Avec Aphisit Hama , Wanlop Rungkumjad , Rasmee Wayrana
Scénariste(s) Phuttiphong Aroonpheng
Distributeur Jour 2 Fête
Année de production 2018
Pays de production THAÏLANDE
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Dans une forêt scintillante de lucioles, des réfugiés Royingya trouvent la mort. Un pêcheur thaïlandais recueille un homme, le soigne, lui offre l’hospitalité. Un premier long métrage d’une rare beauté, à la fois naturaliste et pop, dans lequel douceur et poésie tentent d’atténuer la violence cachée des meurtres.

Offres VOD de Manta Ray

UniversCiné SD HD UniversCiné 4.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Manta Ray

Photos de Manta Ray

GALERIE
Jour2Fête / Diversion / Les Films de L'Etranger / Youku Pictures
GALERIE
Jour2Fête / Diversion / Les Films de L'Etranger / Youku Pictures
GALERIE
Jour2Fête / Diversion / Les Films de L'Etranger / Youku Pictures
GALERIE
Jour2Fête / Diversion / Les Films de L'Etranger / Youku Pictures
GALERIE
Jour2Fête / Diversion / Les Films de L'Etranger / Youku Pictures
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Rasmee Wayrana (Saijai), Aphisit Hama (Thongchai)

Rasmee Wayrana (Saijai), Aphisit Hama (Thongchai)

Wanlop Rungkumjad (le pêcheur), Aphisit Hama (Thongchai)

Wanlop Rungkumjad (le pêcheur), Aphisit Hama (Thongchai)

Aphisit Hama (Thongchai)

Aphisit Hama (Thongchai)

Aphisit Hama (Thongchai), Wanlop Rungkumjad (le pêcheur)

Aphisit Hama (Thongchai), Wanlop Rungkumjad (le pêcheur)

Aphisit Hama (Thongchai), Wanlop Rungkumjad (le pêcheur)

Aphisit Hama (Thongchai), Wanlop Rungkumjad (le pêcheur)

Critiques de Manta Ray

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Sacré meilleur film de la section Orizzonti à la Mostra 2018, ce premier long métrage du directeur de la photo thaïlandais Phuttiphong Aroonpheng réussit à maintenir tout au long de son récit volontairement nébuleux un équilibre toujours délicat entre poétique et politique. Il s’ouvre par la découverte, dans une forêt, d’un homme blessé et inconscient par un pêcheur islandais qui le soigne et lui offre son amitié. Avant qu’un beau jour celui- ci disparaisse mystérieusement et que, petit à petit, l’étrange étranger muet semble peu à peu prendre sa place. Des images et un son très travaillés (coup de chapeau à la singulière B.O. des Strasbourgeois de Snowdrops) donnent à cette intrigue un aspect envoûtant tout en embrassant un sujet o combien concret. A savoir le drame vécu par les Rohingyans, cette minorité birmane musulmane poussée par les violentes persécutions organisées par les autorités de ce pays (un nettoyage ethnique, selon l’ONU) à un exode massif et forcément risqué. A travers ce personnage de réfugié muet, Manta Ray apparaît comme une fable sur un peuple privé de voix et sur laquelle plane l’ombre de ces hommes et ces femmes, migrants clandestins, retrouvés noyés sur cette plage où son personnage central a échoué, lui, vivant. Son côté abscons constitue sa limite et on éprouve régulièrement le sentiment qu’Aroonpheng se regarde un peu trop filmer. Mais le geste cinématographique reste fort pour un premier long.