Titre original Joheunnom nabbeunnom isanghannom
Date de sortie 17 décembre 2008
Durée 128 mn
Réalisé par Kim Jee-woon
Avec Song Kang-ho , Lee Byung-hun , Jung Woo-sung
Scénariste(s) Kim Jee-woon, Kim Min-suk
Distributeur ARP Sélection
Année de production 2008
Pays de production Corée du Sud
Genre Film d'aventures
Couleur Couleur

Synopsis

Les années 30 en Mandchourie. Le Cinglé vole une carte aux trésors à un haut dignitaire japonais. La Brute, tueur à gages réputé, est payé pour récupérer cette carte. Le Bon veut retrouver le détenteur de la carte pour empocher la prime. Un seul parviendra à ses fins, s'il réussit à anéantir l'armée japonaise, les voyous chinois, les gangsters coréens... et ses deux adversaires.

Offres VOD de Le Bon, la Brute, le Cinglé

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Le Bon, la Brute, le Cinglé

Dernières News sur Le Bon, la Brute, le Cinglé

Cinq rôles emblématiques de Song Kang-ho avant Parasite

L'acteur à l'affiche du dernier film de Bong Joon-ho est l'une des icônes du cinéma sud-coréen.

Photos de Le Bon, la Brute, le Cinglé

DR
PRODUCTION / BARUNSON / GRIMM PICTURES
PRODUCTION / BARUNSON / GRIMM PICTURES
PRODUCTION / BARUNSON / GRIMM PICTURES
PRODUCTION / BARUNSON / GRIMM PICTURES

Le Bon, la brute et le cinglé

LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLE ; THE GOOD, THE BAD AND THE WEIRD ; JOHEUNNOM NABBEUNNOM ISANGHANNOM (2008)

LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLE ; THE GOOD, THE BAD AND THE WEIRD ; JOHEUNNOM NABBEUNNOM ISANGHANNOM (2008)

LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLE ; THE GOOD, THE BAD AND THE WEIRD ; JOHEUNNOM NABBEUNNOM ISANGHANNOM (2008)

LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLE ; THE GOOD, THE BAD AND THE WEIRD ; JOHEUNNOM NABBEUNNOM ISANGHANNOM (2008)

Casting de Le Bon, la Brute, le Cinglé

Song Kang-ho
Yoon Tae-goo
Lee Byung-hun
Park Chang-yi
Jung Woo-sung
Park Do-won

Critiques de Le Bon, la Brute, le Cinglé

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Après l’horrifique Deux Sœurs et le « polardeux » A Bittersweet Life, Le Bon, la Brute, le Cinglé, western parodique, entérine l’éclectisme de Kim Jee-Woon. Comme le titre l’indique, c’est un hommage déglingué au chef-d’œuvre de Sergio Leone, que ce réalisateur doué revisite dans les grandes largeurs. Située dans les années 1930 en Mandchourie sous domination japonaise, l’intrigue confronte un tueur maniaque, un voleur téméraire et un chasseur de primes insondable. Multipliant les anachronismes et les morceaux de bravoure insensés (telle une course-poursuite dans le désert qui va faire date), Le Bon, la Brute, le Cinglé ressemble davantage à un cartoon live qu’à un film. Son côté mécanique et répétitif finit par l’emporter sur le plaisir régressif coupable que l’on peut éprouver à sa vision.