Date de sortie 16 juin 2021
Durée 75 mn
Réalisé par Eléonore Weber
Distributeur UFO Distribution
Année de production 2020
Pays de production France
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

Il n’y aura plus de nuit repose sur des vidéos enregistrées par les armées américaine et française en Afghanistan, en Irak, au Pakistan… Jusqu’où peut mener le désir de voir, lorsqu’il s’exerce sans limites ?

Offres VOD de Il n'y aura plus de nuit

Orange HD SD Orange 4.99 € Louer 9.99  € Acheter
VIVA HD VIVA 4.99 € Louer 11.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 4.99 € Louer 9.99  € Acheter
ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 4.99 € Louer 13.99  € Acheter

Toutes les séances de Il n'y aura plus de nuit

Critiques de Il n'y aura plus de nuit

  1. Première
    par Thierry Chèze

    C’est au début des années 90 que tout a changé avec la première Guerre du Golfe dont les images semblaient sorties d’un jeu vidéo. Un conflit dont on ne voyait plus les morts, le sang répandu, mais juste des tirs de bombes comme des feux d’artifices. La guerre- spectacle dans toute sa splendeur… hollywoodienne. Trente ans ont passé, la technologie n’a cessé de progresser et l’inédit est devenu la norme. C’est d’ailleurs en tombant sur des images d’archives militaires de surveillance et de bombardements issues de caméras thermiques infra rouges qu’Eleonore Weber a eu l’idée de ce documentaire. Son film évolue dans un parfait équilibre entre ces images hypnotiques, la voix off jamais redondante de Nathalie Richard et les échanges radio entre le duo de pilotes de chaque avion (celui qui tient le manche et celui chargé de tirer) où l’on oscille entre surveillance, précision redoutable des tirs, angoisse des bavures et une certaine jouissance de l’acte accompli. Mais par- delà ce spectacle hypnotisant, ce documentaire pose la question du regard objectif. Chez le militaire en action comme chez le spectateur profane. Deux angles de vue distincts mais qui se retrouvent sur un point : plus on regarde, plus ce qu’on voit nous échappe. Car ces images censées mettre la vérité à nu ont, à l’inverse, tendance à halluciner le réel. Plus on nous donne à voir, moins on sait, raconte Il n’y aura plus de nuit. Une réflexion pertinente à l’aune de notre quotidien, loin des terrains de guerre, où la surveillance par drone tend à se développer. Une vraie œuvre politique.