Titre original The counselor
Date de sortie 13 novembre 2013
Réalisé par Ridley Scott
Avec Michael Fassbender , Penélope Cruz , Cameron Diaz
Scénariste(s) Cormac McCarthy
Distributeur 20th Century Fox
Année de production 2013
Pays de production US
Producteurs Ridley Scott Nick Wechsler (producteur)
Genre Drame

Synopsis

La descente aux enfers d’un avocat pénal, attiré par l’excitation, le danger et l’argent facile du trafic de drogues à la frontière americano-mexicaine, mais qui découvre qu’une décision trop vite prise peut le faire plonger dans une spirale infernale, aux conséquences fatales.

Offres VOD de Cartel

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer

Dernières News sur Cartel

Michael Fassbender : "Je fais ce métier pour interpréter des rôles provocants"

Rencontre avec l'acteur de Cartel, rediffusé ce dimanche sur TF1.

Les films de Ridley Scott sont-ils meilleurs en version longue ?

Kindom of Heaven revient ce soir à la TV. Prêts pour 3h17 de grand spectacle ?

Photos de Cartel

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Cartel

Affiche Française

Critiques de Cartel

  1. Première
    par Mathieu Carratier

    Le projet était déjà on ne peut plus séduisant sur le papier : Cormac McCarthy, l’auteur mythique de No Country for Old Men, signant son premier script pour le cinéma, mis en scène par Ridley Scott. À l’écran, la conjugaison des forces en présence produit un résultat qui va bien au-delà des attentes. Volontairement opaque, l’intrigue sert avant tout de prétexte – peu importent les actes, seules leurs répercussions comptent. Le véritable ennemi de l’avocat incarné par Michael Fassbender n’est pas tant le cartel que sa propre cupidité. Que son nom ne soit jamais prononcé en dit long sur les intentions de McCarthy, qui s’intéresse davantage à l’échiquier qu’aux pions posés dessus. Sous ses airs de thriller racé, le film dissimule un dessein autrement plus ambitieux, sonde les tréfonds de l’âme humaine pour dresser un constat désespérément noir. La scène dans laquelle Cameron Diaz se régale en observant ses guépards apprivoisés chasser sur les plaines du Nouveau-Mexique n’est pas une métaphore mais une illustration glaçante de ce qu’avance le scénariste : avant de vouloir grimper en haut de la chaîne alimentaire, il faut d’abord être prêt à assumer sa condition de prédateur. La réalisation chirurgicale de Ridley Scott – il n’avait pas semblé aussi inspiré depuis une bonne décennie –, le flot ininterrompu de répliques qui tuent (on tient sans doute le film le plus quotable de l’année) et le casting de caïds achèvent de rendre ce voyage au bout de l’enfer incontournable