Titre original Ano Bisiesto
Date de sortie 16 juin 2010
Réalisé par Michael Rowe (réalisateur)
Avec Gustavo Sánchez Parra , Monica del Carmen , Gustavo Sanchez-Parra
Scénariste(s) Michael Rowe (réalisateur)
Distributeur PYRAMIDE DISTRIBUTION
Année de production 2010
Pays de production MEXIQUE
Genre Divers

Synopsis

Laura a 25 ans. Elle est journaliste, célibataire et habite un petit appartement à Mexico.Après une longue série d'aventures sans lendemain, Laura rencontre Arturo. La première fois qu'ils font l'amour, Arturo a pour Laura des gestes qui la bouleversent. Ils débutent une relation intense, passionnelle et sexuelle, où plaisir, douleur et amour se mêlent.Au fil des jours, qu'elle raye consciencieusement sur son calendrier, le passé secret de Laura refait surface, poussant Arturo à l'extrême.Ce film est présenté dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs 2010.

Offres VOD de Année bissextile

Pas d'offres actuellement.

Photos de Année bissextile

DR
PRODUCTION / MACHETE PRODUCCIONES
PRODUCTION / MACHETE PRODUCCIONES
PRODUCTION / MACHETE PRODUCCIONES
PRODUCTION / MACHETE PRODUCCIONES

Année bissextile

ANNEE BISSEXTILE ; ANO BISIESTO (2010)

ANNEE BISSEXTILE ; ANO BISIESTO (2010)

ANNEE BISSEXTILE ; ANO BISIESTO (2010)

ANNEE BISSEXTILE ; ANO BISIESTO (2010)

Critiques de Année bissextile

  1. Première
    par Gérard Delorme

    En dépit de ses images sexuelles explicites, Année bissextile est un modèle de suggestion et de sensibilité. Si la caméra ne quitte jamais l’appartement de Laura, ce n’est pas par économie mais parce que la réticence du personnage à affronter la société révèle des traumatismes de plus en plus sensibles. Elle communique essentiellement par téléphone, souvent pour se tromper elle-même ou mentir à ses proches, et ne reçoit que chez elle, dans sa zone de sécurité. Lorsqu’un homme s’intéresse à elle plus que les autres, elle s’y accroche avec désespoir. Comme souvent dans ce genre de relation, le contrôle n’est pas nécessairement exercé par le
    dominant. Progressivement, les raisons de ce comportement se dévoilent, toujours à mots couverts. Alors, les redondances et les faux-semblants prennent tout leur sens et rendent émouvante une histoire potentiellement désespérante. L’interprétation de l’actrice principale, qui joue des situations de plus en plus intenses avec une justesse et une absence d’inhibition extraordinaires, y est pour beaucoup. Elle rend tout simplement viscérale l’idée de la nudité révélatrice de vérité.