Succession saison 3
HBO

L'acteur Alan Ruck explique les raisons qui font que l'aîné est tellement en décalage avec ses frères et sœur.

Encore assez discret dans la saison 3 de Succession, Connor Roy reste tout de même dans les parrages, tapi dans l'ombre. "Pour l'argent. L'argent est Dieu dans cette famille", résume l'acteur Alan Ruck dans une interview à TVLine. Néanmoins, on sent bien qu'il pourrait avoir un rôle majeur à jouer dans les épisodes à venir. Notamment s'il parvient à se positionner comme un candidat crédible à l'élection Présidentielle américaine !

'Il n'a pas vraiment de programme. C'est ce qui lui passe par la tête quand ça lu passe par la tête", reprend Alan Ruck. "Son programme est très souple. Dans la saison 2, Maxim lui demande s'il peut nommer un membre du comité de la Chambre des Représentants, au Congrès, et il n'en a aucune idée. Mais ce n'est pas un sujet de préoccupation pour lui. Il se dit qu'il verra en cours de route. Que ça se fera tout seul. Qu'il y aura des gens pour l'aider. Son but, c'est de supprimer tous les impôts..."

Où vont Shiv et Tom dans la saison 3 de Succession ?

En attendant de voir si son message sera entendu par le peuple, Connor Roy demeure à l'écart de la famille. Et s'il a l'air à part, c'est parce qu'ils se sent "absolument exclu". Pourquoi ? D'où vient sa différence ?

"Logan a divorcé de la mère de Connor quand Connor avait environ 8 ans, et il n'a pas vu son papa pendant des années, en fait. Ensuite, il a vécu avec sa mère, dont nous avons découvert qu'elle avait des problèmes mentaux. Ce n'était donc pas une enfance heureuse", explique Alan Ruck dans le détail. "Et puis Logan s'est marié avec Caroline et a eu ces trois enfants exceptionnellement brillants, méchamment nés avec une cuillère d'argent dans la bouche, des morveux. Et je pense que Connor a été au centre du ridicule et des moqueries de ses frères et soeur depuis leurs plus jeune âges. Si ça se trouve, quand ils avaient 10 ou 11 ans, ils se disaient : et si on mettait le feu à Connor, pour déconner ? Alors oui, il a toujours eu l'impression de frapper à la porte pour avoir une place. Je pense que Connor a une véritable affection pour ses frères et sœur. À un certain niveau, peut-être qu'ils l'aiment aussi. Mais vous savez, tout le monde est tellement égocentriques dans cette famille. Il n'est la priorité de personne..."

Une enfance douloureuse, une place impossible à trouver dans la fratrie, et aussi une jeunesse en décalage, si l'on en croit Alan Ruck. L'acteur raconte ainsi la "backstory" qu'il a inventé pour son personnage :

"Le créateur, Jesse Armstrong, m'a donné quelques indices sur qui était ma mère, le fait qu'elle est morte maintenant. C'était à moi de dessiner l'enfance et la jeunesse de ce gars dans ce contexte. J'en ai déduis que, quand il est parti à l'Université de l'Illinois, dans les années 70, il y avait ce groupe de nerds appelé The Society for Creative [Anachronism]. Ils s'habillaient comme des seigneurs et des dames du temps médiéval. Ils essayaient de se parler dans un anglais archaïque. Je me dis que Connor aurait été à fond dans un truc comme ça. Et puis Connor lit beaucoup. Mais il ne lit pas quoi que ce soit d'actuel. Il lit du Marcel Proust ou du Dostoïevski. Des trucs qui ont déjà été validés et puis il dit : Oh, c'est un livre fabuleux ! D'ailleurs, j'ai moi-même lu L'Idiot de Dostoïevski parce que je sentais que Connor s'identifierait bien au prince Myshkin. Mais si le prince Myshkin est une figure christique en quelque sorte, Connor, lui, est peut-être juste un idiot en fait..."

La saison 3 de Succession continuera dimanche sur HBO et en France sur OCS en US+24.

A lire aussi sur Première

Succession, saison 3 : Connor Roy, Moi, Président...

Pourrait-il réellement accéder à la Maison Blanche ? L'acteur Alan Ruck laisse la porte grande ouverte et va même un peu plus loin dans son programme...