Invasion
apple

Sortie aujourd'hui sur Apple TV+, cette très belle série SF, à la lenteur décourageante, n'en demeure pas moins une superbe approche du genre, à l'humanité débordante.

Ne vous attendez pas à voir la Maison Blanche exploser ! Invasion, ce n'est pas ce genre de SF. La série qui vient de sortir ses trois premiers épisodes sur Apple TV+ tient plus de la guerre psychologique que de la guerre des étoiles. Pas ou peu de grand spectacle. Mais une ambiance de fin du monde écrasante, bouleversante, baignée dans une photographie somptueuse.

Dans cette histoire imaginée par David Weil (Hunters) et Simon Kinberg (scénariste des derniers films X-Men), les Aliens débarquent. Mais doucement. Discrètement. Après qu'une mission spatiale japonaise a explosé en plein vol, plusieurs catastrophes surviennent aux quatre coins de la Terre : des crash aériens, des blackouts, des déflagrations dans les grandes villes... Qui se cache derrière tout ça ? Le monde croit à une attaque terroriste de très grande ampleur. Mais la menace vient visiblement d'ailleurs...



Officiellement, on est bien dans une série de science fiction. Mais en réalité, on est plus dans un drama humain. Invasion décrit l'arrivée hostile des extraterrestres en se concentrant sur la façon dont les gens ordinaires réagissent face au chaos. Plus proche de Babel (2006) que d'Independence Day (1996), plus proche de Premier contact (2016) que de La Guerre des Mondes (2005), Invasion s'attache surtout à raconter des histoires personnelles, de deuil, de couples qui se déchirent, de shérif en quête de sens avant la retraite, ou de collégiens mal dans leurs peaux et livrés à eux-mêmes... La série nous emmène tour à tour aux États-Unis, en Angleterre, au Japon ou en Afghanistan s'attachant à montrer comment l'humanité au sens large peut se comporter face à une vague d'événements inexplicables.

Seul hic : on ne voit jamais, ou presque, les événements extraordinaires en question ! Ils sont suggérés, beaucoup. Teasés, souvent. Mais cette Invasion se fait tellement furtivement qu'aucune image de vaisseaux, d'Aliens ou même d'Ovnis n'apparaît, après plusieurs heures, ne serait-ce que sur un écran de télévision au second plan ! Autant dire un peu frustrant pour une série de genre. Invasion risque de faire l'effet d'une publicité mensongère à pas mal de fans de SF, générant une certaine lassitude, au fil des longueurs qui maillent le récit.

Mais tant pis. Invasion assume pleinement son parti pris. L'idée n'est pas de tout faire péter, ni de mettre en scène des shoot-out de pistolets lasers. C'est une série qui mise tout sur ses personnages. Et ils sont excellents. Chacun d'entre eux recèle une humanité poignante, qui nous tient en haleine, dans ce contexte d'apocalypse qui peine à dire son nom. De la magnétique franco-iranienne Golshifteh Farahani au cowboy Sam Neill, le casting est magnifique et enveloppé dans une "production value" à couper le souffle. L'image est splendide. Autant que la musique envoûtante de Max Richter qui berce chaque plan. C'est lui qui avait signé, déjà, la mélodie obsédante de The Leftovers, une autre série de science fiction, plus humaine que fantastique...